OTHER LIVES – For Their Love

24 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Cinq années et une relocalisation en zone rurale auront été nécessaires à Other Lives pour donner une suite à “Rituals”. Le trio originaire de Stillwater dans l’Oklahoma initialement connu sous le pseudo Kunek avait en effet migré vers Portland dans la foulée de l’excellent “Tamer Animals” en 2011. C’est donc dans la bouillonnante ville de l’Oregon que Jesse Tabish et ses compères ont enregistré leur album le plus déstabilisant à ce jour. Un album sur lequel l’électronique et les nouvelles technologies s’ajoutaient subrepticement à l’équation, au détriment parfois du pouvoir émotionnel traditionnellement dégagé par leurs compositions.

L’expérience semble en tout cas ne pas avoir tout à fait convaincu le leader pour qui la relation primaire avec la musique et les instruments reste un must. Il a donc décidé de rebrousser chemin en quittant la ville et ses nombreuses distractions pour s’installer en pleine nature dans la région de Cooper Mountain, un rien plus à l’est. Là, il s’est retrouvé en compagnie des fidèles Jonathon Mooney et Josh Onstott en vue de poser les bases de ce qui deviendra le quatrième effort du groupe. On y ajoutera les contributions de Kim Tabish (l’épouse de Jesse) aux chœurs et du batteur Danny Reisch (ex-Shearwater) qui avait déjà tenu les baguettes sur “Rituals”. En revanche, pas de producteur extérieur cette fois, ils ont pour ainsi dire fonctionné en autarcie.

Baptisé “For Their Love” (du nom d’un des premiers titres composés pour le projet), cet album confirme la pertinence des choix posés par les musiciens auxquels cette retraite bucolique semble avoir conféré un effet dopant. Rassérénés, ils ont ainsi enregistré quelques-unes de leurs pièces les plus réussies depuis des lustres. Parmi celles-ci, pointons sans hésiter “Sound Of Violence”, la magistrale plage d’intro à l’orchestration envoûtante et aux intonations rappelant par moments la face crooner de Richard Hawley. Mais également “Lost Day”, le premier single dont les références à The National méritent bien plus qu’un compliment.

Si “Cops” et “Hey Hey I” n’auraient pu être écrits que par les trois lascars en confinement, d’autres influences notoires se dégagent tout au long de la plaque. Citons pêle-mêle Midlake (les nappes délicates d’“All Eyes Out / For Their Love”), Get Well Soon (l’urgence retenue et les chœurs de “Night’s Out”) et les Tindersticks (la mélodie écorchée de “We Wait”). Mais ne nous méprenons pas, ces titres portent bel et bien la griffe Other Lives et leur dénominateur commun se trouve du côté des arrangements majestueux, presque cinématographiques dont les effets sur “Dead Language” et le final “Sideways” notamment sont à tomber. Quant à la sobriété de cette maison en bois au milieu de la forêt qui orne la pochette, elle reflète à merveille l’état d’esprit un groupe qu’on avait peut-être enterré un peu trop vite.

Tracklisting
Sound Of Violence
Lost Day
Cops
All Eyes Out / For Their Love
Dead Language
Night’s Out
We Wait
Hey Hey I
Who’s Gonna Love Us
Sideways

Pays: US
PIAS
Sortie: 2020/04/24

otherlives.com

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!