ArticlesConcerts

Enjoy your Porridge Radio

0 Shares

Le retour à la normale rime avec celui des dilemmes au Botanique où la programmation nous fait tourner la tête. Ce mercredi par exemple, le choix entre la cold wave de Lust For Youth à la Rotonde et l’indie DIY de Porridge Radio à l’Orangerie, s’est avéré particulièrement cornélien.

D’ailleurs, si le support des seconds nommés n’avait pas été confié à S O R O R, on aurait certainement tenté la passe de deux. Mais on avait envie de faire le point sur l’évolution d’un groupe que l’on suit depuis ses balbutiements ou presque. Le quatuor bruxellois a en effet pris de la bouteille au gré de l’évolution de son line-up, de multiples résidences et prestations live même si celles-ci ont été réduites à une peau de chagrin ces deux dernières années pour les raisons que l’on sait.

L’excellent EP de 2020 n’a donc pas été défendu comme il aurait mérité de l’être et les trois premiers titres du set vont lui rendre justice. Les versions de l’envoûtant “Humdrum Route”, du groovant “Sister” et du prenant “Unleash The Dogs” n’ont sans doute jamais été aussi abouties. La complicité plus qu’évidente (et pas que vocale) entre la chanteuse Alice Ably et la bassiste Sophie Chiaramonte n’y est clairement pas étrangère. Mais le travail millimétré du guitariste et la précision du batteur à leurs côtés contribuent à un équilibre plus solide que jamais.

Outre sa présence magnétique, la voix frêle d’Alice, entre incantations shamaniques et phrasé à fleur de peau, apporte de la sensibilité à des compositions déjà bourrées d’émotion. On pense notamment à “New Born” aux sonorités trip-hop (écrit pour son fils) ou à cette ténébreuse cover du “Six Day War” de Colonel Bagshot plus que jamais d’actualité malgré son demi-siècle. Le timing serré les a malheureusement contraints à ne présenter qu’un seul nouveau titre, “Wash Your Hand”, urgent crescendo aux influences sombres portées par une guitare post-punk. Un futur classique à l’image de l’entêtant “Saw” aux contours shoegaze qui clôturera leur set ? Réponse bientôt avec l’annonce imminente d’un premier album très attendu.

SET-LIST
HUMDRUM ROUTE
SISTER
UNLEASH THE DOGS
NEW BORN
6 DAYS
SHADOW OF A DOUBT
WASH YOUR HAND
SAW

À l’instar d’une bonne partie des concerts à notre agenda ces derniers temps, celui de Porridge Radio a été reporté maintes fois. Avec regrets car la date initiale lors des Nuits 2020 leur aurait permis d’ouvrir pour Black Midi, Protomartyr et Black Country, New Road sous le chapiteau. Rien que ça… À ce moment, les natifs de Brighton venaient de publier “Every Bad”, un deuxième album qui allait devenir un des plus plébiscités de l’année, récoltant une nomination au Mercury Music Prize dans l’intervalle.

C’est justement avec “Born Confused”, le titre d’intro de cet album, qu’ils vont lancer leur set ce soir. Avec tellement de conviction que l’on se demande encore comment la chanteuse Dana Margolin ne s’est pas évanouie après avoir rageusement répété inlassablement et sans respirer “Thank you for making me happy” lors de son final infernal.

Frontleader androgyne aux cheveux courts, elle se montrera particulièrement vénère dans son chant qui, de temps à autre, prend des allures de déclamations criardes plutôt que de lignes mélodieuses (“Lilac”, “Splintered”). Quand elle ne se retrouve pas noyée dans les nappes synthétiques orchestrées par Georgie Stott, claviériste au look hasardeux rehaussé (ou pas) d’un bob de plage lui masquant presque complètement la vue. De l’autre côté de la scène, la bassiste Maddie Ryall porte le même type de tenue à carreaux que Joanne Wasser une semaine plus tôt au même endroit alors que le batteur Sam Yardley officie en short et en singlet.

Malheureusement et contrairement à S O R O R, Dana Margolin ne parviendra pas à installer son univers, sans doute car celui-ci s’égare dans des recoins pas toujours entièrement explorés. Pourtant, elle vit ses compositions à fond, comme sur “Good For You”, le single isolé enregistré avec Lala Lala. Ou sur l’imparable “Long”, à deux doigts d’être gâché par un souci technique passé sous silence avec humour. Car derrière ses airs sévères, elle peut se montrer loquace et même parfois souriante.

L’actualité du groupe, outre une apparition sur le tout chaud et dernier Metronomy (“Hold Me Tonight”, composé avec Joe Mount) est l’arrivée en mai d’un troisième album au titre imprononçable (“Waterslide, Diving Board, Ladder To The Sky”). On en aura droit à l’un ou l’autre extrait en primeur dont on retiendra surtout “Back To The Radio”, comptine nerveuse basée sur des nappes à la Grandaddy et “Jealousy”, balade au refrain vindicatif possiblement inspirée par les Cranberries.

Ceci dit, c’est un autre single isolé qui recevra les faveurs d’un public tout d’un coup déchaîné. “7 Seconds” (rien à voir avec Neneh Cherry et Youssou N’Dour) et son entêtant synthé sorti tout droit des années 80. Un son modulaire que l’on retrouvera également sur “Waterslide”, la plage titulaire du futur album et premier titre des rappels. La tournée européenne du groupe se terminera avec le sinueux “Sweet”, caractérisé par des changements de rythme qui donneront l’occasion aux spectateurs de se défouler. Pas assez cependant pour achever de nous convaincre…

SET-LIST
BORN CONFUSED
GIVE/TAKE
CIRCLING
GOOD FOR YOU
SPLINTERED
LONG
BACK TO THE RADIO
JEALOUSY
7 SECONDS
LILAC

WATERSLIDE
SWEET

Laisser un commentaire

Music In Belgium