SOULBURN – Noa’s D’Ark

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Après son retour aux affaires réussi avec ʺThe suffocating darknessʺ (2014) et l’excellent ʺEarthless pagan spiritʺ (2016), les death métallurgistes de Soulburn continuent d’enfoncer les pieux dans les cercueils moisis avec ce troisième coup de semonce ʺNoa’s D’Arkʺ, depuis leur reformation en 2013. L’histoire de ce groupe est assez complexe puisque Soulburn fut d’abord un changement de nom du groupe Asphyx, vieille formation death old school des Pays-Bas active dès la fin des années 1980. Dans ce groupe, on trouvait Eric Daniels (guitare) et Bob Bagchus (batterie), qui ont mené ensuite les courtes destinées de Soulburn en 1996, puis sont retournés dans Asphyx à l’occasion de sa reformation en 1997 et en sont finalement repartis en 2000. Ils n’ont pas reformé Soulburn pour autant, Bob Bagchus et le premier bassiste de Soulburn, Wannes Gubbels, ayant remis les pieds chez Asphyx à partir de 2007 pour finalement en repartir au cours des années 2010. Vous suivez toujours ? Donc, aujourd’hui, nous avons toujours un Asphyx mené par le chanteur vétéran Martin van Drunen (présent en 1990-92, puis revenu en 2007 avec de nouveaux musiciens) et un Soulburn reformé en 2013 avec Eric Daniels, Bob Bagchus et deux nouveaux, Twan van Geel (basse et chant) et Remco Kreft (guitare).

Mais coup de théâtre, le vieux combattant Bob Bagchus s’est finalement retiré de Soulburn en 2018, laissant son tabouret et ses fûts à Marc Verhaar. Comme ces allers et venues de musiciens deviennent vraiment compliquées à suivre, on va laisser tomber le carnet mondain et s’intéresser de plus près à ce nouvel album de Soulburn.

J’avais subi quelques semaines de rééducation des vertèbres cervicales après avoir écouté le précédent album ʺEarthless pagan spiritʺ et j’avais donc réservé à nouveau une chambre à la clinique en prévision de l’écoute de ʺNoa’s D’Arkʺ. Finalement, j’ai décommandé la chambre puisque les cervicales ont été ici épargnées. Ceci ne veut pas dire que ce nouvel album soit mauvais, il est simplement orienté vers des atmosphères plus sombres, alliant davantage d’éléments doom et black metal. Il est rarement question ici de faire éclater la surpuissance des rythmes ou des guitares, quoique Soulburn nous mette quelques claques techniques de temps à autre au cours des dix chansons de cet album. La violence est plus contenue mais elle règne cependant en maîtresse, aux côtés de l’angoisse qui anime les morceaux travaillés en tempos plus lents mais gardant toujours un esprit martial, grâce au chant aboyeur et caverneux de Twan van Geel. Ce dernier a élaboré des textes assez poussés en termes de philosophie et de questionnement de soi. Il paraît que le titre ʺNoa’s D’Arkʺ est un jeu de mot inspiré de Nietzsche. J’avais plutôt vu un truc sur l’arche de Noé ou sur Jeanne d’Arc mais pour ce qui est de Nietzsche, je cherche encore. Si quelqu’un a une idée.

On ressort donc de cet album avec une superbe dose d’intensité noire et des tremblements plein l’échine. Il est difficile de tirer un morceau du lot car tous sont impressionnants dans leurs constructions et leurs atmosphères, ce qui souligne la très belle cohérence du disque. On peut remarquer une progression vers l’excellence au cours de l’album, et donc des morceaux comme ʺThe godless Iʺ ou ʺFrom Archaeon into oblivionʺ, situés à la fin, cueillent avec succès les fruits déposés au cours des précédents morceaux. Soulburn fait ici en quelque sorte un retour vers son avant-dernier album, où il travaillait plus des ambiances black metal héritées de Bathory, une des principales obsessions du groupe, avec Venom. Donc, sur le précédent album, on était plus dans Venom et dans celui-ci, on est dans Bathory. Donc, du Venom pour le prochain album ? En tous cas, grâce à cette combinaison gagnante, Soulburn est sûr de mettre dans le mille à peu près à tous les coups.

Le groupe :

Eric Daniels (guitare)
Twan van Geel (basse et chant)
Remco Kreft (guitare)
Marc Verhaar (batterie)

L’album :

ʺThe Morgue of Hopeʺ (07:18)
ʺNoah’s Darkʺ (03:57)
ʺTempter ov the White Lightʺ (05:30)
ʺAnarchristʺ (05:58)
ʺShrines of Apathyʺ (04:35)
ʺAssailed by Cosmic Lightningʺ (03:18)
ʺTriumphant Oneʺ (02:16)
ʺ- Blessed – and Born for Burningʺ (03:48)
ʺThe Godless Iʺ (05:04)
ʺFrom Archaeon into Oblivionʺ (05:46)

https://www.facebook.com/OfficialSoulburn/

Pays: NL
Century Media
Sortie: 2020/11/13

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!