Les Nuits 2019 : la sélection de Music in Belgium (part 1)

8 Participations

Dans moins d’un mois, le mardi 23 avril pour être précis, les Nuits (du Bota) vingt-sixième édition prendront leur envol. L’occasion de défricher une affiche aussi pléthorique qu’alléchante et de vous donner quelques tuyaux au passage.

La quinzaine débutera en force avec Noah Lennox alias Panda Bear à l’Orangerie. Avec le récent “Buoys”, le leader d’Animal Collective vient enfin de donner une suite à l’acclamé “Panda Bear Meets The Grim Reaper”, publié en 2015. Officiant dans un registre moins expérimental, il conclura de parfaite manière une soirée entamée avec la présentation du premier EP de Romain Cupper (la voix de Leaf House) et celle du groupe de Marc Melià. Une curiosité, vu que ce dernier se produit généralement seul sur scène.

Les Nuits riment depuis toujours avec création et la première de la cuvée 2019 aura lieu d’emblée de jeu avec Esinam, une autre artiste solitaire. Les organisateurs lui ont en effet lancé un défi en lui proposant de s’entourer de musiciens l’espace d’un soir au Grand Salon. Mis à part la Bruxelloise, personne ne sait encore quelle tournure prendra le défi mais il s’agira à n’en point douter d’un moment unique auquel participera peut-être le renommé Manu Delago avec qui elle partage l’affiche.

Le lendemain, l’Orangerie accueillera une talentueuse auteure-compositrice Sud-Africaine d’à peine 25 ans qui est en train de se révéler au monde entier. En plus de jouir d’un talent inné, Alice Phoebe Lou met un point d’honneur à travailler de manière tout à fait indépendante en refusant de se conformer aux règles du monde musical. Un sacré bout de femme plein de caractère…

Le jeudi 25 avril, les guitares seront à l’honneur dans des tons et des couleurs différentes. Le chapiteau accueillera notamment Blood Red Shoes, le duo (et désormais quatuor par intermittence en live) infernal qui a rempli la Rotonde en un rien de temps en février dernier. “Get Tragic” a beau être un album surprenant, il passe admirablement le cap de la scène. On sera également particulièrement attentif à Annabel Lee, le projet de la dynamique Audrey Marot qui y présentera officiellement son très attendu premier album.

L’Orangerie, de son côté, proposera une soirée tout en crescendo avec le post-rock des prometteurs Tournaisiens d’Endless Dive auquel succéderont le cocktail explosif des Parisiens de Psychotic Monks et la noise impressionnante de Lysistrata dont on a du mal à croire qu’ils sont Français (en les entendant jouer en tout cas). Encore plus fort, les destructeurs Raketkanon feront quant à eux vaciller la Rotonde. Les Gantois y défendront “RKTKN#3”, leur nouvelle livraison à paraître tout début avril tandis qu’un peu plus loin, au Grand Salon et dans un autre style tout aussi extrême, Bakar sera peut-être la grande révélation de ces Nuits 2019.

La curiosité du vendredi 26 sera à n’en point douter le Worakls Orchestra, nouveau projet atypique du producteur de musique électronique Kevin Rodrigues aka Worakls. Formé au conservatoire, il associe donc deux influences a priori antagonistes et palliera l’absence (officieusement en tout cas) de l’Ensemble Musiques Nouvelles cette année. La soirée empruntera une direction plus pop que la précédente avec notamment Warhola, le leader de Bazart à l’Orangerie alors qu’au Grand Salon, l’infatigable David Numwami s’essaiera en solo. Cheville ouvrière du Colisée, il était déjà là l’an dernier aux côtés de Charlotte Gainsbourg et l’année précédente au sein de Frànçois & The Atlas Mountains.

Pour la petite histoire, il se produira également le lendemain à 11h pour une matinée Bota Kids, mais on aura l’occasion d’en reparler…

À suivre…

À lire aussi: la sélection de Music in Belgium (part 2)

Une pensée sur “Les Nuits 2019 : la sélection de Music in Belgium (part 1)

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :