BOUTIK ROCK 2006, troisième jour: MELCHIOR, MONTEVIDEO, DALLAS EXPLOSION…

0 Participations

Si l’affiche du Boutik Rock me tentait moyennement cette année, il y avait quand même ce troisième jour qui regroupait bon nombre de groupes certes déjà vus à plus d’une occasion, mais des putains de bons groupes… Rappelons le principe: uniquement des groupes belges, 30 minutes pour convaincre, et tout ça dans le cadre du Botanique. On attaque en force avec Melchior. Le stoner-pop des cinq gars de La Louvière est toujours aussi efficace: rythmique en béton, guitares cra-cra au possible, mais un chant malheureusement mal mis en évidence par un son inhabituellement dégueulasse pour le Botanique. Qu’à cela ne tienne: ils vont balancer leur rock’n’roll comme si de rien n’était, pause comprise (il faut dire, n’a pas Slash, Nick Oliveri, Fred Durst et Jacques Dutronc dans son groupe qui veut). Et tout explose littéralement lorsqu’ils sont rejoints le temps d’un “Touch Down” par la chanteuse de Milk.

Ensuite, Zaccharia à l’Orangerie… Je n’avais déjà pas été très convaincu par les chansons que j’avais pu écouter sur internet, et c’est confirmé en live: j’aime pas. Ca doit certainement plaire à certains, surtout vu le nombre de dates qu’ils ont dans leur agenda, mais non, leur rock à mèches, c’est pas mon truc. Par contre, de retour à la Rotonde, c’est un plaisir de revoir Two Star Hotel et leur rock pantin désaxé. Complètement possédés par leurs rythmes sautillants, ça bouge sérieusement et ça fait plaisir à voir… On continue à se faire plaisir avec Montevideo dans l’Orangerie. Rock groovy au rendez-vous, basse coulante et synthés grinçants, et un chanteur sérieusement barré. Et les surprises s’enchaînent: une armée (!) de danseuses masquées les rejoint le temps de quelques refrains, et deux Ghinzu pour la dernière chanson. Si John Stargasm a l’air un peu à l’ouest, ça n’empêche pas de rallier tout le public à leur cause…

Encore du tout bon avec Dallas Explosion, leur rock plus “classique” est toujours aussi frais et entrainant, avec une petite nouveauté: c’est le premier concert avec leur nouveau claviériste, qu’on pouvait déjà entendre sur quelques démos… Et c’est dans ce genre de concerts que, pour la 3è fois, on se dit qu’une demie heure, c’est plus que court. Joshua foule à son tour les planches de l’Orangerie, et, n’ayant jamais entendu parler du groupe, je trouve que c’est le nom le plus mal choisi que j’aie vu depuis longtemps. On pourrait s’attendre à un rock à filles, ou à du Chantal Goya, mais à de l’électro/trip-hop, hum… Pas vraiment mon truc, mais il faut avouer qu’ils ont un son énorme, les rythmes lorgnent vers le jungle tellement ils cognent, et le flow du chanteur est posé et lancinant, très correct en somme. Mais il était plus agréable de terminer la soirée avec les 3 filles et 2 gars de Legoparty, que l’inattention de l’ingé son n’a pas empêché de jouer. Noise-rock féminin donc, guitares déjantées, rythmiques sauvages, et micro korg pour enrober le tout. Fin de soirée très correcte donc… On prendrait tout de même encore bien quelques chopes, non?

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :