CD/DVDChroniques

JUAN BOND – Womb

0 Shares
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Son nom est Bond, Juan Bond. C’est un groupe new-yorkais dont les fans locaux de mathcore attendaient impatiemment l’album depuis 2017, année où Juan Bond avait fait exploser les thermomètres avec la furie incendiaire de son premier EP éponyme. Juan Bond, c’est une vision excitée du mathcore, un croisement entre The Dillinger Escape Plan, The Number Twelve Looks Like You et Between The Buried And Me, une rencontre frontale entre grunge, metalcore, hardcore et post-hardcore, avec comme élément original l’utilisation d’instruments à cordes volés à un orchestre symphonique.

Logan DeFranco (chant), Siddhu Anandalingham (basse, clarinette), Jason Kohler (guitare), Vicente Hansen Atria (batterie) et Kiho Yutaka (violon) sont les responsables de ce chaos sonore qui vient de gagner en importance avec la sortie de leur excellent premier album. Tourmenté et irritable au plus haut point, radical et complexe, ʺWombʺ est une torpille qui vous percute en pleine face. ʺGarbage juiceʺ se charge de la prise en main en début d’album en envoyant un typhon polyrythmique fait de chant hurlé, d’arrachage de manche de guitare et d’attaques insidieuses de violon. Ça court, ça ralentit, ça gueule, ça abat des riffs monstrueux en tempo ralenti et ça se convertit soudainement en incarnations chuchotées qui font froid dans le dos. Voilà qui place tout de suite l’ambiance. Il va falloir laisser tomber sa vaisselle ou son tricot pour se concentrer sur cet album car il ne semble accepter aucune activité concurrente durant son écoute. On ne peut effectivement pas échapper à ce disque qui continue de nous vriller les oreilles avec un exercice purement dans la tradition Dillinger Escape Plan sur ʺMorbid Mortgageʺ, avec des passages plus calmes qui rappellent plus le grunge que le metalcore, c’est une excellente nouvelle.

La suite s’avère tout aussi succulente avec un grade de plus franchi dans la hiérarchie du monstrueux sur ʺPapa’s got a brand new bedʺ, croisement colossal entre un sludge metal enragé et du mathcore coupé au plutonium de synthèse. On s’en prend ici pour six minutes de bouleversement total, hurlant, précipité dans un immense flipper de violence qui renvoie les riffs épais, le chant colérique et les petites parties de violon dans tous les sens, afin qu’ils se percutent entre eux dans une fission thermonucléaire imparable. Si les Foo Fighters pouvaient écouter ce morceau, ils retrouveraient sans doute leur jeunesse et leur colère initiale, désormais encroûtée dans la cinquantaine et les millions de dollars.

La peur totale s’empare de l’auditeur qui se fait traverser l’oreille interne par les grincements vicieux du violon qui commence ʺAbout to rob a liquor storeʺ, prélude à un morceau plus lent mais pas apaisé pour autant, joué de manière assez prog mais englué dans une mélancolie poisseuse, dérangeante au fur et à mesure que le morceau s’épaissit dans une névrose nirvanesque. Ce passage laisse vite la place à de nouveaux accès d’hystérie totale déversant leurs décibels sur les atomiques ʺWombʺ (un quasi-instrumental lancé à pleine vitesse) et ʺBatʺ (charge punk hardcore inarrêtable). Ceux qui ont survécu ont droit à un petit moment de répit avec ʺBombedʺ, au moment où le chant, le violon et la clarinette coopèrent ensemble pour offrir un intermède taillé dans un romantisme sombre. On est alors mûrs pour le dernier morceau ʺWater waiterʺ qui, il fallait s’y attendre, termine les débats dans la terre brûlée avec un nouvel assaut mathcore extrême qui ne laisse rien debout.

Il fait un peu froid cet hiver ? Oubliez tout cela en vous réchauffant les fesses avec ce brasero ultra-puissant qu’est cet album ʺWombʺ, magnifique prétexte à découvrir un groupe doué sur le point de transcender ses influences Dilinger Escape Plan pour énoncer ses propres théorèmes en matières de mathcore. À suivre de près.

Le groupe :

Jay Kohler (guitare et claviers)
Kiho Yutaka (violon)
Siddhu Anandalingam (basse et clarinette)
Vicente Hansen Atria (batterie et percussions)
Logan DeFranco (chant)

L’album :

ʺGarbage Juiceʺ (03:59)
ʺMorbid Mortgageʺ (05:08)
ʺPapa’s Got a Brand New Bedʺ (06:09)
ʺAbout to Rob a Liquor Storeʺ (04:02)
ʺWombʺ (04:39)
ʺBatʺ (03:17)
ʺBombedʺ (04:17)
ʺWater Waiterʺ (04:44)

https://juanbond.bandcamp.com/album/womb
https://www.facebook.com/juanbondband/?ref=page_internal

Pays: US
Dark Trail Records
Sortie: 2021/01/01

Laisser un commentaire

Music In Belgium