LACUNA COIL – Black anima

7 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Entre Lacuna Coil et le label Century Media, c’est une longue histoire puisque la maison allemande a sorti dès 1998 le tout premier album des métallurgistes gothiques milanais, et la liste s’est allongée jusqu’à aujourd’hui avec ce neuvième album ʺBlack animaʺ qui trouve Lacuna Coil dans une nouvelle phase de son processus créatif.

Cela fait effectivement plus de vingt ans que Lacuna Coil existe et le groupe de Cristina Scabbia, Andrea Ferro et Marco Coti-Zelati a désormais le bénéfice de l’expérience et de la durée pour explorer les voies musicales qui lui parlent. Le groupe est à un jalon de son existence où il n’a plus besoin de refaire le point sur ses orientations ou sur sa condition musicale pour faire ses choix à chaque nouvel album. Si bien qu’il est passé en quelques années du combo métal gothique assez typique à un statut de groupe incontournable de la scène métallique alternative italienne et européenne, une position qui lui donne le droit de définir ses albums nouveaux en fonction de son ressenti profond.

C’est un peu ce qui se passe avec ce nouveau ʺBlack animaʺ, un disque qui a nécessité deux années de travail et que les musiciens de Lacuna Coil définissent comme une nouvelle étape de leur carrière. Ici, c’est en quelque sorte un bilan sur les années passées, un regard sur le poids du temps qui commence à prendre de la place dans une vie de souvenirs heureux ou malheureux. Lacunal Coil regarde le chemin parcouru, se souvient des compagnons déjà partis dans la mort, esquisse l’avenir et commet donc un album à la fois classique mais également projeté vers le futur.

Sur ʺBlack animaʺ (l’âme noire), il est question de sentiments difficiles, de craintes mais également d’espoir. Les gens de Lacuna Coil ont commis un album sombre mais cependant illuminé d’une instrumentation brillante. Les guitares offrent un jeu très travaillé, le chant d’Andra Ferreo, rude et caverneux, vient se confronter à une Cristina Scabbia qui n’a jamais aussi bien chanté. Beaucoup de critiques mitigées ont fleuri à l’occasion de la sortie de cet album mais ceux qui comme moi choisissent de le défendre (après plusieurs écoutes, c’est comme ça qu’il convainc) peuvent s’appuyer sur l’argument du chant de Cristina Scabbia, pointu et doux en même temps, capable de paroxysmes vocaux jamais exagérés, porté par une instrumentation puissante, magnifique dans ses aspects les plus opératiques (ʺVeneficiumʺ).

Les nostalgiques du gothisme de ʺComaliesʺ (2002) trouveront ici des occasions de râler parce que Lacuna Coil, ce n’est plus comme avant. Oui, et alors? Personne n’est jamais comme avant, tout le monde vieillit, tout le monde évolue et ceux qui veulent toujours écouter le même disque d’un groupe n’ont qu’à se contenter du premier album. Dans la foulée du précédent album ʺDeliriumʺ (2016), Lacuna Coil continue de chercher des voies nouvelles, de parfaire son style et son âme. On peut y voir une perte de sens, tout comme on peut y distinguer un besoin de se comprendre soi-même en allant chercher jusque dans ses limites les plus reculées un potentiel pour accomplir son destin. Lacuna Coil est peut-être dans cette logique et il doit ce besoin de progresser à la richesse de son imagination et l’osmose puissante qui lie ses membres.

Dans le rock, il n’y a pas que des albums qui parlent de bière et de motos sur des chansons de deux minutes vingt. Ça semble vain de le rappeler mais il faut se souvenir qu’il y a aussi de œuvres profondes et complexes qui reflètent le parcours sinueux de groupes ouverts aux expériences variées et nouvelles. Le dernier album de Lacuna Coil est de ceux-là et il faut savoir prendre le temps de pénétrer dans ses arcanes.

Le groupe :

Christina Scabbia (chant)
Andrea Ferro (chant)
Marco “Maki” Coti-Zelati (guitares, basse, claviers et synthés)
Richard Meiz (batterie)

L’album :

ʺAnima Neraʺ (02:29)
ʺSword of Angerʺ (03:54)
ʺRecklessʺ (03:06)
ʺLayers of Timeʺ (04:07)
ʺApocalypseʺ (04:18)
ʺNow or Neverʺ (04:42)
ʺUnder The Surfaceʺ (04:13)
ʺVeneficiumʺ (06:10)
ʺThe End Is All I Can Seeʺ (04:17)
ʺSave Meʺ (04:36)
ʺBlack Animaʺ (03:23)

https://www.facebook.com/lacunacoil/

Pays: IT
Century Media
Sortie: 2019/10/11

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!