ATRÆ BILIS – Divinihility

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Le sol tremble en Colombie Britannique, du côté de Vancouver. Les ours blancs refluent en désordre vers les épaisses forêts tandis que les habitants de Vancouver consolident les murs de leurs maisons avec du béton armé. La tornade sonore vient en fait du local de répétition d’un jeune groupe nommé Atræ Bilis, qui pratique un death metal brutal et technique, brillant par son art de la dissonance et des ruptures rythmiques. Les vibrations ont été ressenties jusqu’en Inde, où le label local Transcending Obscurity traque inlassablement les talents mondiaux du métal extrême. Ni une ni deux, les traqueurs de Transcending Obscurity ont déjà revêtu leurs blousons de fourrure et sont partis signer ces Canadiens qui en promettent.

Atræ Bilis livre donc ici un premier effort tout à fait impressionnant, où la modernité aventureuse côtoie de solides bases classiques en provenance d’Entombed ou de Morbid Angel. Brendan Campbell (basse), Jordan Berglund (chant), Luka Govednik (batterie) et David Stepanavicius (guitare) ont patiemment digéré leurs influences pour formuler leur propre vision du death metal brutal. Oui, maintenant, on est obligé de distinguer le death metal en plusieurs sous-catégories à cause de ces crétins de groupes de death metal mélodique qui viennent verser des hectolitres d’eau dans un vin qui aurait toujours dû rester corrosif. Heureusement que de jeunes combattants d’élite comme Atræ Bilis sont là pour restaurer l’esprit musclé et impitoyable qui bâtît le grand death metal des années 90.

Et question brutalité, c’est court mais intense. En six morceaux et 22 minutes en tout, Atræ Bilis écrase tout sous un rouleau compresseur de guitares massives et nerveuses, aux riffs hachés et capricieux. Le chanteur se promène de vocalises caverneuses en hurlements supersoniques comme s’il était en proie à d’intenses crises de schizophrénie. Et là-dessus, la section rythmique déroule des courses ébouriffantes entre sprints maudits et ralentissements soudains. On a à peine le temps de se retourner que de fabuleux titres comme ʺPhantom veins trumpetʺ, ʺEctopianʺ ou cet incroyable ʺA ceremony of sectioningʺ terminé avec des riffs de violons nous ont déjà fendu le cervelet en deux.

On a déjà eu droit cette année à pas mal de belles sorties de disques death metal mais il faut admettre qu’Atræ Bilis lance un gros défi à la concurrence. Dommage que cet album soit si court car maintenant, c’est trop tard, notre curiosité envers ce groupe a été réveillée.

Le groupe :

Brendan Campbell (basse)
Jordan Berglund (chant)
Luka Govednik (batterie)
David Stepanavicius (guitare)

L’album :

ʺGnodeʺ (1:13)
ʺSulphur Curtainʺ (3:26)
ʺPhantom Veins Trumpetʺ (3:09)
ʺEctopianʺ (5:00)
ʺUpon the Shoulders of Havayothʺ (4:04)
ʺA Ceremony of Sectioningʺ (5:09)

https://atraebilisdeath.bandcamp.com/
https://www.facebook.com/atraebilis/

Pays: CA
Transcending Obscurity
Sortie: 2020/08/14

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!