BURNING DEAD – Fear & devastation

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

L’histoire de Burning Dead commence en 2017 à Paris, où Orco (guitare) et Saraknyal (batterie) oublient le train-train quotidien de boulots pépères en se défoulant à jouer du heavy metal. Avec l’arrivée de JP à la basse et le recrutement de la chanteuse Drina Hex, le quatuor entrevoit la possibilité de monter plus haut en puissance. Un nom est choisi, Burning Dead, qui s’avère aussi être le nom d’un film d’horreur de 2015 où des zombies reviennent à la vie après une éruption volcanique. L’appellation est bien trouvée pour définir le style du groupe, qui développe un intéressant mélange de heavy metal, de thrash, de groove et de métal progressif.

Burning Dead sort son premier EP ʺTheir comingʺ en 2018. Le but est de sortir un premier album plus consistant dans la foulée et les choses se présentent plutôt bien, jusqu’à ce que la pandémie de COVID ne vienne tout retarder. Le groupe comptait sortir son disque en indépendant mais les vicissitudes de la pandémie le servent puisqu’il parvient à signer chez M&O pour une distribution plus élargie. Toujours bon à prendre…

Cette idée était la bonne puisqu’une grande partie du monde civilisée peut ainsi découvrir ʺFear & devastationʺ, album qui commence par le titre ʺFearʺ et se termine par ʺDevastationʺ. Simple et clair et sans fioritures, tout comme la musique de Burning Dead qui opte résolument pour l’efficacité et la puissance. Le fond de sauce classique à base de métal et de thrash prend bien pour donner aux morceaux une rude consistance, basée sur des mid-tempos lourds et massifs. La voix Drina Hex oscille entre raclements de gorge d’une hyène enrouée et passages plus doux, à l’occasion des phases plus progressives qui parsèment régulièrement l’album.

Les combats commencent sous les atmosphères orageuses et inquiétantes de ʺFearʺ, qui mettent en place la signature du groupe, un mélange faisant appel à la fois à Sepultura, Arch Enemy, Savatage, Amon Amarth, Exodus ou Metallica. On voit effectivement que la palette est large, et surtout bien maîtrisée, Burning Dead parvenant à personnaliser ces influences diverses dans un style qui lui est propre. ʺTheir comingʺ est le morceau le plus offensif de la sélection, avec des passages variés dans les tempos, entre vélocité et ralentissements brutaux. Burning Dead a aussi la bonne idée de remettre ʺEternal warʺ, titre du premier EP, à l’honneur sur son premier album et le résultat est excellent puisque nous avons sans doute là le morceau le plus convaincant parmi la dizaine mise en lice sur le disque. Le combo sait aérer la densité de son métal avec de temps à autre des épisodes plus recueillis, comme ʺSheʺ ou le final ʺDevastationʺ, qui est en fait un petit instrumental délicat destiné à faire souffler l’auditeur après trois quarts d’heure de sain carnage métallique, qui brille encore une dernière fois sur un autre très bon morceau, ʺSilence screamʺ.

Les gens de Burning Dead pratiquent leur art à côté de boulots destinés à nourrir les familles, mais ils montrent ici un grand professionnalisme et une parfaite maîtrise de leur passion. S’il fallait chercher deux ou trois poux dans les têtes, on pourrait évoquer un aspect un peu mécanique des compositions mais ce léger défaut de jeunesse n’handicape en rien le potentiel de Burning Dead, fort capable de prendre son élan à l’avenir.

Le groupe :

Orco (guitare)
Saraknyal (batterie)
JP (basse)
Drina Hex (chant)

L’album :

ʺFearʺ (01:30)
ʺTheir Comingʺ (04:31)
ʺThe Warriorʺ (08:37)
ʺEternal War (2021)ʺ (04:45)
ʺSee Who I Amʺ (05:34)
ʺSheʺ (03:28)
ʺConvictedʺ (04:34)
ʺArmy of Darknessʺ (06:37)
ʺSilent Screamʺ (06:26)
ʺDevastationʺ (01:44)

https://burningdead.bandcamp.com/album/fear-devastation
https://www.facebook.com/Burning-Dead-165482637582709/

Pays: FR
M & O Music
Sortie: 2022/02/25

Laisser un commentaire

Music In Belgium