PENDRAGON enchante le Spirit of 66

29 Participations

Jeudi 5 mars 2020. La passion pour le rock progressif est décidément bien plus forte que la peur panique liée au covid-19. Le Spirit of 66 de Verviers est plein à craquer pour venir assister à la grand-messe du rock progressif célébrée par l’emblématique formation venue tout droit de Cornouailles, je veux bien sûr parler des vétérans de Pendragon.

Dans leurs bagages, les Corniques ont emmené Davey Dodds, dont le physique à la Gandalf n’aura pas manqué de frapper les esprits. Cet ancien leader du groupe de rock progressif Red Jasper nous propose une petite sélection de morceaux traditionnels à caractère folk celtique, accompagné d’une guitare ou d’une espèce de mandoline à 8 cordes que vous pouvez apercevoir sur le clip de “Sing The Sun“. Sa musique évoque directement celle des bardes et le lien avec le folklore des Cornouailles est d’ailleurs parfaitement assumé. L’artiste aime interpréter ses morceaux sur site, comme “Lucia” filmé à Slatehenge. Sa prestation de 5 ou 6 titres nous fait voyager dans le temps et l’espace pour (re)découvrir le monde des druides et des légendes celtiques. Le public est captivé par cet intermède inattendu et l’homme récolte une jolie salve d’applaudissement pour le remercier de sa très plaisante prestation.

Mais si les amateurs de rock prog ont répondu nombreux à l’appel, c’est clairement pour venir découvrir en live “Love Over Fear“, le nouvel album de Pendragon qui, après avoir soufflé ses 40 bougies (le groupe a été fondé en 1978), fait ici la preuve qu’il n’a rien perdu de son génie créatif et de son inspiration. Sur scène, on retrouve bien sûr Nick Barrett au chant et à la guitare, son ami d’enfance Clive Nolan aux claviers et aux chœurs, le fidèle Peter Gee à la basse et aux claviers et le petit nouveau, Jan Vincent Velazco, à la batterie. Notons aussi la présence sur scène de deux choristes, dont la violoniste-choriste Zoe Devenish.

Pour cette tournée, le groupe, toujours aussi généreux avec son public, a choisi de présenter sur scène l’intégralité de son nouvel opus (dans l’ordre original des morceaux) ainsi qu’une sélection de titres plus anciens. Notre septième concert du groupe commence donc par “Everything”, “Starfish and the Moon”, “Truth and Lies”, “360 Degrees”, “Soul and the Sea”, “Eternal Light”, “Water”, “Whirlwind”, “Who Really Are We?” et “Afraid of Everything”. Par respect pour le travail des auteurs, nous nous limiterons à poster ici le teaser de l’album. Nous aurons l’occasion de revenir en détail sur cet album dans une chronique plus détaillée à paraître sur notre site.

Fidèles à leur réputation, Pendragon offre un nouveau concert marathon puisque la deuxième partie du set sera consacrée à un florilège de grands morceaux (parfois longs – prog oblige) qui ont émaillé la carrière du groupe. Les fans sont donc heureux (et le mot est faible) de réentendre “The Walls of Babylon“, plage titulaire de l’album “The Window Of Life” (1993), “The Wishing Well: II. Sou’ by Sou’ West“, extrait de l’extraordinaire album “Believe” (2005), le classique “Indigo“, extrait de l’album “Pure” (2008), “This Green and Pleasant Land“, extrait de l’album “Passion” de 2011, le tubissime “Paintbox“, extrait de “The Masquerade Overture” (1996), “Faces of Light“, extrait de “Men Who Climb Mountains” (2014), le classique d’entre les classiques “Breaking the Spell” (1993) et en rappel l’incontournable “Masters of Illusion” (1996).

Peter Gee est le travailleur de l’ombre sur scène. Il n’arrête pas, passant de la basse au clavier et inversement. Un musicien discret mais diablement efficace. Clive Nolan est toujours aussi présent avec ses nappes synthétiques envoûtantes et ses accompagnements au piano d’un autre monde. Pour celles et ceux que cela intéresse, l’homme tient un journal de bord de la tournée sur sa page FaceBook. Nick Barrett assure avec la présence de scène qu’on lui connaît. Malgré un refroidissement de saison et le report du concert prévu en Italie, sa bonne humeur ne semble aucunement entamée et il se montre heureux de retrouver le Spirit et le public belge (même s’il nous a semblé qu’une bonne moitié des spectateurs venaient des Pays-Bas, d’Allemagne et de Grande-Bretagne). Il se montre toujours aussi chaleureux dans ses échanges avec le public. Vocalement, sa voix est toujours aussi bonne. Quant à son talent guitaristique, le père spirituel de l’ensemble des compositions du groupe depuis l’album “The World” (1991) joue mieux que jamais.  Notons aussi la présence du violon de Zoe Devenish, notamment sur le titre “360 degrees“.

Comme à chaque fois, les progressistes corniques de Pendragon donnent le meilleur d’eux-mêmes à leur public et se dépensent sans compter, offrant près de 2h20 d’émerveillement musical permanent. Si la perfection était de ce monde, elle ressemblerait à un concert de Pendragon. Merci à eux et à Francis Géron d’avoir eu l’excellente idée de les inviter à nouveau dans son temple verviétois de la musique.

Galerie: Davey Dodds | Pendragon
Accréditation : Francis Géron (Spirit of 66)
Article: Hugues Timmermans
Photos © 2020 Hugues Timmermans

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :