BONDED – Rest in violence

3 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Quand les vieux briscards du thrash metal allemand sortent de leur tanière pour remonter dans leurs chars d’assaut et envoyer quelques obus truffés de décibels, c’est toujours un grand moment. Ici, ce sont quelques adjudants déserteurs des régiments de Sodom qui se lancent à l’assaut de nos tympans avec de l’armement lourd. Et ça va cogner, croyez-moi.

En effet, Bernd “Bernemann” Kost (guitare) et Markus “Makka” Freiwald (batterie) joignent leurs forces pour mettre dans ce nouveau groupe Bonded tout un savoir-faire sidérurgique prompt à faire fondre n’importe quelle paire de tympans normalement constitués. Les deux ex-Sodom ont recruté quelques têtes brûlées qui ne rechignent pas à faire du bruit, comme Chris Tsitsis à la seconde guitare (ex-Suicidal Angels, Destroy Them), Marc Hauschild à la basse et Ingo Bajonczak au chant (Assassin, ex-New Damage, ex-Supersoma, ex-Lord of Giant). Ce groupement blindé est mis sur pied en 2018 et vient de sortir son premier missile intercontinental, un ʺRest in violenceʺ bourré à ras-bord de thrash metal vieille manière, brutal et hargneux à souhait.

Les choses vont donc prendre une tournure relativement simple. L’album ʺRest in violenceʺ prend l’auditeur en main avec une première partie dédiée à l’aplatissement de tout ce qui bouge sous un rouleau compresseur métallique impitoyable. Tout est haché par le menu sous les riffs hyper-rapides et carnassiers de ʺGodgivenʺ, ʺSuit Murdererʺ, l’athlétique ʺRest In Violenceʺ et un ʺJe suis Charlieʺ qui doit sans doute faire référence aux attentats de Charlie Hebdo à Paris en 2015. Ensuite, un épais ʺNo cure for lifeʺ vient reposer les attaquants sur un morceau un peu plus en mid-tempo mais toujours aussi agressif.

Puis, une fois que les mortiers lourds ont un peu refroidi, le pilonnage reprend sous les coups de boutoir d’un ʺWhere silence reverberatesʺ huilé à la graisse de troll. Un ʺGalaxy M87ʺ trompe un moment son monde en faisant croire à un autre morceau plus calme mais le naturel revient rapidement au galop en continuant de nous sarcler les neurones sous une nouvelle accélération métallique dévastatrice. Dans la foulée, ʺArrivalʺ maintient les choses dans l’état avec un deuxième passage en rase-mottes où tout est achevé à la triple lame chauffée à blanc. Ce n’est qu’à la toute fin du massacre que les gens de Bonded viennent chantonner une petite ballade bien électrifiée sur nos cadavres fumants. Il fallait quand même bien un peu de poésie après une telle razzia. Vous croyez vraiment ? Eh bien non, ce morceau se termine par de nouvelles attaques thrash metal qui montrent bien que les gens de Bonded restent d’incorrigibles cogneurs. Signalons aussi la présence sur le champ de tir de quelques supplétifs légendaires issus des mythiques combos Kreator (Christian “Speesy” Giesler) et Overkill (Bobby “Blitz” Ellsworth), qui sont venus plaquer quelques vocaux rocailleux sur la plage titulaire ʺRest in violenceʺ. Nous voilà rassurés…

Donc, on ne va pas finasser plus longtemps avec cet excellent album, dont on aura compris qu’il est destiné en priorité à tous les headbangers compulsifs et autres obsédés de thrash metal. Ces charmants compagnons trouveront ici l’album idéal pour commencer brillamment la campagne thrash metal 2020.

Le groupe :

Ingo Bajonczak (chant)
Bernd “Bernemann“ Kost (guitare)
Chris Tsitsis (guitare)
Marc Hauschild (basse)
Markus “Makka“ Freiwald (batterie)

L’album :

ʺGodgivenʺ (04:13)
ʺSuit Murdererʺ (04:12)
ʺRest In Violenceʺ (03:49)
ʺJe Suis Charlieʺ (03:55)
ʺThe Rattle & The Snakeʺ (04:00)
ʺNo Cure For Lifeʺ (4:40)
ʺWhere Silence Reverberatesʺ (05:14)
ʺGalaxy M87ʺ (04:52)
ʺArrivalʺ (03:52)
ʺThe Outer Rimʺ (04:42)

https://www.facebook.com/bondedofficial/

Pays: DE
Century Media
Sortie: 2020/01/17

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!