Concert Scott HENDERSON BLUES BAND au Spirit ce 7.03.2004

0 Participations

En fait, la dénomination “Blues Band” de ce trio n’était pas vraiment la meilleure dans le sens où la musique de Scott HENDERSON fut plus généralement une fusion “Jazz-Rock” avec, parfois, des colorations “Blues” et souvent “Hard” ; les morceaux spécifiquement “Blues” étant plutôt rares. Scott HENDERSON est un guitariste d’une grande réputation dans ce petit monde des fusions Jazz-Rock. Il a joué dans le ZAWINUL SYNDICATE de Jo ZAWINUL, ex-musicien de Miles DAVIS de la période “In a Silent Way” et “Bitches Brew” et co-fondateur de WEATHER REPORT. On l’a rencontré également avec Chick COREA dans son ELEKTRIC BAND (groupe que j’avais pu voir à l’époque mais avec Frank GAMBALE à la guitare), avec le violoniste Jean-Luc PONTY, ex-MAHAVISHNU ORCHESTRA et bien d’autres. Outre des sessions régulières, il a enregistré une dizaine d’album avec son propre groupe TRIBAL TECH dont j’ignore tout. Ne connaissant ce musicien que de réputation, j’étais très curieux de le voir à l’oeuvre.

Sa vitesse d’exécution est impressionnante. Installé à la gauche du public, il ne bougera quasiment pas de tout le concert ayant toujours un pied sur l’une de ses pédales. Son jeu est bourré d’effets. Ces influences sont très marquées : on sent souvent Jeff BECK à l’époque de “Blow by Blow” et “Wired”, Allan HOLDSWORTH à l’époque de ses enregistrements solos à partir de 1985 (les albums “Metal Fatigue”, “I.O.U.”, “Sand”, …), Tony MACALPINE dans les moins bon moments, et… John ABERCROMBIE également ; l’une de ses interprétations les plus fines semblait d’ailleurs sortir du trio GATEWAY avec ABERCROMBIE/HOLLAND/DeJOHNETTE. On retrouvait donc aussi parfois le son “aérien” propre au catalogue E.C.M. A d’autres moments, l’ombre de Jimi HENDRIX était également présente.

Le bassiste John HUMPHREY m’était totalement inconnu. Qu’en dire? En fait, il était bien sympathique mais très (trop) discret. Sa basse FENDER, au bois et au vernis bien usés, a déjà bien vécu. Une seule fois, il partit dans un solo que l’on put qualifier d’intéressant et ce fut tout. Dommage!

Le batteur Kirk COVINGTON fut pour moi une vrai découverte. Je ne le connaissais que par un de mes albums d’Allan HOLDSWORTH, “None Too Soon” (avec le bassiste Gary WILLIS de TRIBAL TECH d’ailleurs). Sa présence, dans tous les sens du mot, fut exceptionnelle. Ce bonhomme marque déjà physiquement : c’est un géant chauve dont le poids total correspond au moins au poids des deux autres réunis ; il était en short, tee-shirt et basket. Il joua avec une force époustouflante, martelant ses caisses et cymbales avec une rapidité impressionnante. Son jeu, parfois très coulé, fut plus souvent très Hard et sa technique indiscutable même s’il n’a pas le niveau de subtilité d’un Billy COBHAM ou d’un Alphonse MOUZON. Il termina chaque morceau complètement dégoulinant de sueur. En plus, il chante plutôt bien le bougre et c’est lui qui communiquait avec le public. Il est à noter que Scott HENDERSON n’avait pas de micro et ne faisait que présenter les musiciens ; pour le reste, la communication était l’apanage de Kirk COVINGTON. En résumé, sa prestation fut impressionnante. Fantastique!

En définitive, ce concert fut intéressant mais ne révolutionnera rien. En effet, si les influences sont multiples et sérieuses, Scott HENDERSON n’égala jamais ses modèles, surtout au niveau des compositions, généralement moins marquantes et souvent trop proche de ses influences. Je chercherai néanmoins à réécouter ce musicien dans son groupe TRIBAL TECH. Malheureusement, il n’y avait aucun CD en vente.

Le concert se termina vers 22h45 après deux rappels rapidement expédiés. Le public avait semblé globalement très satisfait de cette prestation.

Le gros problème va maintenant être de faire une sélection dans le fantastique plateau offert par le Spirit dans les prochaines semaines.

JPS1er

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :