INSOMNIUM – One For Sorrow

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

La ville de Joensuu, située dans l’est de la Finlande est le fief d’Insomnium, un sombre combo qui, depuis 1997, marche sur les plates bandes de la crème du mélodeath suédois. Après quatre albums (NDR : « In the Halls of Awaiting », 2002 ; « Since the Day It All Came Down », 2004 ; « Above the Weeping World », 2006 et « Across the Dark », 2009) publiés par le label anglais Candelight, le groupe change de crèmerie et rejoint l’écurie teutonne Century Media pour un tout nouvel opus intitulé « One For Sorrow ».

Dès sa formation, Insomnium est associé à la scène death mélodique de Göteborg. Une affiliation en partie assumée par le quatuor (NDR : difficile, en effet, de sonner plus ‘Dark Tranquillity’ que sur le titre « Every Hour Wounds ») mais qui semble quelque peu limitative lorsque l’on pose une oreille attentive sur « One For Sorrow ». Car Insomnium se démarque finement du style de ses collègues suédois en introduisant dans son death mélodique un ingrédient typiquement finlandais : la mélancolie. Celle-ci s’exprime bien sur par l’intermédiaire de lyrics ténébreux au possible, mais aussi au moyen d’envoûtantes décélérations de tempo, pouvant aller du quasi atmosphérique (« Inertia ») au doom le plus épais (« One For Sorrow »). Quelques subtiles incursions dans le répertoire traditionnel finlandais ajoutent au son du groupe une signature personnelle, quoique pas tout à fait inédite. Sur « Song Of The Blackest Bird », par exemple, l’association Death/Doom/Folk n’est pas sans rappeler les premiers efforts d’un autre finlandais d’envergure : Amorphis.

Si les grunts death métal éructés par Niilo Sevänen sont assez convaincants, son chant clair, fade et sans relief, porte plutôt préjudice à la dynamique des compositions. Fort heureusement, celui-ci est utilisé avec parcimonie.

Malgré l’impression de déjà entendu qu’il génère par instants, « One For Sorrow » est un disque diversifié, dynamique et agréable à écouter de bout en bout. Il pourra aussi bien convaincre les fans de Dark Tranquillity ou d’In Flames que les aficionados d’Amorphis (période « Tales Of The Thousand Lakes ») et même, pourquoi pas, quelques amateurs de formations doom death mélodique telles que Swallow The Sun ou Ghost Brigade.

Liste des morceaux (53’11) :

  1. Inertia (3’43)
  2. Through The Shadows (4’31)
  3. Song Of The Blackest Bird (7’29)
  4. Only One Who Waits (5’17)
  5. Unsung (5’04)
  6. Every Hour Wounds (5’25)
  7. Decoherence (3’18)
  8. Lay The Ghost To Rest (7’46)
  9. Regain The Fire (4’27)
  10. One For Sorrow (6’07)

Le groupe :

  • Niilo Sevänen : Basse / Chant
  • Ville Vänni : Guitare
  • Ville Friman : Guitare
  • Markus Hirvonen : Batterie

Pays: FI
Century Media
Sortie: 2011/10/17

Laisser un commentaire

Music In Belgium