WIG WAM – Never say die

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Il y a quelques années, les Norvégiens de Wig Wam s’étaient propulsés à grande vitesse sur le tremplin de la gloire avec une participation au concours de l’Eurovision. C’était l’époque où le heavy metal avait encore quelques entrées dans ce concours habituellement dédié à la ringardise pop et à la chansonnette de mauvais goût. La preuve, après la participation de Wig Wam en 2005 (où ils avaient obtenu la neuvième place), les monstres en carton de Lordi avaient remporté le flambeau avec leur chanson ʺHard rock hallelujahʺ. Donc, Wig Wam, en ces riantes années 2004-2006, avait le vent en poupe et avait séduit le public norvégien avec sa chanson eurovisionnesque ʺIn my dreamʺ, prélude à une série d’albums bien vendus au pays des Trolls : ʺHard to be a rock ‘n rollerʺ (2005, nouveau nom de ʺ667, the neighbor of the beastʺ sorti en 2004) et ʺWig wamaniaʺ (2006).

Et puis, comme pour tout ce qui est lié à l’Eurovision, la mode est un peu passé pour Wig Wam, dont le glam rock bravache a fini par lasser. Si ʺNon stop rock ‘n rollʺ avait atteint la troisième place des charts norvégiens en 2010, le destin de Wig Wam allait bientôt mener Åge Sten Nilsen (chant), Trond Holter (guitare), Bernt Jansen (basse) et Øystein Andersen (batterie) dans un demi-sommeil suite aux performances commerciales moindres entraînées par l’album ʺWall Streetʺ (2012).

Comme c’est Frontiers Music qui avait sorti ce dernier album en 2012, il ne serait pas étonnant que les patrons du label italien aient sollicité les Norvégiens de Wig Wam pour remettre le couvert et sortir un nouvel album. La chose est faite avec ʺNever say dieʺ, qui paraît presque dix ans après son prédécesseur et qui trouve Wig Wam en grande forme.

La quatuor, demeuré inchangé depuis ses débuts, a retrouvé ici une joie de jouer et une envie d’envoyer du riff en pleine face. Le groupe a ressorti ses principaux atouts, avec des compositions accrocheuses, de l’énergie à revendre, une puissance sonore salvatrice et une science de l’association harmonieuse entre assauts métalliques, mélodie glam et esprit festif. Des titres comme ʺNever say dieʺ, ʺHypnotizedʺ, ʺShadows of eternityʺ, ʺWhere does it hurtʺ, ʺDirty little secretʺ, ʺHard loveʺ ou la jolie ballade finale ʺSilver liningʺ sont là pour signifier au monde que Wig Wam est de retour et qu’il a refait le plein de testostérone. Comme quoi, il y a une vie après l’Eurovision, pour qui possède un minimum de talent.

Quiconque manifeste un intérêt pour le hair metal des Eighties ou les aventures de Mötley Crüe, Poison, Enuff Z’nuff ou Mr Big devrait pouvoir adhérer sans difficulté à la vision du monde de Wig Wam.

Le groupe :

Glam (Åge Sten Nilsen) (chant)
Teeny (Trond Holter) (guitare)
Flash (Bernt Jansen) (basse)
Sporty (Øystein Andersen) (batterie)

L’album :

ʺThe Second Crusadeʺ
ʺNever Say Dieʺ
ʺHypnotizedʺ
ʺShadows of Eternityʺ
ʺKilimanjaroʺ
ʺWhere Does It Hurtʺ
ʺMy Kaleidoscope Arkʺ
ʺDirty Little Secretʺ
ʺCall of the Wildʺ
ʺNorthboundʺ
ʺHard Loveʺ
ʺSilver Liningʺ

https://www.facebook.com/wigwam.official/

Pays: NO
Frontiers Music
Sortie: 2021/01/22

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!