LORDS OF BLACK – Icon Of The New Days

0 Participations

Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Si l’Espagne est connue avant tout pour ses côtes ensoleillées, la corrida, la sangria et les tapas, elle a aussi donné naissance à quelques dignes représentants de la scène métal.

En 2013, le célèbre guitariste espagnol Tony Hernando et le chanteur d’origine chilienne Ronnie Romero (Ritchie Blackmore’s Rainbow, The Ferrymen, CoreLeoni) fondent le groupe Lords Of Black, projet d’envergure internationale proposant une musique métal moderne, mélange de hard rock classique, d’éléments progressifs et d’une forte composante mélodique. Après la sortie de l’album «Lords Of Black» en 2014 et l’annonce de la participation de Ronnie Romero au Rainbow de Ritchie Blackmore, le groupe a attiré l’attention du label Frontiers avec lequel sortira le deuxième album du groupe, sobrement intitulé «II» (2016).

Avec Andy C. à la batterie et Dani Criado à la basse, le groupe se rappelle à notre bon souvenir avec la sortie d’un nouvel opus intitulé «Icon Of The New Days» mixé et masterisé par Roland Grapow (Masterplan) qui aurait aussi donné un coup de pouce au génial Hernando dans l’écriture.

Découvrez la vidéo de la plage titulaire de l’album:

Le label nous gratifie d’un second clip avec le morceau «World Gone Mad»:

L’ensemble de l’album est à la fois consistant et cohérent. Et n’allez pas croire que tout repose uniquement sur les cordes vocales de Ronnie Romero. Les cordes des guitares envoient des riffs d’une grande technicité et la basse n’est pas en reste. En réalité, tous les musiciens du groupe affichent une virtuosité impressionnante. Les références musicales sont nombreuses et l’on ne peut s’empêcher de penser par moment à des pointures telles qu’Ozzy ou Malmsteen, ou encore Primal Fear.

Précipitez-vous pour découvrir ce concentré de talent labellisé blanc-bleu belge et plongez dans le miroir noir en vous laissant séduire par les rythmes envoûtants et la voix remarquable de Marcella. Un album à très haut potentiel, chaudement recommandé par votre serviteur. Je m’en voudrais de ne pas épingler le morceau «All I Have Left» qui clôture l’album. Un monument épique de 12 minutes aux accents franchement maiden-iens.

Preuve de l’admiration que le groupe voue à ses illustres prédécesseurs et modèles, la version deluxe contient un second cd avec (dans le désordre) deux titres inédits («The Maker And The Storm» et «When Nothing Was Wrong») et quatre reprises: «Innuendo» de Queen, «Only» d’Anthrax, «Tears Of The Dragon» de Bruce Dickinson et «Edge Of The Blade» de Journey.

Un album ample, très agréable à écouter. S’il est clair que la voix exceptionnelle de Romero attire l’attention, quand on prend la peine d’écouter attentivement le travail des autres protagonistes du groupe, on prend aussi son pied avec les parties instrumentales interprétées avec brio. Bref un album qui mérite amplement sa place dans votre cd-thèque.

Liste des morceaux:

  1. World Gone Mad (6:48)
  2. Icons of the New Days (4:49)
  3. Not in a Place Like This (4:19)
  4. When a Hero Takes a Fall (5:04)
  5. Forevermore (6:05)
  6. The Way I’ll Remember (5:10)
  7. Fallin’ (4:26)
  8. King’s Reborn (7:58)
  9. Long Way To Go (4:56)
  10. The Edge of Darkness (6:31)
  11. Wait No Prayers for the Dying (4:56)
  12. All I Have Left (11:35)

Pays: ES
Frontiers Music s.r.l.
Sortie: 2018/05/11

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!