VERY VERY DANGER, The – Witness the legitness

2 Participations

Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

De Gand nous arrive ce groupe intéressant à plus d’un titre. D’abord parce que les musiciens qui composent The Very Very Danger ont déjà quelques lettres gagnées dans des groupes antérieurs, toujours préoccupés par l’émission d’un boucan salvateur. Ensuite parce que les mélanges effectués par le groupe ne sont pas loin de la dynamite sonore prête à vous exploser à tout moment entre les deux tympans. Et enfin parce que ce nouvel album sort sur le label 9000 Records, une filiale de la toujours intéressante maison Consouling Sounds.

La conjuration sonore fomentée par The Very Very Danger prend corps à Gand il y a quelques années. Les membres Ian Clement (basse et chant) et Michélé De Feudis (synthés et chant) s’associent à un certain Bunny (batterie) pour monter ce groupe tout en prenant soin de se trouver aussi des pseudonymes. Ainsi Ian Clement s’appellera Bear et Michélé De Feudis Kitty. Ces deux-là ont déjà sévi dans des combos comme Wallace Vanborn (pour Ian Clement, également détendeur de trois albums solos, dont le dernier ʺSee me in synchronicityʺ est sorti il y a quelques mois) et Horses On Fire (pour Michélé De Feudis).

Le projet Very Very Danger se greffe donc sur des carrières musicales déjà bien occupées et a pour objet de propager un rock garage fortement empreint de pop thermonucléaire et de punk multicolore. Leur petit album ʺWitness the legitnessʺ (huit titres, trois minutes de durée en moyenne) fait penser au fruit d’amours coupables entre Millionaire et les Eagles Of Death Metal. Avec ses guitares compressées, un son surpuissant, des refrains idiots et un rythme qui donne envie de remonter l’Empire State Building à mains nues pour mettre une raclée à King Kong, ce petit disque rafraîchissant réveille les têtes à coups de Doc Marten’s repeintes en rose avec des étoiles bleues.

La succession des excellents titres ʺG.G. Afk noobʺ, ʺLite my litahʺ, ʺLegitness to witnessʺ ou encore ʺTesla spoilʺ et ʺWatashi to kiteʺ nous recale la cervelle entre deux mâchoires d’un étau sonore multidirectionnel d’où jaillit une fontaine de décibels pimpants et rigolards. C’est simple et efficace et c’est une source de joie simple pour affronter la grisaille des temps modernes en toute tranquillité. On en redemande.

Pays: BE
9000 Records
Sortie: 2019/03/15

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
fr_BEFrançais de Belgique
en_GBEnglish (UK) fr_BEFrançais de Belgique