GIRLS IN HAWAII au Cirque, Royal !

0 Participations


“Plan Your Escape”, le deuxième album tant attendu de Girls In Hawaii dans les bacs depuis quelques jours, restait à le présenter officiellement au public. Après un show case au Botanique mardi et un warm up à Anvers vendredi, c’est au Cirque Royal ce samedi que les choses sérieuses ont vraiment débuté. Un Cirque Royal complet depuis plusieurs semaines, preuve que les Girls, comme on les appelle, occupent une place de choix dans le cœur des amateurs de pop indie mélodieuse. Le succès international de leur premier opus,
From Here To There
, n’étant pas étranger non plus à cette popularité. Pour ma part, la dernière fois que j’avais eu l’occasion de les voir, c’était au festival de Dour l’été dernier et je n’ai pas pu m’empêcher d’être déçu… Ils avaient l’air coincés sur scène, le son n’était pas assez puissant et la pression qui pesait sur leurs épaules avait fini par ruiner leur set.

Je les attendais donc au tournant, tout en étant curieux de découvrir en live leurs nouveaux morceaux, même si je dois bien admettre que l’album, après trois écoutes, ne m’a qu’à moitié convaincu. Pour faire court, un début tonitruant, suivi de plusieurs plages plus complexes ou en tout cas moins évidentes et une fin qui redevient lumineuse, le tout ponctué par une plage titulaire acoustique magnifique.


En première partie, les Bordelais de Calc ont fait ce qu’ils ont pu, mais leur rock gentil, genre de croisée entre Grandaddy, Crowded House et Sparklehorse, n’a pas fait d’étincelles. Trop linéaire, sauf le dernier morceau, bien construit avec un genre de progression crescendo qui a un peu rattrapé la chose. Le public s’est montré poli, mais n’a pas vraiment vibré.

Par contre, dès l’entrée sur scène de nos six héros du jour, c’est l’hystérie. A peine l’intro de leur dernier single “This Farm Will End Up In Fire” entamée, on est traversé par un sentiment qui nous conforte dans l’idée que ce concert sera une réussite. En deux minutes, les frustrations de Dour se sont évaporées et on se trouve devant un tout autre groupe, qui a gagné en maturité, certes, mais également en professionnalisme. Pourtant, visuellement, on a l’impression que rien n’a vraiment changé dans le sens où le décor est toujours composé de télévisions (réparées ou renouvelées depuis la dernière tournée) et de lampadaires qui contribuent à apporter une certaine intimité.


La bonne impression se confirme avec un “Bees And Butterflies” énergique et un deuxième extrait du nouvel album, “Sun Of The Sons”. Le son est parfait et tout est bien en place. A vrai dire, je ne parlerai que du son car de l’endroit où j’étais placé, je n’ai absolument rien vu des projections et des petits films tournés pour accompagner les morceaux, donc impossible de dire s’il y a une certaine évolution à ce niveau-là… Autre petit bémol, c’est qu’ils ont parfois la fâcheuse habitude de prendre un peu trop de temps entre les morceaux, ce qui fait quelque peu retomber le soufflé tout en laissant l’opportunité à des énergumènes de crier des âneries ça et là…

Le set se poursuit avec une sélection intelligente de titres du nouvel album dont on a particulièrement apprécié “Bored”, “Birthday Call” et “Summer Storm”, trois singles potentiels. A ce propos, les plages plus calmes passent mieux en live que sur CD (surtout “Plan Your Escape” et “Fields Of Gold”), même si l’émotion ne transparaît pas (encore) directement. Par contre, “Time To Forgive The Winter”, “Short Song For A Short Mind” ou autre “Found In The Ground” ont le don de remettre instantanément le Cirque Royal en ébullition. Sans parler de “Flavor”, qui va mettre le feu dans une version apocalyptique, ponctuée par le chanteur qui hurle dans un téléphone micro avec le son brouillon qu’on imagine mais qui passe à merveille. Les Girls ont beau avoir l’air gentils, quand ils décident de se lâcher, on atteint des sommets et les tympans n’ont qu’à bien se tenir.


En rappel, on pointera notamment “Dead Birds Song”, qui est un extrait de leur premier EP sorti début 2003, et une cover des Beatles, “Taxman”, dans une version troublante de fidélité. En fermant les yeux, on se serait cru retournés 40 ans en arrière…

Pour ma part, j’ai trouvé cette petite soirée très intense et bien ficelée, de loin ma meilleure expérience Girls In Hawaii. Il est vrai que les gens qui étaient mieux placés que moi ont sans doute vécu un de leurs concerts de l’année. C’est promis, lors du Pacrock Festival le 3 mai et à l’Ancienne Belgique le 30, je serai dans l’arène…

Les autres photos de

Girls In Hawaii
|
Calc

Photos © 2008 Stéphane Odent

One thought on “GIRLS IN HAWAII au Cirque, Royal !

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :