Fameuse soirée avec JUDAS PRIEST en vedette à Forest National

0 Participations

L’affiche de la soirée était alléchante, et laissait entrevoir la perspective de passer un excellent. En effet, avec Testament, Megadeth et Judas Priest, il faudrait vraiment être une fine gueule pour ne pas apprécier. La salle n’était pas aussi remplie que la semaine précédente pour les scandinaves et leur jolie blonde, tant pis pour ceux qui se sont gourrés d’une semaine pour voir un vrai concert métal.

Je me souviens avoir vu Testament lors de la mémorable tournée Clash Of The Titans, avec Suicidal Tendencies, Megadeth et Slayer. Je les avais un peu perdu de vue depuis, mais j’ai fort apprécié leur dernier album “The Formation Of Damnation”. Je le recommande vivement car c’est un grand cru. La bande de Chuck Billy est toujours en forme, même si le son laissait un peu à désirer. Testament a bien assuré pendant 45 minutes, interprétant deux titres de leur dernier album, dont “The Formation Of Damnation” et “More Than Meets The Eye”. On aura aussi pu reconnaître “Souls Of Black” ou le classique “Practice What You Preach”. Une bonne mise en condition avant ce qui allait suivre.

Megadeth en salle, et non dans le cadre d’un festival, là aussi j’étais curieux de voir. Je les avais vu dans la tournée citée plus haut, mais aussi au Graspop avec Alice Cooper notamment. Leur dernier album “United Abominations” m’a également fort plu (voir chronique). Par contre, j’étais curieux de voir comment Dave Mustaine assurerait côté chant, vu son style particulier. Le groupe est entré en scène sur “Sleepwalker” et a enchaîné sur ce qu’on pourrait qualifier de véritable best of pour le grand bonheur de tous.
“A tout Le Monde”, “Symphony Of Destruction”, “In My Darkest Hour”, “Hangar 18”, “Peace Sells… But Who’s Buying”, et un excellent “Holy Wars” en guise de rappel, excusez du peu.

L’ambiance était excellente, le son était nettement meilleur que pour Testament, la voix passait clairement, et Dave s’est montré très chaleureux avec le public. La soirée continuait donc sur une très bonne lancée.

J’avais vu Judas Priest il y a des plombes, sur la tournée “Painkiller”, et aussi à Forest. Leur dernier album ne m’a pas enthousiasmé outre mesure mais c’est une bonne galette quand même. Ici le show était d’une toute autre dimension. L’entrée en scène s’est faite sur “Nostradamus” et le décor évoquait le personnage en toile de fond. Rob Halford était vêtu d’un manteau brillant tandis que les deux guitaristes campaient sur leurs tenues moulantes et leurs guitares aux formes affûtées. Ca paraîtra sûrement kitsch et dépassé pour certains, mais là, dans ce décor, et avec ce que ce groupe représente, on s’incline.

1h45 minutes n’est pas suffisant pour caser tous les grands morceaux de Judas Priest, il faut dire qu’avec 38 ans de carrière il y a du choix. Mais la setlist était de grande classe. Trois titres du dernier “Nostradamus”, dont “Messenger Of Death” aux côtés de “Breaking The Law”, “Electric Eye”, “Eat Me Alive”, “Sinner”, “Rock Hard, Ride Free”, “Painkiller” ou l’incontournable “Hell Bent For Leather”, avec bien sûr, la Harley Davidson sur scène.

Soyons honnêtes, Halford n’a plus la voix qu’il avait, et son chant est moins clair. Mais il est toujours là et il assure. Le duo de guitares KK Downing et Glen Tipton est réglé comme une horloge suisse, la rythmique de Scott Travis et de Ian Hill cogne sans démesure, et ce dernier bouge même plus qu’avant. Bref, les papys assurent, et ils pourraient sans ciller donner des leçons de tenue et de don de soi. Ce concert fera sans doute partie des grands concerts metal 2009.

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :