7 OCEAN – Diapause

0 Shares
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

On reste sur le label russe Mals avec cette fois-ci un groupe qui prend sa source dès 1989, et ce, suite à la motivation d’un homme, Alexander Eletsky, qui souhaite créer un projet musical. Nombreux sont les musiciens prenant part aux balbutiements du groupe avec en définitive un line-up où les membres actuels n’étaient alors que les seconds couteaux. De 1990 à 1994, c’est toujours ce même Alexander, claviériste et chanteur de son état, qui mène les débats au sein de son équipe avec la sortie de quatre albums. Suite au décès tragique d’un des membres du groupe, le projet s’arrête mais le reste de l’équipe perdure le temps de finir les dernières compositions en chantier.

2004 est l’année du revival du groupe avec toujours aux commandes le même Alexander Eletsky qui s’offre l’aide du chanteur Sergey Starosotsky et du batteur Alexander Sofiks. Les autres membres du groupe, qui avaient déjà participé au projet en 1989, viendront par après pour compléter la nouvelle équipe en place. Trois ans de travail acharné sont nécessaires pour élaborer un nouvel album paru en 2008. Deux autres opus paraissent respectivement en 2009 et 2010 avec de nombreuses rééditions des toutes premières compositions. Dernière parution discographique en date, “Diapause” parait en 2013 avec au sein de l’équipe et outre les trois membres déjà cités, Oleg Grinevich (guitare électrique), Alexander Chugayev (guitare acoustique) et Vladimir Stolyarov (basse).

Avant de parler musique, attardons-nous un peu sur les paroles avec toujours des sujets engagés et des albums qui racontent une histoire comme pour un concept. Côté sonore et si j’ai été jusqu’à présent assez sévère avec les autres réalisations venant de l’Est, j’ai pu découvrir avec plaisir un groupe qui a des idées et qui sait les mettre en valeur. Il est vrai que le chant utilise toujours la langue maternelle des musiciens, mais ici c’est relativement plus facile à appréhender. J’en reviens à la musique et si elle est toujours teintée vintage, l’esprit de recherche et de diversité est bien plus avancé que pour les albums de Flight 09 et Algabas ! Beaucoup plus de sons divers égrènent les compositions avec même des sonorités d’orgue et de synthétiseur que l’on a pas souvent l’occasion d’écouter. Entre hard-rock progressif et néo-progressif, les musiciens allient avec goût des passages seventies et des passages futuristes où viennent s’immiscer du jazz et du blues. On trouve aussi, au sein de cet opus, des passages qui approchent le niveau de leurs collègues anglo-saxons.

Habituons-nous au chant en langue russe et ouvrons-nous l’esprit afin de bien percevoir le travail accompli par ces musiciens qui méritent votre attention. S’il fallait faire un choix et hormis l’excellent album instrumental de Mind Portal, voilà une seconde bonne réalisation du label Mals.

Pays: RU
Mals Records 404
Sortie: 2013

Laisser un commentaire

Music In Belgium