MAX PIE – Initial Process

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

L’actualité politique ne nous donne malheureusement que bien peu d’occasions d’être fiers de notre beau pays. Par chance, chez Music In Belgium, nous ne parlons pas de politique. Notre truc à nous, c’est la musique. Et, autant vous dire qu’avec la qualité des dernières productions discographiques ‘made in Chez Nous’, vous n’êtes pas prêts de nous voir troquer stylos et claviers contre de banderoles flanquées de la mention ‘SHAME’ pour défiler dans les rues de la capitale.

S’il est encore un peu tôt pour affirmer que l’année 2011 sera une grande année pour le métal belge, nous pouvons d’ores et déjà affirmer qu’elle démarre sur des chapeaux de roues. Quelques semaines à peine après la sortie de l’excellent album du projet métal gothique symphonique bruxellois Road To Consciousness, c’est au tour des hennuyers de Max Pie d’ajouter une pierre à l’édifice de notre fierté métallique nationale.

À sa création en 2005, Max Pie est le délire de quelques potes de la région de Tubize. Ils reprennent pour le fun quelques standards des plus grands groupes du hard et du métal : AC/DC, Deep Purple, Whitesnake, Golden Earring et même Metallica. Mike Probst (ex-Deep Pression, ex-Kitty Hawk), le guitariste/fondateur et seul survivant actuel de la formation originale est rapidement rejoint par Tony Carlino. Dans les années quatre-vingt, ce dernier était le leader de formations métal montoises reconnues telles que CXT Nine et Lightning Fire. Max Pie passe les années qui suivent à se forger un line-up solide et à conforter son expérience scénique. Dominique De Leneer, l’ex-batteur de Lightning Fire, CXT Nine et Ginger, et le bassiste Olivier Lemière (ex- Nightshift, ex-The Pumpkins) sont recrutés pour la section rythmique. Quant à la seconde guitare, elle est finalement confiée à Thierry Delcane, une autre gloire montoise des eighties puisqu’il était le six-cordiste de Drakkar.

Si nous étions Suédois ou Américains, il ne nous en faudrait probablement pas beaucoup plus pour qualifier Max Pie de ‘all-star band’ ou de ‘super-groupe’. Cependant, nous sommes Belges et nous nous contenterons d’affirmer que cette conjonction d’expériences et de compétences hennuyères est bien trop talentueuse pour se contenter de jouer des reprises.

Max Pie commence donc, dès 2009, à se constituer un répertoire personnel. Les premiers titres originaux sont rapidement testés sur scène (NDR : et notamment sur celle du premier Power Prog & Metal Fest de Mons en 2010).

« Initial Process », le premier opus du groupe, bénéficie d’un mixage et d’un mastering professionnel signé par Simone Mularoni, le shredder de DGM et d’Empyrios. Loin d’être un débutant en la matière, le guitariste italien a déjà prouvé à plusieurs reprises son efficacité à la console. (NDR : entre autres sur l’excellent album « Ordinary Fate«  du combo prog métal italien Solisia).

Bien que ses compositions soient plutôt techniques, Max Pie n’est pas à proprement parler un groupe 100% métal progressif. Le quintette distille un power métal contemporain, à la fois original et respectueux des canons du métal classique. Une musique construite autour de riffs solides, de mélodies alambiquées, de refrains accrocheurs et d’interludes éthérés enchaînés à de farouches montées en puissance. Mike Probst et Thierry Delcane délivrent de superbes parties de guitare et quelques soli jubilatoires. Un invité de marque, Emmanuelle Casali, le ‘keyboard hero’ d’Astra et de DGM (NDR : excusez du peu) pose sur « When You’re Gone » l’une des incroyables dégringolades de clavier dont il a le secret. Patrick Thayse, le second invité, justifie son surnom de ‘Guitar Killer’ en dégoupillant une partie lead explosive sur « Crawling », l’un des titres les plus heavy de l’album. Le duo ‘De Leneer/Lemière’ forme un tandem rythmique rudement efficace. Leurs introductions percutantes sur « When You’re Gone » et « Crawling » promettent de tuer en situation live.

La grande originalité du ‘son Max Pie’ vient assurément de la voix singulière de Tony Carlino. Son timbre à géométrie variable est immédiatement identifiable pour celles et ceux qui ont déjà été confrontés à la musique de CXT Nine ou de Lightning Fire. Entre les envolées de chant haut perché et les vociférations coléreuses du hurleur trash métal, on reconnaît par moment chez le vocaliste montois des intonations d’Ozzy Osbourne (période post-Black Sabbath ou encore de Ray Adler (Fates Warning).

Original et captivant, ce premier album de Max Pie est une véritable réussite. Huit titres insidieux et accrocheurs que vous pourrez découvrir sur la scène du Rock Sound Festival de Lessines le 26 février 2011 et bien sûr au Power Prog & Metal Fest de Mons le 30 avril 2011.

PRIDE !

Pays: BE
Ultimhate Records UHR-009
Sortie: 2010/02/25

Laisser un commentaire

Music In Belgium