THE FEATHER – Room

3 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Depuis la première escapade de Thomas Medard sous le patronyme The Feather, pas moins de six années se sont écoulées. Six années pendant lesquelles le co-leader de Dan San a connu des moments forts mais aussi d’autres, nettement moins joyeux. Dans la première catégorie figurent en bonne place la naissance de sa fille et une tournée internationale en support d’“Invisible”, son premier album. La seconde comprend le diagnostic d’une maladie rare le contraignant à se poser et prendre du recul. Mais aussi à alimenter l’écriture de “Room”, sa deuxième plaque à la vision sans surprise nettement plus personnelle.

Introspective, certes, mais sans tomber dans la déprime. Au contraire, l’environnement dépouillé d’“Invisible” a fait place à un habillage chaleureux et rêveur, par moments planant. La raison ? Il a troqué sa guitare folk contre un piano et des claviers. Un véritable défi lorsque l’on sait qu’il n’était jusqu’alors pas particulièrement familier avec ce type d’instruments. Une idée lumineuse qui lui a permis de laisser place à une certaine spontanéité tout en évitant de tomber dans la routine. Mais il s’est également entouré d’une solide équipe parmi laquelle on retrouve Yann Arnaud (qui a notamment produit “Shelter” de Dan San), le célèbre liégeois Yannick Lemoine et Olivier Marguerit dont la réputation (notamment sous le pseudo O) n’est plus à démontrer.

Une nouvelle direction lorgnant vers la dream pop dévoilée sur les singles avant-coureurs (“Closer” et ses bidouillages sonores, “Sister” et “Low Days” à la jovialité colorée). Mais également lors de sa convaincante prestation en première partie de Portland à l’AB en novembre dernier. Une prestation charnière qui, à l’instar de “Room”, réévalue le potentiel du projet vers le haut. Cela dit, le gaillard ne s’égare pas dans l’univers mélancolique de Slowdive ou de Beach House car le terme pop reste prédominant dans ses compositions.

En tête de celles-ci, pointons les hyper efficaces “Stay Up” et “Firework” dont les entêtants claviers 80s renvoient presque vers Piano Club (pour rester dans la Principauté). Mais on mettra également en évidence les moments où la voix de Thomas Medard se veut naturelle et délicate (les couplets de “Come First”, l’addictif “At Sea”) lorsqu’elle n’est pas secondée par des chœurs rêveurs (“Is It Enough To Try”). Quant au final “Beautiful Lie”, il jouit d’une orchestration riche au tempo ralenti évoquant presque Foals en mode chill-out avant un fade-out atmosphérique zen et prolongé. Si Condore avait impressionné l’an dernier avec son EP, The Feather confirme que les membres de Dan San ont bien plus d’une corde à leur arc…

Tracklisting
Closer
Sister
Higher
Stay Up
Come First
Louder
Is It Enough To Try
Firework
At Sea
Low Days
Beautiful Lie

Pays: BE
Sortie: 2020/04/24

PIAS

thefeathermusic.be

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!