ALLEN/OLZON – Worlds apart

10 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

C’est à une rencontre de petits maîtres du métal symphonique que nous assistons ici avec cette association entre Russell Allen et Anette Olzon, qui unissent leurs forces et leurs voix pour commettre un solide petit album de métal mélodique, AOR, hard FM, tout ce que vous voulez, mais qui reste bien velu et efficace. Ce résultat s’explique bien entendu par l’expérience acquise par ces deux musiciens au cours des décennies précédentes.

Petit rappel historique. Le californien Russell Allen est le hurleur officiel de Symphony X, célèbre groupe qui tient le haut du pavé métal symphonique, néoclassique et power de l’autre côté de l’Atlantique depuis plus de 25 ans. L’homme tient également le micro d’autres projets parallèles, comme Adrenaline Mob, combo groove metal et hard rock ayant commis trois albums depuis 2012. On le retrouve aussi en association avec le grand Jorn Lande sur le projet Russell & Lande, qui commet entre 2005 et 2014 la tétralogie épique ʺThe battleʺ, ʺThe revengeʺ, ʺThe showdownʺ et ʺThe great divideʺ, éditée par le label italien Frontiers. Sur ces albums, on retrouve aussi le guitariste Magnus Karlsson, dont le principal titre de gloire est de jouer depuis 2008 chez les Teutons flingueurs de Primal Fear, ainsi que chez les hard rockers américains de Starbreaker, dont le dernier album ʺDysphoriaʺ est sorti en 2019, devinez où, chez les Italiens de Frontiers, bien entendu. Et donc, Magnus Karlsson participe aussi à cet album de Russell Allen et d’Anette Olzon. Cette dernière a aussi un petit CV pas piqué des mites. Ancienne vocaliste de Nightwish (2007-2012) et actuelle chanteuse de The Dark Element, elle a aussi tenu le micro chez Disdain et Alyson Avenue, tout en commettant au passage en 2014 un album solo intitulé ʺShineʺ.

Ce trio de fins escrimeurs se retrouve sur cet album à mettre à l’actif d’Allen/Olzon, ne nous fatiguons pas trop l’imagination sur un nom de groupe. De l’imagination, il n’en sera pas trop question non plus dans le parcours d’un heavy metal mélodique classique qui va néanmoins tirer tout son intérêt de l’énergie, de l’enthousiasme et de la maîtrise instrumentale de l’équipe en charge de cet album. De grandes envolées hymniques tirent les morceaux vers les hauteurs (ʺNever dieʺ, ʺWorlds apartʺ), les deux chanteurs sont superbement en voix et se livrent à des duels flamboyants (ʺWhat if I liveʺ, ʺNo sign of lifeʺ, ʺMy enemyʺ) et Magnus Karlsson commet des prouesses de folie sur des solos de guitares impériaux, puissants et véloces (ʺI’ll never leave youʺ, ʺLost soulʺ). Ajoutons les superbes parties de synthés en arrière-plan (ʺOne more chanceʺ), une rythmique qui pète tout et on a entre les mains éléments constitutifs du solide album de métal symphonique, enlevé, fier de lui et sans complexe. Les compositions sont vives, mordantes et n’hésitent pas à tailler dans du true metal à la Dio, Malmsteen ou des choses un peu plus fines à la Rainbow.

Chevauchant sans merci sur les traces de Delain, Within Temptation ou Nightwish, la troupe menée par Allen et Olzon réalise ici un excellent album frais, qui donne la pêche et l’envie d’aller planter une épée de feu au sommet du Mont Olympe. Eh, sans déconner, on tient peut-être même l’album de métal sympho de l’année, si on veut prendre quelques risques de pronostic.

Le groupe :

Russell Allen (chant)
Anette Olzon (chant)
Magnus Karlsson (guitares, basse et claviers)
Anders Köllerfors (batterie)

L’album :

ʺNever Dieʺ
ʺWorlds Apartʺ
ʺI’ll Never Leave Youʺ
ʺWhat If I Liveʺ
ʺLost Soulʺ
ʺNo Sign Of Lifeʺ
ʺOne More Chanceʺ
ʺMy Enemyʺ
ʺWho You Really Areʺ
ʺCold Insideʺ
ʺWho’s Gonna Stop Me Nowʺ

https://www.facebook.com/SirRussellAllen/
https://www.facebook.com/anetteolzonofficial/

Pays: SE
Frontiers Music
Sortie: 2020/03/06

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!