MORGLBL – Tea Time For Punks

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Le titre de cet album me semble des plus évocateurs d’autant plus, que la pochette de ce dernier sent bon la nostalgie envers un groupe incontournable malheureusement disparu depuis bien longtemps. Drapeau anglais, lettres colorées en gros caractères et un soupçon d’humour, nous ramènent immanquablement à quatre énergumènes (cinq en réalité), qui ont sévit au sein du mouvement punk dans les années 80. En fait Morglbl trio énergique de jazz-métal-fusion, se permet un petit clin d’œil aux incontournables Sex Pistols, avec cette pochette d’album tel un pastiche de celles conçues par nos turbulents musiciens anglais (The Great Rock’n’roll Swindle). Vous voilà donc averti car le contenu de l’opus devrait lui-aussi vous secouer le cocotier !

Début de cette étrange aventure entre 1997 et 1998 où, Christophe Godin (guitare) et Ivan Rougny (basse) obtiennent grâce à deux premiers opus, une reconnaissance internationale. C’est en 2006 et après un long break, que Morglbl redémarre avec un nouvel album produit par le prestigieux label Laser’s Edge. C’est en 2008 qu’Aurélien Ouzoulias, jeune et impétueux batteur tous terrains, rejoint le duo de frappés pour mieux relancer la folle dynamique du groupe avec un opus sorti dès 2009. Comptons encore un cinquième album et un DVD en Live en 2012, pour un groupe qui sur scène, passe allègrement du métal au blues sans aucune difficulté ni complexe.

Tel un Primus qui aurait rejoint le grand Frank Zappa, le trio français suit les traces de The Résidents et consorts, produisant une cacophonie organisée construite sur les bases du heavy-métal et du blues-rock. A l’image des performances scéniques du groupe, ce dernier ne se prend jamais au sérieux en distillant des concerts où, nos trois compères proposent une jam-session truffée d’humour et de clins d’œil envers des références du monde de la musique ou du cinéma. Big Ben sonne, des railleries et de la musique orientale résonnent pour lancer un heavy-métal puissant où, la guitare percute nos tympans. Humour et coups de buttoir sont d’entrée de jeu, la recette gagnante de ce trio de déjantés où le tempo soutenu, oscille ici entre blues-rock et jazz-fusion sur fond de métal brûlant.

Avec un seul morceau, on est déjà dans la place de ces joyeux drilles, qui mélangent les genres comme les ingrédients d’une recette réussie de cuisine. Sur fond de power-métal, nos trois experts distillent avec une grande dextérité, un travail proche des grosses pointures. Ca groove et ça swingue dans tous les sens, incitant l’auditeur à suivre les musiciens dans leur délire. Le funk n’est pas oublié avec çà et là des petits clins d’œil à des compositions historiques ou à des musiques de film. Les passages tranchants et métalliques alternent avec des moments plus bluesy, permettant à l’auditeur d’apprécier le savoir-faire de nos protagonistes.

Rappelant la démarche de certains groupes punks et autres musiciens du post-rock ou du mouvement Batcave de Londres, c’est surtout le niveau technique très élevé des trois musiciens, qu’il faut mettre en évidence. En effet et malgré le petit côté humoristique, c’est bel et bien la dextérité de nos trois amis, qu’il faut mettre en valeur ! Je vois bien dans le public à la fois des amateurs de jam-session, comme des amoureux de décharges de power-métal, tout cela dans une parfaite cohésion. Voilà un groupe qui prend tout son sens en concert, un groupe qu’il faut aller voir en Live. Sinon à vous de compulser les vidéos sur ‘You tube’ ou celles placées sur leur site officiel, afin de mieux vous rendre compte de leur véritable délire parfaitement orchestré !

Pays: FR
Free Electric Sound/Laser’s Edge FES4012
Sortie: 2015/05/26

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!