PETERIK (Jim) & WORLD STAGE – Tigress: Women who rock the world

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Les origines de ce projet ʺTigress: Women who rock the worldʺ commencent fin 2020, au cours d’une conversation entre Serafino Perugino, président du label Frontiers Music, et Jim Peterik, vieux renard du rock ayant gagné ses galons de légende avec Survivor ou The Ides Of March. Perugino lui demande s’il compte faire une suite à son projet World Stage, qui avait sorti son deuxième album ʺWinds of changeʺ chez Frontiers en 2019. Et l’inusable septuagénaire lui répond qu’il a en effet une idée, qui serait d’inviter des musiciennes et chanteuses sur un album qui mettrait en valeur la gente féminine.

Quelques mois plus tard, cette idée et concrétisée avec le disque ʺTigress: Women who rock the worldʺ, assemblant une pléthore d’amazones du rock. Ces dames chantent, mais jouent aussi parfois et sont accompagnées par un discret groupe masculin chargé de mettre en valeur leurs talents. Une fois n’est pas coutume, commençons par les hommes avec l’équipe mise en place par Jim Peterik. Ce dernier a réactivé ses associés traditionnels de World Stage, avec Ed Breckenfeld (batterie), les guitaristes Mike Aquino et le fameux Joel Hoekstra (Whitesnake), plus l’organiste Scott May. On trouvait déjà ces garçons sur un des premiers albums de World Stage sortie sur Frontiers en 2002, le live ʺRock Americaʺ, récapitulatif de la carrière déjà fournie de Jim Peterik à l’époque. Quelques nouvelles têtes apparaissent avec Tom Yankton (guitare) et Colin Peterik (batterie), le propre fils de son père.

Côté femmes, c’est un véritable gynécée qui vient participer à ce plantureux album de 16 morceaux. Jim Peterik a bien sûr fait appel à Kimi Hayes, qui évoluait déjà avec World Stage. Pour le reste, on trouve dans le désordre et sans souci d’exhaustivité Janet Gardner (ex-Vixen), Cathy Richardson (Jefferson Starship), Jennifer Batten (Jeff Beck, Carmine Appice), Mindi Abair (déjà dans le Jim Peterik’s Life Force, autre projet du maître), Kate French, Chez Kane (qui vient de débuter chez Frontiers), Rosa Laricchiuta (Black Rose Maze, Trans-Siberian Orchestra), Lindsay Kent, Leslie Hunt, Chloe Lowery (Trans-Siberian Orchestra, Everclear), Marine Lacoste (Uncle Kracker, Highway Hunters) et bien d’autres.

L’idée d’inviter plein de filles pour rendre hommage au deuxième sexe et éclairer son approche de la musique rock est sans doute la plus originale de cet album qui déploie pour le reste un hard rock mélodique de facture traditionnelle, avec tout ce qu’il faut d’émotion, de trémolos vibrionnants, de romantisme électrique et de mélodies séduisantes. L’opération charme fonctionne essentiellement au début et à la fin de ce disque, qui réussit bien son accroche initiale (ʺTigressʺ, ʺProm night in Pontiacʺ, l’excellent ʺA cappellaʺ, ʺLiving for the momentʺ, ʺAgainst the grainʺ, ʺFull Moon crazyʺ), mène bien une approche finale puissante (ʺMusic in the aireʺ, l’impérial ʺSin to believe a lieʺ, ʺStronger at the broken placesʺ et la dernière ballade ʺBrave Is Beautifulʺ) mais déroule un milieu assez convenu principalement occupé par des morceaux plus calmes et plus ralentis.

Les défenseurs de l’énergie auront ainsi pour se défouler les deux tiers d’un album qui aurait gagné à être un peu plus court. C’est toujours un peu le risque quand on met en lice plus d’une quinzaine de morceaux sur un album, il y a toujours un moment où ça patine un peu dans le rose bonbon. Mais Jim Peterik a bien pensé l’agencement des titres puisqu’on finit sur une bonne impression, pleine d’électricité et de panache.

Remercions donc le bon Jim pour cette idée intéressante et sympathique qui remet du charme, de la poigne et du glamour dans des relations hommes-femmes qui, en ces temps de tensions #MeToo et Balance ton porc, ont bien besoin d’être pacifiées et remises à leur juste place, c’est-à-dire celle de l’amour et du respect sincères.

Le groupe :

Jim Peterik (guitare, chœurs, basse, Mellotron)
Ed Breckenfeld (batterie)
Mike Aquino (guitare)
Joel Hoekstra (guitare)
Colin Peterik (batterie)
Scott May (orgue Hammond B3)
Tom Yankton (guitare)

L’album (et les invitées) :

ʺTigressʺ (avec Kate French, Jennifer Batten et Abigail Stanshmidt au violon)
ʺProm Night In Pontiacʺ (avec Chloe Lowery, Anika Nilles à la batterie et Ashley Reeve à la basse)
ʺA Cappellaʺ (avec Chez Kane)
ʺLiving For the Momentʺ (avec Cathy Richardson, Jennifer Batten et Linda Mcdonald à la batterie)
ʺAgainst The Grainʺ (avec Rosa Laricchiuta)
ʺStrong against the Windʺ (avec Kate French)
ʺFull Moon Crazyʺ (avec Cathy Richardson et Jennifer Batten)
ʺLazarus Heartʺ (avec Janet Gardner)
ʺTallerʺ (avec Leslie Hunt)
ʺThe Best in Usʺ (avec Cathy Richardson et Kimi Hayes)
ʺDear Lifeʺ (avec Lindsay Kent et Sina à la batterie)
ʺWalk Like Royaltyʺ (avec Kimi Hayes et Nile Brosh à la guitare)
ʺMusic in the Aireʺ (avec Chloe Lowery)
ʺSin to Believe a Lieʺ (avec Cathy Richardson et Madden Klas à la batterie)
ʺStronger at the Broken Placesʺ (avec Marine Lacoste, Jennifer Batten et Linda McDonald à la batterie)
ʺBrave Is Beautifulʺ (avec Leslie Hunt et Mindi Abair au saxophone et harmonies vocales)

http://jimpeterik.com/
https://www.facebook.com/officialjimpeterik

Pays: US
Frontiers Music
Sortie: 2021/11/05

Laisser un commentaire

Music In Belgium