Donald sauve l’Amérique de l”’Envahisseur Maléfique” !

0 Participations

Dans une consternante missive postée sur sa page Facebook, le gang Speed Metal limbourgeois Evil Invaders relate les détails de son premier passage au pays de l’Oncle Sam. Joe (Chant, Guitares), Senne (Batterie), Max (Guitares) et Joeri (Basse) se souviendront longtemps de leur premier passage dans un festival américain. Invité à jouer le 22 avril au
NYDM Milwaukee Spring Bash
(NDR : un festival Metal traditionnel qui regroupait des formations aussi cultes que Loudness, Omen, Impaler, Satan’s Host, Attacker et bien d’autres encore), le groupe prend l’avion pour Chicago le 20 avril. Alors que Senne et Max passent sans encombre les formalités de douane, Joe et Joeri se voient refuser l’entrée sur le territoire américain. Pour une raison qui ne leur est pas expliquée clairement, Senne et Max sont rappelés au bureau de douane et l’on signifie au groupe qu’à défaut de permis de travail, il ne peut pas se produire en Amérique. Il faut toutefois préciser qu’hormis leurs frais de déplacement, les Evil Invaders n’étaient pas rémunérés pour leur prestation au NYDM Milwaukee Spring Bash et que, de ce fait, l’histoire du permis de travail ne tient pas vraiment la route.



Nos remuants compatriotes ne sont pas les premiers (et sans doute pas les derniers) à se voire refuser l’entrée dans la Nouvelle Amérique de Trump. Ce qui nous choque un peu, c’est la manière avec laquelle ils ont été traités durant leur court séjour au Pays de la Liberté.

Après que leurs effets personnels aient été confisqués, les métallurgistes limbourgeois ont été escortés par la police jusqu’en prison où on leur a pris ceintures et lacets de chaussures avant de les enfermer dans une cellule en compagnie de trois inconnus à la mine patibulaire. L’auteur du ‘post’ facebook décrit la cellule de manière plutôt détaillée : cuvette de WC dans la pièce, traces de sang et d’autres ‘restes’ humains sur les murs, caméras de surveillance partout (l’une d’entre elle, était pointée en permanence sur la cuvette du WC), une serviette en guise de couverture et, pour l’ambiance Guantanamo : lumière allumée en permanence., Après 22 Heures (!!!) de détention, le groupe a été raccompagné à l’aéroport où il a repris l’avion pour la Belgique.

Notons que si leur court périple ne leur a pas permis de se frotter au public américain, il les a en tout cas préparé à leur incarcération du vendredi 22 août 2017 à l’
Alcatraz Hard Rock & Metal Fest
de Courtrai.

Annoncés en tête d’affiche du même festival, les super-héros japonais de Loudness se sont également vu refuser l’entrée au pays de l’Oncle Trump pour une obscure question de visa et ont été contraints d’annuler leur prestation.

…with liberty and justice for all, qu’ils disaient !

L’hisoire en détails, avec beaucoup d’humour, sur la page
Facebook
officielle des Evil Invaders.

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :