JOHANSSON, Rogga – Entrance to the otherwhere

6 Participations

Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

En dehors des milieux vénérant le death metal suédois, le nom de Rogga Johansson ne dira pas grand-chose. Non, Mademoiselle, ce n’est pas le dernier gagnant de l’Eurovision ; on serait plutôt comme qui dirait dans du poids beaucoup plus lourd. C’est un artiste à réserver aux esthètes du death classique, bien que son âge encore jeune (43 ans) l’ait empêché de faire partie de la première vague des grands maîtres du genre, au début des années 1990. Mais la valeur n’attend pas le nombre des années et notre homme Rogga a vite rattrapé les étapes manquées avec une activité boulimique le propulsant de projets en projets et de groupes en groupes. Dans sa besace, Rogga Johansson a accumulé les expériences. Accrochez-vous, le CV est impressionnant : Dead Sun, Down Among The Dead Men, Echelon, Eye of Purgatory, Grisly, Humanity Delete, Johansson & Speckmann, Lobotomy Dept, Megascavenger, Necrogod, Paganizer, Putrevore, Revolting, Ribspreader, Severed Limbs, Stass, The Cleaner And Mr. Filth’s Van Murders, The Grotesquery, Those Who Bring the Torture, To Descend, ex-Bloodgut, ex-Carve, ex-Demiurg, ex-Foreboding, ex-Minotaur Head, ex-Skeletal Spectre, ex-Swarming, ex-Terminal Grip, ex-The Skeletal, Eaten, Troikadon, ex-Banished from Inferno, ex-Fondlecorpse, ex-Graveyard After Graveyard, ex-Sinners Burn, ex-Soulburn, ex-The 11th Hour, ex-Deranged, ex-Bone Gnawer, ex-To the Gallows. Fermez le ban.

De cette masse phénoménale, on retiendra surtout quelques groupes phares, comme Paganizer, Down Among The Dead Men, Revolting, Johansson & Speckmann, Those Who Bring The Torture ou The Grotesquery qui sont les formations avec le plus d’albums à leur actif. Rien qu’en 2018 et 2019, avec tous les fers qu’il a au feu, Rogga Johansson est à l’origine de près d’une quinzaine d’albums, sans parler de l’insensé projet The Cleaner and Mr. Filth’s Van Murders, dans lequel il joue tous les instruments et qui a sorti neuf EPs en deux ans!

Et bien sûr, Rogga Johansson n’a pas pu s’empêcher de lancer une carrière solo sous son propre nom, qui se solde à l’heure actuelle par les albums ʺGarpedansʺ (2017), deux EPs ʺSubject to entropyʺ et ʺBurn it all awayʺ (2019) et cet album ʺEntrance to the otherwhereʺ qui sort sur le label Transcending Obscurity. Sous son nom propre, Rogga Johansson joue également de tous les instruments et assure les vocaux. Son nouvel album est une excellente collection de titres death metal joués à l’ancienne, avec chant ursidé, rythmiques fiévreuses et guitares en fusion. On étrangle son voisin dans la bonne humeur et on secoue la tête dans tous les sens en écoutant avec bonhommie des rodomontades caverneuses comme ʺThe Re-emergersʺ, ʺWhen the otherwhere opensʺ, ʺAs evil seeps outʺ, ʺEntrance to the otherwhereʺ ou ʺA journey into fearʺ. Les morceaux dépassent rarement les quatre minutes, ce qui leur donne une concision et une force de frappe bien efficace.

On prend donc bonne note du nom de ce garçon doué et hyperactif qui vit en ce moment l’âge d’or de sa carrière. On ne va d’ailleurs pas tarder à entendre à nouveau parler de Rogga Johansson à l’occasion de la sortie du onzième album de Paganizer, projet principal de Johansson depuis plus de vingt ans, sur le label Transcending Obscurity. Les choses sont prévues pour la Toussaint, alors encore une peu de patience pour les death métallurgistes amateurs de touche suédoise.

Le groupe :

Rogga Johansson (tout)

L’album :

“The Re-Emergers” (03:43)
“Till Bergets Puls” (03:56)
“When the Otherwhere Opens” (04:04)
“Giants Walking at Night” (03:21)
“As Evil Seeps Out” (03:45)
“Berget Vaknar” (02:40)
“Entrance to the Otherwhere” (03:57)
“A Journey into Fear” (03:06)
“In the Grip of Garpedans” (04:32)

Pays: SW
Transcending Obscurity
Sortie: 2019/07/19

https://www.facebook.com/roggaofficial/

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!