SKILLET victorieux au Trix

28 Participations

Dimanche 15 décembre 2019 : dernière visite au Trix pour cette année. Les Américains de Skillet clôturent une tournée européenne entamée le 6 novembre au Danemark. Vu le succès, les organisateurs ont même dû ajouter une seconde date belge…

En ouverture de programme, le groupe américain Devour The Day est chargé de chauffer la salle. Créé en 2012 par Joey «Chicago» Walser (basse et choeurs) et Blake Allison (chant et guitare rythmique), ce groupe de hard rock/grunge/rock alternatif, se produit sur scène avec aussi Ronnie Farris (batterie) et David Hoffman (guitare solo). Leur musique énergique et inspirée est servie par une prestation scénique volontariste. Les Américains sont venus conquérir le public européen avec leur discographie riche de trois albums ( «Time And Pressure» en 2014), «S.O.A.R.» en 2016 et «Signals» en 2018) et ils mettent le paquet sur scène pour arriver à leurs fins.

Devour The Day nous distille dix pépites musicales avec «Respect», «S.O.A.R», «Faithless», «You and Not Me», «Headspill», «Smells Like Teen Spirit» (cover de Nirvana), «The Censor», «The Bottom», «Lightning in the Sky» et «Good Man».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Autant vous dire que le public apprécie fortement ce savant mélange musical aux accents grunge. Les rythmes sont irrésistibles: ça bouge dans tous les sens, tant sur scène où les musiciens se démènent avec conviction que dans le public enthousiaste. Et la folie atteint son paroxysme avec la reprise de Nirvana, dont le style colle parfaitement à la musique du groupe. Outre une voix très punchy, nous avons aussi retenu la prestation du bassiste hyperdynamique qui semblait virevolter littéralement sur scène. Bref, une très belle entrée en matière. Et à ce stade, nous n’avions encore aucune idée du tsunami qui allait déferler sur le Trix…

La  tête d’affiche de la soirée est donc le groupe américain Skillet, un des piliers du genre Christian Rock/Metal. Le quatuor se compose du chanteur-bassiste John Cooper, de son épouse la claviériste-guitariste Korey Cooper, du guitariste Seth Morrison et de la batteuse/chanteuse Jen Ledger. Leur musique énergique et euphorisante est généralement qualifiée de rock alternatif américain, agrémenté d’éléments chrétiens, hard rock, nu metal et metal symphonique.

La tournée actuelle s’inscrit dans le cadre de la promotion du nouvel album «Victorious», dixième dans la discographie du groupe depuis «Skillet» sorti en 1996. Nominé et lauréat de toute une série de récompenses aux States et ailleurs, le groupe Skillet a vendu énormément de disques et peut se targuer d’une réputation en béton comme groupe en live. Et, de fait, nous pouvons vous confirmer la claque énorme que l’on prend à ce concert.

Il faut dire que John Cooper affiche une musculature solide et paie beaucoup de sa personne sur scène (allant jusqu’à incarner une espèce d’ersatz de Mister Freeze qui bombarde le public avec ses canons à vapeurs fixés aux bras). Son épouse Korey, aux cheveux violets, a elle aussi une très bonne présence scénique. Même la batteuse Jen Ledger, qui occupe par définition une position plus en retrait, affiche ici une belle présence puisqu’elle ira même jusqu’à abandonner ses fûts le temps d’interpréter un morceau en voix principale. Le plus discret de la bande est sans doute le guitariste Seth Morrison, pleinement concentré sur sa virtuosité guitaristique. Il nous gratifiera d’ailleurs de quelques solos pas piqués des hannetons… Signalons pour être complets que le groupe s’adjoint en tournée les services de Tate Olson, véritable magicien qui parvient à arracher des sons incroyables à son violoncelle qui fusionne littéralement avec les guitares.

Dès le début du concert, il règne dans le Trix une ambiance du feu de Dieu.  Chaque morceau de la setlist est un véritable concentré d’adrénaline qui permet au public de se défouler en musique. Au menu de ce festin métallique, quelques très belles pièces avec notamment : «Feel Invincible», «Not Gonna Die», «You Ain’t Ready», «Whispers in the Dark», «Legendary», «Lions», «Awake and Alive», «Back From the Dead», Solo de batterie, «Save Me», «Hero», «Anchor», «Undefeated», «Victorious», «Stars», «Comatose», «Monster», «Rebirthing» et «The Resistance».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Aucun temps mort dans cette prestation époustouflante : Korey jumpe et promène sa guitare, ses tatouages et ses cheveux mauves aux quatre coins de la scène. John semble lui aussi animé d’un besoin irrépressible de bouger sur scène, avec ou sans sa basse. Il arbore lui aussi des tatouages sur ses bras musclés et se dépense sans compter pour divertir le public. Heureusement pour nous, il semble avoir renoncé à son ancienne habitude de faire un peu de prêchi-prêcha à caractère religieux… Quant à Jen, elle montre sur chaque titre que son talent de batteuse n’a rien à envier à celui de la gent masculine. Qui plus est, elle a une voix superbe, comme on a pu s’en rendre compte à l’écoute de «Hero», seul morceau de la soirée pour lequel elle se fait remplacer à la batterie.

Les conquérants de la soirée quittent la salle sous une nuée d’acclamations du public, non sans avoir lancé à leur fan un dernier “We love you“.

Après une telle déferlante, le public reste comme groggy, mais heureux. Pour preuve le sourire qui fend le visage des spectateurs à la sortie du Trix. Le dernier concert de l’année 2019 auquel nous avons assisté restera aussi comme l’un des meilleurs!

Galerie: Devour The Day | Skillet
Accréditation : Lisa Snyders (Warner Music)
Article: Anne-Françoise Hustin et Hugues Timmermans
Photos © 2019 Hugues Timmermans

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :