Let’s go to Warpaint

0 Participations

Quatrième passage à l’AB en autant d’albums pour les Californiennes de Warpaint qui sont venues y présenter « Radiate Like This ». Une nouvelle livraison plus introspective dont on était curieux de découvrir le traitement sur scène.

Pour cette tournée européenne, elles ont embarqué avec elles trois gaillards également basés à Los Angeles, Low Hum. Illustres pratiquement inconnus par ici, ils ont pourtant déjà publié deux albums, dont « Nonfiction » l’automne dernier. Articulées autour de la voix aérienne bidouillée de Collin Desha, d’une batterie aux options électroniques et d’une basse ronflante, leurs compositions sont clairement orientées dancefloor, laissant toutefois de côté les beats dégoulinants.

Au fur et à mesure d’un set intelligemment construit en crescendo, on va tour à tour penser aux vibes retenues de M83, à la disco fofolle de !!! et aux rythmes effrénés de Factory Floor avant un final en apothéose sur deux titres franchement électro à rendre nos amis de Goose verts de jalousie. Un set prolongé au stand merchandising par un chat avec le bassiste qui s’exprime dans un français impeccable, ayant séjourné plusieurs années en France.

Cela faisait un moment que l’on était sans nouvelles de Warpaint. « Heads Up » datait déjà de 2016 et leur dernière visite dans une salle belge remontait à l’année suivante, ici-même. Non pas qu’elles aient chômé individuellement entre-temps puisque Theresa Wayman a publié un album solo sous le pseudo TT en 2018 et Jenny Lee Lindberg alias Jennylee a fait de même avec sa deuxième plaque lors du récent Record Store Day, après avoir participé au « Punisher » de Phoebe Bridgers. Si la plus discrète reste la vocaliste Emily Kokal, la plus active reste sans conteste la batteuse Stella Mozgawa, fidèle collaboratrice de Kurt Vile mais également dans tous les bons coups récents de Courtney Barnett, John Grant ou Cate Le Bon.

Les quatre musiciennes sont désormais de retour avec « Radiate Like This », un nouvel album qui a de quoi surprendre. Plus retenu, pop et planant, il est surtout moins évident à cerner malgré plusieurs écoutes. On comptait donc sur le concert de ce soir pour nous éclairer, même si elles ne s’y précipiteront pas, ne réservant qu’un excellent « Champion » relevé aux spectateurs avides de nouveautés en début de set. Elles ont en effet préféré entamer les festivités par « Stars », le titre qui ouvre « Exquisite Corpse », leur premier EP autoproduit de 2008.

Un choix judicieux tant il installera d’emblée une ligne de conduite groovante et soutenue à des titres que l’on a ainsi redécouverts sous un autre angle. On pense notamment à « Keep It Healthy » dans la foulée d’un « Intro » particulièrement speedé et à ce « Love Is To Die » d’une sensualité inouïe. Ou encore à ce « Krimson » diablement new wave.

Le groupe officie devant une immense banderole renvoyant à la pochette de « Radiate Like This », aube brumeuse et lumineuse à la fois. Elle sera toutefois recouverte quasi systématiquement de jeux lumineux colorés, contribuant à la dynamique de la soirée. Disposées à distance plus que respectable les unes des autres (le Covid aurait-il laissé des traces ?), elles se retrouveront toutefois de front durant « Melting », leurs harmonieuses voix simplement soutenues par la guitare d’Emily. Celle-ci partage les vocaux avec Theresa (coiffée d’une magnifique casquette rose à paillettes) et improvise même quelques chorégraphies gestuelles lorsqu’elle laisse son instrument de côté.

Mis à part « Stevie » qui peinera à se démarquer suite à un environnement sans doute un rien trop gentillet, les autres nouveaux titres vont aisément se faire une place dans une set-list intelligemment agencée. On s’attardera sur les pointes hispaniques de « Hips » et la vision pop presque r’n’b de « Hard To Tell You » qui, contre toute attente, leur sied à merveille.

La fin du set les verra hausser le ton et se lancer dans un triptyque parfait, entamé par un « Bees » épicé et clôturé par un hypnotique « Disco//Very ». Entre les deux, c’est « New Song », single parfait s’il en est, qui fera l’unanimité parmi les spectateurs.

Les rappels seront quant à eux entamés de surprenante manière via une cover du « I’m So Tired » de Fugazi, pleine de sobriété. Si « Beetles », un autre extrait d’« Exquisite Corpse », mettra ensuite tout le monde d’accord en deux temps, elles prendront congé de l’AB via un ultime nouveau titre, Send Nudes, aussi planant que retenu. Le point final d’une prestation convaincante que les écoutes de « Radiate Like This » ne laissaient pas présager…

SET-LIUST
STARS
CHAMPION
INTRO
KEEP IT HEALTHY
HIPS
HARD TO TELL YOU
LOVE IS TO DIE
KRIMSON
MELTING
STEVIE
BEES
NEW SONG
DISCO//VERY

I’M SO TIRED
BEETLES
SEND NUDES

Laisser un commentaire

Music In Belgium
%d blogueurs aiment cette page :