FINUCANE, Matt – Disquiet (EP)

1 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Matt Finucane vient de Brighton et se définit avec une parfaite auto-complaisance comme “un explorateur et un fournisseur du merveilleusement non-conventionnel et de la confrontation ». Amateur de films de monstres, Matt Finucane tire son inspiration musicale de l’art rock, du krautrock et de tout ce qui peut énerver en matière de musique électronique. Voilà déjà une mise en jambes chatoyante.

Tout en jouant les empêcheurs de tourner en rond avec son folk rock narquois et ses aspirations à l’expérimentation hasardeuse, Matt Finucane est aussi conscient d’une certaine défense de la musique militante, remontant aux temps glorieux où les artistes vivaient pleinement leur art et ne faisaient pas de concessions au mercantilisme poisseux des hit-parades. Bref, Matt Finucane fait un peu ce qu’il veut et assume parfaitement son parcours d’électron libre.

Ceux qui ne connaissent pas ce garçon peuvent aller se balader sur ses albums “The mucky age” (2011) et “Glow in the dark” (2012), bien accueillis par la critique anglaise et suivis par les singles “In the evil empire” (2014) et “Lilith” (2015). Récemment, Matt Finucane a parcouru les routes anglaises avec un groupe live (comprenant Mik Hanscomb de Junkboy) et a noirci de la partition avec des tas de nouvelles chansons. Il en a d’abord écoulé un premier lot sous la forme d’un EP “Threaten me with your love” (2017), suivi en 2018 d’un autre EP “Ugly scene”, et enfin ce petit dernier “Disquiet”, dont l’esprit est résumé dans le titre.

Si “Ugly scene” était une collection de protest-songs dégoulinantes de noise rock taillé à coups de gros son, “Disquiet” est plus fin mais n’en est pas plus reposant pour autant. Il faut pénétrer dans ce disque avec patience et détermination pour en découvrir toutes les subtiles nuances. Pour résumer les choses, on pourrait dire ici que Matt Finucane mène un orchestre de vieilles ombres qui compterait à la fois Lou Reed, Daevid Allen (Gong), Bryan Ferry (Roxy Music), le tout dans un joyeux mélange de folk nerveux (“Ulterior motives”), de crooning grinçant (“Happy chains”), de glam rock soyeux (“People move on”), de ballade acoustique caoutchouteuse (“Always a shadow”) et finalement de psychédélisme cosmique (“Dead men sing us to our rest”).

Varié et un rien je-m’en-foutiste, complètement détendu et parfois moqueur, ce mini-album de Matt Finucane place avantageusement un artiste imaginatif dans les hauts étages de notre estime. Une découverte bien sympathique.

Pays : GB
Crude Records
Sortie: 2018/10/19

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!