Métal festif à Courtrai avec Cyhra et Battle Beast

23 Participations

C’est à Courtrai que nous a conduit l’appel des sirènes nordiques le dimanche 1er décembre dernier. Rien de tel qu’un bon petit concert de métal pour se préparer aux fêtes de fin d’année. C’est la salle De Kreun qui nous accueille pour cette belle soirée avec une affiche sobre mais ô combien efficace.

Cyhra n’avait jamais vraiment attiré mon attention jusque là. Les compositions entendues durant leur prestation en ouverture de programme ayant titillé ma curiosité, j’ai donc creusé le sujet pour en arriver à la constatation que ce (super)groupe suédois de l’écurie Nuclear Blast est en réalité composé d’anciens membres de groupes assez célèbres. On trouve ainsi au chant Jake E (ex-Amaranthe), cofondateur du groupe avec le guitariste Jesper Strömblad (ex-In Flames). Le duo a su bien s’entourer en recrutant aussi le batteur Alex Landenburg (ex-Annihilator, ex-Axxis) et le guitariste finlandais Euge Valovirta (ex-Shining), qui compte parmi les plus doués de sa génération. Bref, que du beau monde pour venir défendre l’album «No Halos In Hell», deuxième album du groupe sorti en 2019 et successeur de «Letters to Myself» sorti en 2017.

Au programme de ce premier set, le public présent dans la salle courtraisienne a pu découvrir divers extraits des deux albums, parmi lesquels «Letter to Myself», «Bye Bye Forever», «Dreams Gone Wrong», «I Am the One», «Battle From Within», «Heartrage», «Here To Save You», «Karma», «Man of Eternal Rain» et «Out of My Life». Le public a semblé apprécier les compositions catchy aux accents électro et la voix excellente de Jake E. Difficile cependant de coller une étiquette plus précise sur cette musique, tant ça part un peu dans tous les sens. La grande constante est le soin particulier apporté à la mélodie. Celles et ceux qui croyaient retrouver ici le meilleur des groupes d’origine des différents protagonistes en seront pour leurs frais : le supergroupe qui se présente comme «the next thing in metal» (la prochaine évolution du métal) se limite en fait à une fine pellicule de vernis métallique recouvrant une musique aux accents presque pop et aux mélodies très consensuelles. Agréable à écouter, mais pas de quoi nourrir les amateurs de métal en quête de morceaux plus roboratifs. Ajoutons à cela une gestion de l’espace mal maîtrisée et une utilisation parfois dérangeante d’enregistrements pour la deuxième voix. Musicalement acceptable , voire plaisant (moyennant les réserves susmentionnées) mais scéniquement perfectible. Avec le potentiel présent, gageons que l’avenir nous réserve encore de bonnes surprises.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La tête d’affiche de la soirée n’était autre que le groupe finlandais Battle Beast dont nous avions encore pu apprécier la prestation au Biebob en mai dernier. Les inventeurs du mix métal et son des eighties continuent inlassablement à porter la bonne parole aux quatre coins de la planète. Les revoir en ce début de mois de décembre est un reboostant idéal avant les fêtes. De toute évidence, Battle Beast aime la Belgique puisque le groupe sera de nouveau dans notre plat pays début 2020 en première partie des métallurgistes suédois de Hammerfall.

En musique comme en sport, on ne change pas une équipe qui gagne. Sur scène, le public courtraisien retrouve donc l’incroyable Noora Louhimo au chant, Pyry Vikki à la batterie, Joona Björkroth à la guitare et aux voix, Juuso Soinio à la guitare, Eero Sipilä à la basse et aux voix ainsi que Janne Björkroth aux synthés et voix.

Côté setlist, le programme est assez similaire à celui de mai dernier (promo d’album oblige), mais avec quelques petites modifications quand même : «Unbroken», «Familiar Hell», « Straight to the Heart», «Black Ninja», «Endless Summer», «I Wish», «Raise Your Fists», «The Golden Horde», «Out of Control», «The Hero», «Bastard Son of Odin» et « Eden ». Pour les rappels, la horde finlandaise gratifie son public enthousiaste de trois titres supplémentaires : «No More Hollywood Endings», «King for a Day» et le très festif «Beyond the Burning Skies».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comment résumer cette prestation sans tomber dans la répétition ? Les premiers mots qui viennent à l’esprit sont énergie, ambiance et dérision. Le programme concocté est un savant mélange de morceaux louchant tantôt vers le métal plus traditionnel, tantôt vers la musique des années ’80 et parfois même vers le rock fm à l’américaine. Les musiciens s’amusent toujours autant sur scène et leur bonne humeur a tôt fait de se répandre dans le public. Celui-ci ne se fait d’ailleurs pas prier pour répondre aux sollicitations de Noora quand il s’agit de sauter, danser, tourner la tête à s’en décrocher les cervicales ou même chanter. Le groupe a acquis un savoir faire unique quand il s’agit de mettre de l’ambiance dans une salle. Sa musique festive et nostalgique parle à toutes celles et ceux qui vécurent leur adolescence dans les années ’80. Et Noora a une voix exceptionnelle, tant dans le chant clair pur que dans le chant plus rugueux. Sans parler de toute l’énergie dégagée sur scène. Bref, un nouveau concert décoiffant qui contribue à renforcer la renommée du combo nordique.

Et encore une soirée mémorable comme on les aime! Les absents ont vraiment eu tort…

 

Galerie: Cyhra | Battle Beast
Article: Anne-Françoise Hustin et Hugues Timmermans
Photos © 2019 Hugues Timmermans

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :