SILVER DUST – House 21

99 Participations

Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Les plus assidus d’entre vous se souviendrons peut-être de ma chronique de l’excellent album «The Age Of Decadence» (2016/2017) retraçant l’histoire du groupe des débuts jusqu’à la sortie de cet opus. La sortie de cet album a été suivie de nombreux concerts en Europe (notamment avec Lordi en 2016 et avec Battle Beast en 2017). À l’automne 2018, la formation helvétique a remis le couvert avec «House 21», un nouvel opus dont elle a le secret, à l’ambiance mélangeant allègrement les genres. Pour des raisons indépendantes de ma volonté, la chronique de cet album intervient tardivement, c’est une telle pépite que je ne pouvais pas ne pas vous en parler ici.

«House 21» est un album de rock mélodique empreint de nombreuses influences, du rock classique au rock progressif, en passant par le steam punk, le métal, le gothique, l’épique, la musique de films et même les annonces de cirque ou de music-hall. Emmené par le charismatique chanteur Lord Campbell, Silver Dust nous propose ici un éventail de titres qui sont autant d’univers différents et surprenants.

Voici pour commencer, une petite mise en bouche avec la bande annonce de l’album :

 

Les extraits, c’est bien, mais des morceaux entiers c’est mieux. Voici donc «Forever»:

Plus étonnant, la reprise du «Bette Davis Eye» popularisé en 1981 par Kim Carnes et proposé ici sous la forme d’un duo avec Lordi dans une version pour le moins inattendue :

 

Dès l’introduction instrumentale cinématique «Libera Me», le groupe nous fait entrer de plain-pied dans son univers si particulier. En plus des ambiances évoquées plus haut, on trouve parmi les différentes pépites composant cet album un morceau qui a tout d’un puissant hymne rock, le «Forever» présenté plus haut, mais aussi un morceau plus sombre et gothique comme «It’s Time» ou encore des mélodies plus mélancoliques comme le très beau «This War Is Not Mine».

L’artwork est sublime, mélangeant des éléments de films d’horreur, des clichés évoquant la Première Guerre mondiale et des portraits dans un style résolument Steampunk. Force est de reconnaître que le visuel est tout à fait raccord avec l’univers musical, plombé par des riffs de guitare bien lourds. Le son du groupe à quelque chose de familier et à la fois de presque indéfinissable. Métal, électronique et darkwave s’enchevêtrent allègrement au long de morceaux qui ont toujours un petit quelque chose de surprenant, voire de carrément décalé comme «La La La La». L’attention de l’auditeur est mobilisée en permanence. Pas de place à l’ennui. Coup de coeur pour le très électronique «The Witches Dance» et le sombre «The Calling».

Bref, un successeur convaincant à «The Age Of Decadence».

Le groupe :

Liste des morceaux :

  1. Libera Me (02:10)
  2. The Unknown Soldier (04:44)
  3. House (04:46)
  4. Forever (03:24)
  5. Once Upon A Time (03:47)
  6. La La La La (03:11)
  7. Bette Davis Eyes (feat. Lordi) (03:06)
  8. This War Is Not Mine  (03:42)
  9. The Witches Dance (03:35)
  10. It’s Time (03:41)
  11. The Calling (05:02)

Le site officiel de Silver Dust
La page Facebook officielle de Silver Dust
La page Twitter de Silver Dust
La page Instagram de Silver Dust

Pays: CH
Fastball Music / Escudero Records FB18C2393
Sortie: 2018/10/05

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!