NIK TURNER – The Final Frontier

19 Participations

Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Co-fondateur avec Dave Brock du grand Hawkwind fondé en 1969 et dont la carrière discographique s’étant sur près de cinq décennies, Nick Turner (musicien, chanteur, compositeur) nous revient aujourd’hui avec un nouveau jalon de sa quête personnelle jouant manifestement les prolongations d’un genre musical quelque part créé par le groupe légendaire, le space-rock musique à la fois proche du rock-psychédélique et de la musique expérimentale avec en plus une dimension spatiale. Après ”Space Gypsy” (2013), ”Space Fusion Odyssey” (2015 et ”Life In Space (2017, chroniqué par notre collègue Olivier Dahon), l’artiste nous revient ici avec un quatrième volet toujours basé manifestement sur l’Espace et plus spécifiquement sa dernière frontière, un opus où il s’entoure toujours d’anciens camarades d’Hawkwind mais aussi d’anciennes gloires d’autres légendes comme UK Subs…tout en conservant la volonté de créer à nouveau du grand space-rock :

Psychédélique à mourir et quelque part décérébré afin peut-être de nous détruire grâce à une musique psychanalytique, notre concepteur continue son périple voir son labyrinthe sonore grâce effectivement à une musique en phase avec la conception originelle du groupe dont il a fait partie. Bien sûr les synthés mais aussi le bon vieux Moog dominent en partie les débats ici épaulés par un saxophone intergalactique tonitruant, des percussions toniques mais aussi étrangement des relents de punk-rock (d’où peut-être la présence des sbires de UK Subs) voir de dark-wave qui me rappelle un certain Bauhaus voir Joy Division comme ce chant noir et sombre qui renforce le côté “dark”. A l’image de cette ballade dramatique et spatiale, qui nous glace le sang et nous transperce le cœur et le corps en tout cas, c’est drôlement efficace :

Programmations et bruitages de sciences-fiction égrènent également les compositions qui pourraient parfaitement servir de musique de films sinon, on continue d’évoluer dans des ambiances mélangeant space-rock, rock-psychédélique voir musique avant-gardiste sans oublier ça et là des sonorités purement spatiales et intergalactiques ainsi que des narrations sombres. Parfois lancinantes et parfois anarchiques, les deux compositions traitant du thème de l’album sont dans la même veine que le reste, rien d’illogique puisqu’elles illustrent musicalement le contexte de cet excellent album de space-rock.

Je vous propose donc l’écoute des deux parties, histoire de bien s’imprégner de cette construction sonore hors des sentiers battus mais qui rend ici un vibrant hommage au grand Hawkwind. Dans le genre, c’est le must !

Line-up :
Nik Turner (chant, saxophone, flûte…Hawkwind)
Nicky Garratt (guitare…UK Subs, Hedersleben))
Jason Willer (batterie…UK Subs, Jello Biafra’s Band)
Kephera Moon (claviers)
Bryce Shelton (basse)
Simon House (violon…Hawkwind)
Jürgen Engler (Moog, guitare, basse…Die Krupps)
Chris Lietz (claviers)
Paul Rudolph (guitare…Hawkwind)
Adam Hamilton (batterie)

L’album:
”Out Of Control”
”Interstellar Aliens”
”Thunder Rider”
”The Final Frontier Part1”
”Back To The Ship”
”Calling The Egyptians”
”Strange Loop”
”The Final Frontier Part2”
”PAD4”

Pays: GB
Cleopatra Records CLO1195
Sortie: 2019/03/08

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!