NECROPHAGOUS – In chaos ascend

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Un nouveau groupe vient faire son entrée dans le champ de bataille du death metal suédois avec un nom bien adapté à la spécialité : Necrophagous. On imagine tout de suite le gang de jeunes fougueux à peine sorti du lycée ou de leur local de répétition et qui se lance dans une carrière toute neuve. Il n’en est rien car le trio qui compose ce groupe a déjà une expérience solide acquise au fil des années.

Joakim Svensson (basse), Tommy Carlsson (guitare et chant) et Martin Mikaelsson (batterie) sont passés par les rangs d’Entrails, un groupe de death metal formé dès 1990 mais qui n’a commencé à enregistrer des albums qu’une vingtaine d’années plus tard. Après avoir participé aux albums ʺTails from the morgueʺ (2010), ʺThe tomb awaitsʺ (2011), ʺRaging deathʺ (2013) et ʺObliterationʺ (2015, Joakim Svensson quitte Entrails au moment où les deux autres arrivent pour jouer sur l’album ʺWorld infernoʺ (2017). Carlsson et Mikaelsson arrivaient alors d’Itsapp, formation black metal mélodique rejointe en 2014 et dans laquelle ils sont toujours présents. Si on calcule que Joakim Svensson a débuté sa carrière dès 1997 dans des combos comme Lelldorin, Nataz, Solsken ou Talion (un groupe thrash) et qu’il est également actif dans Birdflesh (grindcore rigolo), Devilry, Skogen (black metal, cinq albums), Poltergeist ou Toi Toi (un projet death/goregrind unipersonnel), on doit admettre que le bonhomme en a sous la semelle.

C’est donc à un nouveau défi que s’attaque Svensson et ses sbires avec ce projet Necrophagous, une tentative d’éveiller à nouveau l’esprit du death metal suédois old school des années 1990, le seul, le vrai. Le premier album du groupe, ʺIn chaos ascendʺ, a été harponné par le label Transcening Obscurity, qui a encore une fois eu du nez puisque cette tentative de revival death metal est assez convaincante.

On dit assez convaincante car il y a quand mêmes quelques éléments qui viennent amoindrir cet album. On va commencer par les mauvaises nouvelles avec une production assez étouffée qui ne met pas assez en valeur le son du groupe. Là-dessus, Necrophagous aurait gagné en puissance de percussion si la production avait été plus ample. Autre petite déception, l’approche un peu timorée dans certaines compositions, qui évoluent plus vers le progressif que vers la sauvagerie.

Mais c’est aussi grâce à d’autres compositions que l’on découvre les bonnes nouvelles de cet album. Si les choses se mettent tranquillement en place avec l’introduction ʺThe bindingʺ (chantée dans une langue imaginaire) et ʺOrder of the dragonʺ, Necrophagous sort ses cartes maîtresses avec ʺAt dawn thee immolateʺ et surtout ʺTraitors and the pendulumʺ, suivi de ʺIn chaos, ascendʺ qui jettent d’excellentes trames de riffs lourds et athlétiques progressant sur le manche avec un implacable efficacité. Le fantôme de Slayer montre sa mâchoire carrée de temps à autre et ça fait le plus grand bien.

Une fois séduit par cette accroche efficace, l’auditeur peut ensuite tout avaler sans broncher, de ʺWolf motherʺ à ʺThe vile embalmedʺ en passant par ʺHorns of sevenʺ ou l’excellent final ʺWreaker of painʺ. Necrophagous se montre martial sur le traitement des guitares, dictatorial sur l’écrasement des fûts et menaçant dans le chant caverneux. On a retrouvé effectivement l’esprit du death metal suédois historique et la prochaine fois, on espère que le son et des compositions un peu moins contrôlées accoucheront d’un album énorme, performance que Necrophagous est capable de réaliser.

Le groupe :

Joakim Svensson (basse)
Tommy Carlsson (guitare et chant)
Martin Mikaelsson (batterie)

L’album :

ʺThe Bindingʺ (01:19)
ʺOrder of the Lionʺ (03:56)
ʺAt Dawn Thee Immolateʺ (04:55)
ʺTraitors and the Pendulumʺ (04:01)
ʺIn Chaos, Ascendʺ (04:22)
ʺWolf Motherʺ (03:58)
ʺBlood on the Stone of Thee Monumentsʺ (05:21)
ʺThe Vile Embalmedʺ (03:32)
ʺThe Plague and the Artsʺ (03:53)
ʺHorns of Sevenʺ (05:12)
ʺWreaker of Painʺ (04:50)

https://www.facebook.com/necrophagous.sweden/

Pays: SE
Transcending Obscurity
Sortie: 2022/01/07

Laisser un commentaire

Music In Belgium