CTHULUMINATI – Reliqideus

39 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Voici un groupe qui semble arriver de nulle part mais sur lequel il y a quand même des choses à dire. D’abord, sur le nom de ce combo néerlandais de doom metal, on peut déjà gloser pas mal. Entre la référence à Cthulu, monstre démoniaque protéiforme issu de l’imagination dérangée et géniale du célèbre écrivain H.P. Lovecraft (1890-1937) et celle aux non moins fameux Illuminati, secte allemande créée au 18e siècle et depuis lors vecteur de tous les délires complotistes imaginables, on voit facilement la vision du monde assez tourmenté de Cthuluminati. La pochette de l’album vient en rajouter une petite couche dans l’imaginaire satanico-complotiste qui est supposé prospérer sous nos pieds, dans un monde souterrain où des reptiliens mangeurs d’enfants préparent les prochaines crises mondiales entre deux messes noires avec des politiciens corrompus et le directeur de la CIA.

Du point de vue musical, il y a aussi quelques détails intéressants à signaler, notamment la présence dans ce groupe du batteur Seth Van De Loo, un cogneur qui affiche un beau palmarès, avec des participations dans un nombre impressionnant de groupes : Extreme Cold Winter, Voodoo Gods, Nader Sadek (live), ex-Centurian, ex-Nox, ex-Infected Flesh, ex-Severe Torture, ex-Bloodsoaked (live) et même un soutien scénique chez les mythiques death maniacs de Deicide. L’autre personnage titré de Cthuluminati est le chanteur guitariste Devi Hisgen, qui officie aussi dans Teitan ou Marquis (des groupes de black de Rotterdam) et a aussi fait partie d’Infestis, un autre groupe de black séparé.

Avec Stefan Strausz (basse, ex-Concedo Nulli) et Rami Wohl (guitare), les deux lascars précités ont sorti ce premier album ʺReliqideusʺ qui fleure bon un death/black metal progressif à ambiance religieuse. Les titres des chansons n’éclairent pas vraiment notre lanterne, avec ces ʺIllumni fhtagnʺ, ʺEl lizard birthʺ, ʺSvartálfrʺ ou ʺUmibozuʺ qui peuplent l’album. Après quelques recherches, on découvre qu’un umibozu est un esprit fantôme japonais qui naufrageait les navires dans les vieilles légendes et que le svaltálfr est un elfe noir de la mythologie nordique. On est donc ici dans les confins du fantastique et du religieux, avec ce disque qui semble invoquer les démons oubliés des mythologies du monde.

Et c’est vrai que l’ambiance lourde et insidieuse qui se dégage de ce disque est un excellent prétexte pour avoir peur, pour se demander si, après tout, il n’y a pas quelques créatures innommables qui nous épient des profondeurs de la terre, attendant patiemment le moment de remonter à la surface pour nous damner. Les constructions mélodiques élaborées et sinueuses des morceaux de ʺReliqideusʺ invitent à la réflexion, à une méditation lourde où on se laisse pénétrer par les riffs massifs et lents des morceaux, où on se sent transpercer par ce chant aigu et nasillard faisant penser à des fantômes de corbeaux qui viendraient nous chatouiller les oreilles. La longueur de certains morceaux permet des développements magnifiques, comme sur les 12 minutes de ʺSvartálfrʺ qui accueillent en même temps du doom metal, du black metal et du heavy plus traditionnel. Le mélange des genres n’est jamais aussi bien exprimé que sur ʺSupernatural selectionʺ qui associe chants tribaux et black metal progressif. Le secret de Chtuluminati, c’est qu’il ne se dirige jamais vers la direction qu’on imagine au début d’un morceau. Il est encore complètement surprenant sur le virevoltant ʺA thin lineʺ, sorte de choc entre les univers de Rob Zombie et d’Emperor terminé par une magnifique chevauchée de guitare. Et bien sûr, le meilleur est gardé pour la fin avec un ʺUmibozuʺ jazzy et feutré à ses débuts mais rapidement gagné par une fièvre sludge metal à visages multiples.

Somme de toutes les peurs humaines ainsi qu’excellent album de métal extrême sous ses formes les plus subtiles, ce premier album de Chtuluminati révèle un groupe éminemment doué. On espère en découvrir plus de sa part à l’avenir.

Le groupe :

Seth Van De Loo (batterie)
Devi Hisgen (chant et guitare)
Stefan Strausz (basse
Rami Wohl (guitare)

L’album :

“Illumni Fhtagn” (07:03)
“El Lizard Birth” (07:39)
“Svartalfr” (11:49)
“Supernatural Selection” (06:26)
“A Thin Line” (06:52)
“Umibozu” (10:32)

https://cthuluminati.bandcamp.com/album/reliqideus

https://www.facebook.com/Cthuluminati/

Pays: NL
Autoproduction
Sortie: 2019/06/02

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!