Jazz News Eté 2019 – Hans Fredrik Jacobsen, Ståle Storløkken, Erlend Apneseth Trio/Frode Haltli & Tuomo Uusitalo

2 Participations

Pour terminer ce premier semestre musical de 2019, nous vous proposons quatre albums de jazz/electronica en provenance du Nord.

Avec Øre (sortie le 19/4/2019), Hans Fredrik Jacobsen signe un album hommage à l’instrument le plus important de tout musicien: l’oreille.

«Jouer à l’oreille» est un concept que la plupart des gens connaissent bien. Il y a beaucoup de musiciens qui ont appris tout ce qu’ils savent à l’oreille. L’oreille peut percevoir des choses qui ne peuvent jamais être notées sur du papier et beaucoup de musique ne peut être apprise à l’oreille que parce qu’il est impossible de l’écrire.

Cet album se compose d’une combinaison de matériaux solos et d’enregistrements “de tours” dans lesquels Hans Fredrik Jacobsen joue tous les instruments, ainsi que différents ensembles.

Øre est le 4e album solo de Hans Fredrik Jacobsen. Les trois premiers étaient JóL (Via music 1998), Vind (Heilo 2004) et Trå dansen (Heilo 2013). Il a également contribué à Langt nord i skogen (KKV 1987) avec Tone Hulbækmo, Himalaya Blues (Heilo 2004 avec Knut Reiersrud et le groupe népalais Varja), Seljefløyta (Heilo 1997) avec Steinar Ofsdal et Hallgrim Berg et 3 albums avec le groupe médiéval de musique Kalenda Maya: Renaissance and medieval music (Simax 1985), Norse ballads (KKV 1989) et Pilegrimsreiser (KKV 1997). Hans Fredrik a contribué à environ 100 albums en tant que musicien de studio. Parallèlement à sa longue collaboration avec Tone Hulbækmo, il a notamment collaboré avec Erik Bye, Sondre Bratland, Secret Garden, Sveil Kyrkjebø, Annbjørg Lien et des poètes comme Halldis Moren Vesaas, Ove Røsbak et Ola Jonsmoen.

 

The Haze of Sleeplessness (sortie le 24/5/2019) est le premier album solo de Ståle Storløkken, connu comme membre de Supersilent et Humcrush, comme pour ses participations aux disques de Frode Haltli ou Arve Henriksen. Une suite de sept mouvements dont le matériau musical commun est continuellement recyclé sous de nouvelles formes et de nouveaux sons, tandis que des leitmotifs récurrents créent un fil conducteur de continuité, “The Haze of Sleeplessness” opérant à plusieurs niveaux simultanément. De toute évidence, c’est peut-être un poème d’amour pour les sons électroniques et analogiques de la vieille école dont les bourdonnements et les flous ne peuvent s’empêcher de rappeler l’ère héroïque de Wendy Carlos, Vangelis et Tangerine Dream.

A propos des instruments joués, Ståle Storløkken a lui même déclaré utiliser des «Minimoog, Prophet T8, Prophet VS, Arp Pro Soloist, Oberheim Xpander, ainsi que certains synthés numériques. La majeure partie du matériau est composée de parties improvisées qui servent de base sur laquelle l’arrangement et la musique finale sont construits. Cette base peut être une mélodie, des accords, un groove ou même une simple idée sonique. Le titre «The Haze of Sleeplessness» reflète en quelque sorte l’état d’insomnie: vous êtes éveillé, mais en même temps, non. Cet état peut être à certains égards très créatif et imaginatif, mais également très destructeur. ”

 

Le passé folk rencontre l’avenir folk dans le nouvel album du Ståle Storløkken avec l’accordéoniste Frode Haltli, Salika, Molika

Le troisième album du trio Erlend Apneseth – la nouvelle star norvégienne du violon Hardanger – repose sur les fondements de leur premier disque acclamé, ‘Det Andre Rommet’ (qui a été nominé pour un «Grammy» norvégien) et sa suite plébiscitée, ‘Åra’, mixé et co-produit à nouveau par Jorgen Traeen (Jaga Jazzist, Røyksopp, etc.). Partiellement enregistrée dans une ancienne usine de conditionnement de viande reconvertie en ateliers d’artistes et en espace de performance, Salika, Molika combine des éléments de la musique traditionnelle avec l’improvisation expérimentale et l’électronique pour produire une forme hybride fascinante. L’ajout du célèbre accordéoniste et compositeur Frode Haltli – auteur de l’album magistral de 2018, “Avant Folk”, renforce le mélange afin de produire un son d’ensemble plus dense et plus nuancé, tandis que l’incorporation d’enregistrements – suivant un modèle établi pour la première fois dans ‘Åra’ – fournit une couche discursive supplémentaire au texte musical.

 

Pour terminer ce tour d’horizon, c’est du jazz old school parfaitement exécuté que nous propose Tuomo Uusitalo, pianiste finlandais basé à New York, qui partage sa vie aussi à Riga. Tuomo Uusitalo a fait appel à des musiciens aux vues similaires – le légendaire saxophone ténor Chris Cheek, le bassiste Myles Sloniker et le batteur Itay Morchi, des musiciens qui ont également joué partout et qui savent ce que c’est que de vivre toutes ces nouvelles expériences et d’avoir le mal du pays. C’est un excellent quatuor unifié.

Bien que Stories From Here and There  (sortie le 1/7/2019) contient principalement des compositions originales de Tuomo Uusitalo, il inclut également des reprises du Great American Song Book . Ce quatuor maîtrise des chansons telles que «The Best for You (Would Be Me)» d’Irving Berlin et «Boo Boo’s Birthday» de Thelonious Monk, leur donnant un air intemporel. C’est le morceau final, «Tonight You Belong To Me», qui livre vraiment le message de rentrer chez soi et d’être avec ceux que vous aimez le plus. C’est un album poignant, joliment joué, et un argument de poids pour admirer le jazz venant de contrées lointaines.

 

 

 

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :