RAHONA – Rahona

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Chaque sortie discographique du label liégeois Home Records est toujours synonyme de découverte soit, parce que l’on voyage à travers des contrées moins connues soit, parce que l’on découvre des rencontres parfois improbables entre des musiciens venus d’horizons musicaux différents ou de régions du Monde très éloignées. On retrouve d’ailleurs ce principe dans l’organisation du Festival d’Art de Huy ou encore dans l‘émission de Didier Mélon Le Monde est un village et bien ici, on retrouve cette dynamique particulière avec tout d’abord la rencontre entre deux guitaristes l’un malgache Joël Rabesolo et l’autre français Julien Marga qui, fera naître le projet d’un quartet à deux guitares ! Le duo formant Rahona (nuages en malgache) s’associe pour ce projet les services d’une part d’une section rythmique composée de Nicolas Puma (contrebasse) et de Lucas Vanderputten (batterie) et d’autre part, de la complicité du talentueux musicien Manuel Hermia (saxophone) dont je vous ai déjà parlé dans d’anciens articles.

Sinon venons-en au rendu sonore de cet album où d’emblée, on perçoit un travail tout en finesse et doigté par rapport au jeu des guitares qui s’accompagne toute en subtilité de la section rythmique pour un résultat voguant entre blues et jazz, le côté jazzy étant par la suite renforcé par le merveilleux son du saxophone de Manu. On sent ici à la fois des effluves exotiques mais aussi la volonté de mettre en avant la mélodie et le travail bien fait mais pour mieux vous en rendre compte, je vous propose l’écoute de deux courts extraits :

Le premier mettant en évidence les membres du quartet et le second nous permettant de découvrir le travail au sax de Manu Hermia :

Voilà donc de quoi constituer une mise en bouche chers amateurs de beaux sons, vous qui savez apprécier le travail de fins musiciens et bien évidemment, la mise en avant des instruments où chaque note est parfaitement exécutée et surtout perçue par l’oreille du connaisseur. Car cet opus est l’exemple parfait de ce que peut être une vitrine chatoyante des grandes mouvements historiques de la musique que sont le jazz et le blues avec ici en sus, quelques notes et couleurs d’exotisme nous venant tout droit des îles ! Dès la première composition “Faratazana” chaque protagoniste avec son instrument de prédilection tire son épingle du jeu car au sein du morceau, justement chaque instrument pousse avec délicatesse son petit solo et ce, sans que ce soit redondant que du contraire ces passages techniques servent l’ensemble et donc la cohésion du groupe !

De délicatesse il en est aussi question dans la seconde composition Ellie and Jakob où manifestement, l’on atteint la douceur de la soie ou du velours des nuages à travers des notes et arpèges d’une grande pureté, offrant pour moi la perfection et donc un morceau parfaitement abouti ! (il faudra le découvrir via le lien Bandcamp en fin de chronique)

La finesse de jeu reste le maître mot et donc le fil rouge de ce très bel album malgré le fait que, les musiciens savent bien sûr jouer sur le doigté mais aussi, s’encanailler (l’envol de la contrebasse…) en augmentant le tempo et le volume pour passer des nuages bien veillant de l’été aux nuages plus sombres lors d’un orage mais rassurons l’auditeur et le lecteur avertis qui me suivent depuis le début car on garde à chaque instant le cap d’un travail parfaitement exécuté. Pour preuve je vous suggère la découverte de la quatrième composition “Maintsoahitra” :

Où accords et arpèges voguent entre divers ambiances et atmosphères, permettant aux musiciens d’accélérer le rythme à leur guise pour justement mieux nous les faire percevoir par l’écoute attentive des notes jouées. Comme le temps qui change selon les caprices de la météo ou la lutte auquel notre planète s’est engagée à cause de notre mépris pour notre mère nourricière, la musique évolue sans cesse repassant souvent par la plus grande délicatesse voir même la légèreté et l’aérien de l’atmosphérique comme dans la composition “Zokybe Haja” qui, frôle d’ailleurs le monde de l’ambient et de l’expérimental (à écouter aussi sans hésitation). Que ce soit le voyage à travers les styles comme à travers les contrées, ce dernier se fait en compagnie de cinq clapant musiciens et, j’avoue que le mot est bien trop faible car, le talent de chaque protagoniste n’a d’égal que la grande pureté et la grande qualité offerte par chaque note jouée au sein de ce magnifique recueil.

Voilà l’exemple même de l’opus qui telle une ode à la musique et aux instruments, offre tout ce qu’il y a de plus beau dans l’art de jouer d’un instrument pour concevoir des mélodies qui, nous toucheront immanquablement dans notre être intérieur ! Sur ce faites-moi plaisir et plonger vous dans l’écoute du lien Bandcamp ci-dessous, afin de découvrir au plus vite le très beau contenu sonore de cet album :

https://rahonamusic.bandcamp.com/releases

Nuages ou plutôt Rahona à déguster sans modération !

L’équipe (le quartet):
Joël Rabesolo (guitare)
Julien Margua (guitare)
Nicolas Pum (contrebasse)
Lucas Vanderputten (batterie et percussions)
+ invité Manuel Hermia (Manu pour les intimes, saxophone)

Pays: MA/FR/BE
Home Records/Fédération Wallonie-Bruxelles
Sortie: 2020/09/04

https://www.facebook.com/RahonaQuartet

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!