Moon Safari et Believe : nouvelle soirée progressive au 66 !

0 Participations

En effet, au départ d’une affiche ne présentant qu’un seul groupe et non des moindres puisqu’il s’agissait de Moon Safari, est venu se rajouter en guise d’entrée le groupe polonais Believe. Deux pour le prix d’un, et ce, pour une modique somme, une véritable aubaine pour tout amateur de rock-progressif qui se respecte ! Parlons-en de ces amateurs qui deviennent finalement une denrée rare, car l’assemblée de ce jeudi 20 septembre fût des plus clairsemée. La faute à qui ? Le manque d’intérêt pour la musique rock peut-être, car il est vrai que parfois j’ai l’impression d’être un extraterrestre parmi les hommes ! Bon, trêve de bavardages et entrons dans le vif du sujet avec, tout d’abord, nos amis polonais qui vont donc ouvrir le bal. Believe, qui vient de nous offrir récemment un excellent DVD, est aujourd’hui devenu une valeur sûre de la scène progressive actuelle. Ambiance symphonique et aérienne, travail précis pour chaque instrument et belle prestance de son chanteur en font les ingrédients d’une recette efficace. C’est d’ailleurs ces mêmes ingrédients qui nous seront servis ce soir avec une prestation de qualité pour chacun des protagonistes. Karol Wroblewski, le nouveau chanteur, se distinguera d’emblée en venant au contact direct du public, et ce, affublé d’un porte-voix. Par la suite, son chant haut-perché englobera une belle partie de l’espace sonore. Pour les musiciens, et si l’on doit constater l’absence de la violoniste Satomi, c’est Konrad Wantrych, le jeune claviériste, qui étonnera par sa belle maîtrise des sons de piano et de claviers. D’ailleurs, un beau travail aura été fait à ce niveau, car toutes les compositions ont été habillement habillées d’une intro symphonique et aérienne. Épinglons bien sûr la prestation de notre bon vieux Mirek Gil à la guitare, vieux briscard de Collage et Satellite, qui aura ce soir montré toute son expérience. Ajoutons enfin la grande efficacité de Przemas et Vlodi pour assurer la section rythmique. Passons maintenant à la set-list qui aura fait la part belle à l’album “This Bread is Mine” qui avait déjà subi une cure de jouvence sur le DVD paru cette année. Des compositions telles que “And All the Roads”, “AA” ou la plage titulaire nous serons servies dans une formule à mi-chemin du rock-progressif et du rock-atmosphérique. Passage en revue également pour l’album “Yesterday is a Friend” avec une belle version de “What They Want is My Life” ainsi que du dernier opus studio “World is Round” qui sera lui aussi mis à l’honneur ce soir. Notons que l’une des deux parties de la plage titulaire servira d’intro au concert. Épinglons “No Time Inside” joué lui aussi avec au final un premier set de près d’une heure où nos amis polonais nous aurons enchantés, assurant parfaitement leur rôle pour lancer l’ambiance de la soirée qui ne faisait que commencer !

Seconde salve de décibels avec, cette fois-ci, l’hôte d’honneur en la personne du groupe suédois Moon Safari. Que dire de ces talentueux musiciens, et surtout chanteurs, qui nous auront fait rêver album après album et dont le niveau technique n’aura cessé de progresser ! Rappelons-nous le somptueux “Lover’s End” ainsi que le double CD en public parus respectivement en 2010 et 2011, qui nous aurons empli le coeur de plein de bonheur. Moon Safari, ce groupe qui aura remis au goût du jour les harmonies vocales que l’on concevait à l’époque des Beach Boys ou du grand Queen. Moon Safari, c’est aussi un savoir-faire musical afin de créer un rock-progressif aussi pointu qu’un Flower Kings. Les revoilà donc sur les planches du 66 avec d’emblée, une pêche d’enfer qui mettra en transe plus d’un fan présent ce soir. C’est donc une compo du superbe “Lover’s End” qui lancera l’ambiance laquelle, finalement, ne descendra plus jusqu’à l’extinction des amplis ! Les autres albums que sont “Blomljud” et “A Doorway to Summer” seront également revisités lors du set.

Parlons-en de ce set qui sera d’une fabuleuse intensité avec cette recette gagnante qui fait aujourd’hui la marque de fabrique de Moon Safari. Un savant mélange de rock-progressif à la fois technique et à la fois mélodique, sur lequel vient se greffer de une à cinq superbes voix. Prenons maintenant le temps de passer en revue les troupes avec, tout d’abord, le frontman Petter Sandström qui nous offrira son timbre de voix si caractéristique ainsi que sa maîtrise de la guitare acoustique à 12 cordes. Tobias Lundgren et Johan Westerland assureront, quant à eux, de mains de maître la section rythmique. Notons que Johan illuminera la scène grâce à sa coupe de cheveux des plus excentriques, mais aussi en manipulant pour nous une basse Ibanez des plus clinquantes. Venons-en à Pontus Akesson qui nous aura enchantés par son excellente maîtrise de sa guitare électrique. N’oublions pas bien sûr les claviers et pianos confiés ici à Sebastian et Simon Akesson. Outre le splendide travail accompli aux instruments, ajoutons aussi la splendide présence de leurs voix. Personnellement, j’accorderai la palme d’or à Simon qui m’a littéralement scotché par son jeu de piano, mais aussi par sa puissance vocale. Cerise sur le gâteau pour nous spectateurs avec la présentation du nouveau single “Skellefteä Serenade”, composition de près de 25 minutes. Rappel oblige au 66 avec, pour le final, un chant a cappella de nos six lascars tout bonnement sublime !

J’en terminerai par vous dire deux choses. La première, c’est que celui qui n’est pas venu a encore une fois de plus eu tort de ne pas être là ! Enfin, il ne serait pas correct d’oublier l’homme par qui tous ces beaux moments sont possibles. Merci encore une fois à Monsieur Francis Géron pour tout ce que vous faites pour nous, amoureux transis de ce qui s’appelle la vraie musique. Longue vie au rock-progressif et longue vie à tous ces groupes qui nous font et nous ferons encore longtemps rêver !

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :