KORYPHEUS – Over the rainbow

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Nous partons pour Kiev, en Ukraine, faire connaissance avec Korypheus, un combo qui publie ici un premier album digne des plus grandes signatures du métal progressif international. Korypheus est mis sur pied en 2016, à l’instigation d’Andrey Gushin, chanteur qui est en même temps le concepteur des chansons et le grand patron du groupe. Autour de lui évoluent Jullian Torse (qui assure les parties vocales les plus extrêmes), Gennadi Sarukhanyan (guitare), Ruslan Drozd (basse) et Dmitriy Kim (batterie, ex-Jinjer). Le groupe avait déjà à son actif un premier EP ʺBlessedʺ (2018) et il livre fin 2020 un premier album exemplaire.

Le crédo de Korypheus, c’est le métal progressif à la Dream Theater, avec une touche moderne héritée de Gojira ou Ghost, sans oublier les indispensables racines classiques venues de Black Sabbath. Toutes ces influences se trouvent réunies dans ce premier album ʺOver the rainbowʺ qui rassemble en neuf morceaux la quintessence d’un métal à la fois mélodique, puissant, réfléchi et passionné. Les premiers morceaux ʺGoliathʺ et ʺArtemisʺ créent immédiatement l’ambiance générale de l’album, où les confrontations entre chant mélodique et hurlé sont admirablement soutenues par des brillantes parties de guitares et une section rythmique musclée et habile.

Une autre force de ce disque consiste en la diversité des morceaux, qui savent se promener entre émotions fortes et atmosphères plus festives (ʺOver the rainbowʺ, à l’énorme refrain capable de soulever les stades, tout en étant travaillé au corps par des phases instrumentales tout en breaks progressifs). Les surprises continuent d’affluer avec les ambiances sombres et émotives de ʺCame saw lostʺ, encore une fois illuminé de magnifiques solos de guitares, sans parler des arabesques orientales qui donnent sa force à ʺWonderʺ, autre titre fort de l’album. Et là où Korypheus épate vraiment, c’est avec sa reprise non-conventionnelle de ʺAbracadabraʺ, classique du Steve Miller Band traité ici avec une vélocité ébouriffante.

La fin d’album reste tout aussi captivante, avec les lourdeurs himalayennes de ʺDyatlow passʺ, la force tranquille de ʺAnywhere but hereʺ ou les riffs sabbathiens de ʺOnly liesʺ. Le tout affiche 38 minutes au compteur, c’est juste ce qu’il faut pour profiter d’une intensité qui a toujours un peu de mal à maintenir la pression après 40 minutes. On soulignera à nouveau le talent de cette formation prometteuse en provenance d’un pays qui commence lui aussi à faire émerger des groupes rock très crédibles (comme Stoned Jesus, par exemple). Ne lâchons donc pas Korypheus du coin de l’œil car ce groupe a quelques atouts intéressants dans son jeu.

Le groupe :

Andy Gushin (chant)
Jullian Torse (chant extreme)
Gennadi Sarukhanyan (guitare)
Ruslan Drozd (basse)
Dmitriy Kim (batterie)

L’album :

ʺGoliathʺ (05:23)
ʺArtemisʺ (05:19)
ʺOver the Rainbowʺ (03:00)
ʺCame Saw Lostʺ (05:03)
ʺWonderʺ (03:49)
ʺAbracadabraʺ (04:14)
ʺDyatlov Passʺ (03:17)
ʺAnywhere but Hereʺ (04:00)
ʺOnly Liesʺ (05:19)

https://www.korypheus.com/
https://www.facebook.com/Korypheusband/?ref=page_internal

Pays: UA
M & O Music
Sortie: 2020/11/20

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!