Perry Rose, un belgo-irlandais bien de chez nous

0 Participations


Perry Rose est un habitué des scènes belges et fier de ses origines irlandaises. Il est actif depuis 1991 en Belgique, France, Suisse et Irlande. Ce tout jeune quinquagénaire nous présente son dernier opus “Wonderful” sorti en 2012. Je peux vous dire que je croise Perry depuis quelques années dans nos prestigieuses salles de concert et dans nos beaux festivals. Je peux certifier que l’artiste est toujours souriant, sympathique et respire la bonne humeur. Il est de plus attachant et c’est également un bourreau de travail et un perfectionniste du son. L’interview se passe dans le cadre de l’Autumn Rock festival de Braine-le- Comte par une journée ensoleillée de septembre.

Music in Belgium : Bonjour Perry, tes racines irlandaises, tu y tiens !

Perry Rose : Ben oui j’y tiens, mes racines irlandaises font partie de moi-même. Si je n’y tenais pas, j’ai beau faire, on voit ma tronche, ma niaque. J’ai plus l’air Irlandais que Zimbabwéen. Donc, je n’ai aucun problème avec mes racines que du contraire. Ceci dit, je ne les revendique pas outre mesure non plus, je suis un bon terrien avec des taches de rousseur et des cheveux roux.

MiB : Tu es un artiste attachant, tu as toujours le sourire et tu respires la bonne humeur et c’est plaisant !

Perry Rose : C’est bien, c’est le but. J’ai mes coups de blues aussi. Quand je suis en public et en représentation, je partage plutôt la bonne humeur et la joie de vivre que mes soucis personnels et mes soucis du monde.

MiB : La scène pour toi, c’est important, c’est très important ?

Perry Rose : La scène pour moi, c’est un moteur. Moi, j’ai toujours joué la musique live. Depuis toujours, j’ai appris en jouant sur scène. Jouer sur scène, c’est le contact direct. Moi ? J’ai besoin de cela pour que les chansons vivent et que ça m’inspire aussi. Et après les concerts, j’ai toujours plein de sons et plein d’images dans les yeux. Cela m’aide à continuer l’aventure. C’est important.

MiB : La soirée irlandaise au Théâtre Saint-Michel, c’était magique, j’ai adoré !

Perry Rose : Oui, tu as adoré. C’était une soirée avec tous les Irlandais. J’ai même eu l’occasion de rencontrer l’ambassadeur d’Irlande qui était très sympathique. C’est un peu émouvant de jouer avec tous les Irlandais. Un de ces jours, je ferai un projet avec rien que des Irlandais, et ce, pour boucler la boucle. Mais, c’est vrai que c’était une belle soirée.

MiB : Perry, ton projet avec les Déménageurs, c’est super et j’ai adoré au LaSémo les petits assis et les parents attentifs !

Perry Rose : Oui, les Déménageurs, c’est un phénomène assez incroyable, cela unit tout le monde. Oui, c’est une merveille, c’est une super équipe, de superbes chansons bien écrites, un beau spectacle et il se passe toujours quelque chose. C’est vraiment marrant de voir les générations qui sont là devant nous , où tu as les enfants, les parents et les grands-parents. Tout le monde est là et tout le monde y trouve son compte et nous, cela nous amuse. Jouer devant les petits, c’est marrant et tu vois les parents qui dansent derrière. C’est une très belle aventure.

MiB : As-tu un nouvel album en préparation ?

Perry Rose : Oui, j’ai toujours quelque chose en préparation. Mais l’histoire de “Wonderful” n’est toujours pas terminée. Pour moi donc, je continue la tournée avec cela. J’ai encore quelques concerts en groupe, je fais encore quelques concerts en sol avec des chansons de “Wonderful”. Mais, je prépare déjà des nouvelles chansons, je suis tout le temps en train de penser à de nouveaux sons, de nouvelles idées. Oui, je prépare des choses, mais “Wonderful” n’est pas terminé pour moi.

MiB : Sur scène, tu rayonnes et ton interactivité avec le public est parfaite !

Perry Rose : C’est ce que je recherche. Moi, je cherche la transe collective. Quand je suis sur scène, j’essaie de trouver des connexions avec des regards, avec des sons, j’essaie qu’il se passe quelque chose et que ce soit magique. Comme je l’ai déjà dit, je suis à la recherche de l’état de grâce, du moment qui tombe comme ça de nulle part et j’essaie toujours de créer ces moments-là. Et si cela passe, tant mieux et là, je suis ravi.

MiB : La Belgique, c’est important pour toi ?

Perry Rose : Oui, c’est important, car je suis à moitié Belge et à moitié Irlandais. Donc encore une fois, je n’ai pas vraiment le choix. Je suis entre ces deux pays, mais qui ont beaucoup de points communs. Quand tu regardes de près, le surréalisme de la Belgique n’a rien à envier à celui de l’Irlande. Il y a beaucoup de points en commun et je me sens bien entre les deux.

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :