L’effet SMG Music Fest

0 Shares

Il fut en temps pas si lointain où seuls les habitants de Sart-Messire-Guillaume attendaient leur kermesse de rentrée avec impatience. Désormais, c’est toute une communauté qui se donne rendez-vous dans la petite bourgade du Brabant Wallon pour le SMG Music Fest dont la huitième édition se tiendra le vendredi 8 septembre.

Sans prétention aucune, ce rendez-vous s’est naturellement imposé comme un incontournable du calendrier indie. D’abord nationale (It It Anita, La Jungle, Annabel Lee…), l’affiche s’est peu à peu ouverte aux pays limitrophes (Pip Blom, Personal Trainer…) avant de traverser la Manche (Ulrika Spacek, Traams, The Lounge Society…) et l’Atlantique (Together Pangea, Froth). La clé du succès ? Des passionnés qui en connaissent un bout et qui n’hésitent pas à parcourir des kilomètres pour façonner le line-up le plus cohérent possible.

Mais le charme du SMG, c’est d’abord et avant tout son côté atypique. Ils risquent d’en faire une tête, les New Yorkais de Bodega, en débarquant au milieu d’une fête foraine et en voyant les spectateurs vider des cruchons sans fond. Cela risque de les changer du Pukkelpop où ils ont joué en 2019, entre un Bota et un Trix. Cela dit, connaissant leur esprit festif, ils devraient sans peine adhérer au concept et y puiser l’énergie pour démonter le chapiteau, bien aidés par un public traditionnellement plus que réceptif. Il conviendra d’en profiter car les quelques dates qu’ils donnent en Europe (dont celle-ci, exclusive pour la Belgique) seront les dernières en support de “Broken Equipment”, leur deuxième album publié l’an dernier.

Pour cette édition, l’équipe marketing et communication s’est fait plaisir en développant des teasings plus hilarants les uns que les autres. Pour Courting, on a notamment vu défiler des balles de tennis et de football, en référence aux deux imparables singles des autres gars de Liverpool qui défraient la chronique actuellement. Vu le titre de leur premier album (“Guitar Music”), ils semblent toutefois plus à l’aise sur une scène que sur un terrain de sports. Leur post-pop-punk aux contours électroniques bien barrés a de quoi décontenancer mais devrait faire le job ce soir-là.

La grande découverte de la soirée sera toutefois à chercher du côté de Melbourne avec les gars de Flyying Colours qui ont sorti au printemps leur troisième album, “You Never Know”. Délicieusement shoegaze, leurs compositions n’omettent pas les mélodies qui les rendent irrésistibles, au même titre qu’un sens aigu des arrangements sur fond de guitares glaciales et de claviers aériens. Visiblement, la tournée récemment entamée refermera un chapitre dans la carrière du groupe. Une raison supplémentaire de ne pas louper ces Australiens dont les passages en Europe se comptent sur les doigts d’une main

Contrairement à l’année dernière où l’affiche se focalisait exclusivement sur le Royaume-Uni, l’ouverture des festivités sera cette fois confiée à des compatriotes. Les habitués reconnaîtront l’une ou l’autre tête au sein de Druugg, une sorte de supergroupe made in Cité Ardente. Formé pendant le confinement, on y retrouve des membres des Scrap Dealers et de Whatever! mais aussi de Gros Cœur. Entre psyché, noise et expé, ils alimentent leurs paradis artificiels le plus naturellement du monde. Il suffit de fermer les yeux et de se laisser emporter…

Tout ceci pour le prix ridicule de 9 EUR non indexé, le but étant de garantir l’accès à tout un chacun. Sans surprise, cette modeste contribution n‘est toutefois pas suffisante pour boucler le budget. Pour contourner le problème, une idée de génie à mi-chemin entre le mécénat et le crowdfunding : deux formules dont le seul objectif est d’aider le festival à rentrer dans ses frais et à envisager l’édition suivante avec davantage de sérénité. À la carte, en plus du menu classique dont on parle ci-dessus, le Salad’tout à 15 EUR et le Frites à part à 25 EUR.

Trop cher ? Pas de souci, il y a aussi la formule verre du patron. Mais pour y avoir droit, il faut participer à notre concours et tenter de remporter votre ticket. Ne traînez toutefois pas, l’an dernier, le festival affichait complet bien avant le premier coup de batterie.

La huitième édition du SMG Music Fest se déroulera le vendredi 8 septembre à partir de 19h à Sart-Messire-Guillaume, du côté de Court-Saint-Etienne, à une dizaine de kilomètres de Louvain-la-Neuve. Infos, détails et tickets via le site officiel du festival.

See you there !

Laisser un commentaire

Music In Belgium