XOTH – Interdimensional invocations

6 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Il arrive que des maraudes sur le Net, et spécialement sur le site Bandcamp, permettent de poser une oreille sur de petits secrets bien cachés qui méritent de remonter un peu plus à la surface du monde connu. C’est en furetant de la sorte que je suis tombé sur Xoth, un groupe de death metal technique originaire de Seattle. La violence particulièrement hargneuse de ces garçons et leurs thèmes de prédilection (fantastique, science-fiction, mystères anciens, Lovecraft, métaphysique déviante, conspiration en tous genres) méritent qu’on les sorte un peu de leur anonymat numérique pour leur donner un petit coup de projecteur.

Ben Bennett (basse, ex-Warbringer) fonde Xoth en 2014 avec Jeremy Salvo (batterie, ex-Cyanide Breed, ex-Perpetual Suffering, ex-Klast, ex-Despotic Robot, ex-Lecherous Nocturne, ex-Kininigin), Tyler Splurgis (guitare et chant, ex-Phalgeron) et Woody Adler (guitare et chant). Le quatuor sort des fours sa première galette dès la fin 2014, un EP intitulé ʺHostile Terraformingʺ, six titres de death metal au chant carnassier et aux ambiances cybernétiques, où l’on remarque notamment le doigté subtil du bassiste Ben Bennett. En 2016 suit un premier disque long format, ʺInvasion of the tentacubeʺ, avec une pochette délirante représentant un énorme monstre tentaculaire mettant la Terre à feu et à sang. Les chansons sont à l’avenant : ʺTentacles of terrorʺ, ʺAntediluvian annihilationʺ, ʺAncient sentient oozeʺ, ʺUniversal deathʺ. Xoth y déploie un death rapide et sauvage, proche du crust punk et armé de tours de force techniques impressionnants.

L’équipe continue sur sa lancée avec ce nouveau ʺInterdimensional invocationsʺ, troisième opus qui attire l’œil avec cette autre pochette bien colorée, luisante et horrifique qui ne laisse survivre aucune illusion sur les intentions dévastatrices de Xoth. La violence et la sauvagerie sont de retour, avec une instrumentation qui pousse toujours davantage dans la technicité, notamment au niveau des guitares qui fomentent des solos torturés et parsèment d’épisodes progressifs des titres de quatre à cinq minutes de durée. Les sujets tournent toujours autour de la machinisation de notre monde (ʺMountain machinesʺ), la décadence inéluctable du modèle humain (ʺBack to the jungleʺ), les manipulations scientifiques (ʺUnseen abductorʺ), l’émergence de maladies monstrueuses (ʺPlague revival 20XXʺ) ou la recherche du Dieu créateur (ʺThe ghost hand of Godʺ). Xoth donne dans des morceaux à l’atmosphère épique, aux rythmes tendus en permanence et aux rythmiques galopantes. Kreator rencontre Yngwie Malmsteen, en quelque sorte.

Certes, dans la masse des groupes death metal, Xoth ne se détache pas de façon particulièrement évidente mais il propose quelques idées intéressantes qui aident à faire évoluer le genre. Les fans de death pourront sans crainte se faire fondre les neurones à l’écoute de ces petits faiseurs rusés et habiles.

Le groupe :

Ben Bennett (basse)
Jeremy Salvo (batterie)
Tyler Splurgis (guitare et chant)
Woody Adler (guitare et chant)

L’album :

ʺCasting the Sigilʺ (04:52)
ʺMountain Machinesʺ (03:53)
ʺBack To The Jungleʺ (05:05)
ʺUnseen Abductorʺ (04:57)
ʺHaruspexʺ (04:23)
ʺPlague Revival 20XXʺ (05:26)
ʺThe Ghost Hand of Godʺ (03:46)
ʺMelted Face of the Soulʺ (06:43)

https://xoth.bandcamp.com/
https://www.facebook.com/beholdxoth

Pays: US
Autoproduction digitale
Sortie: 2019/10/18

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!