CD/DVDChroniques

WRECKERY, The – Fake Is Forever

Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

The Wreckery est de retour après 35 ans d’absence ! Soyons honnêtes, nous ne savions pas qu’il était parti. Et pour tout dire, nous ne savions même pas que ce groupe avait existé. À notre décharge, nous devons dire que les deux premiers albums de la formation australienne “Here At Pain’s Insistance” (1986) et “Yeh My People” (1987) n’avaient été publiés qu’aux antipodes de la planète et que leur disque suivant (“Laying Down The Law“), qui avait pourtant bénéficié d’une sortie Européenne (NDR : sur le label allemand Citadel Records en 1989), avait sonné le glas de la formation qui avait implosé en raison de sempiternelles ‘tensions créatives’.

Si, comme c’était le cas pour nous, le nom de The Wreckery vous était inconnu jusqu’ici, celui de son leader Hugo Race, par contre, devrait vous évoquer quelques souvenirs. Au début des années 80, alors qu’il vivait en Europe, Race avait été l’un des guitaristes de The Bad Seeds, avec lesquels il avait enregistré cinq albums. Et c’est après avoir quitté le célèbre gang de Nick Cave qu’il était rentré dans son Australie natale pour former The Wreckery. Établi en Sicile depuis la fin des années 80, Hugo Race n’a jamais quitté le milieu de la musique, que ce soit en tant que producteur, ou comme leader de son groupe Hugo Race And The True Spirit avec il a mis en boite une bonne douzaine d’albums.

En 35 ans d’absence, The Wreckery est manifestement parvenu à passer au-dessus des tensions créatives qui avaient ruiné la sortie de son album” Laying Down The Law“. Aux côtés d’Hugo Race, on retrouve aujourd’hui la plupart des musiciens qui avaient enregistré l’album de 1989. Ed Clayton-Jones a repris la guitare et les claviers, Nick Barker se charge à nouveau de la basse, Robin Casanider est de retour derrière l’orgue Hammond et le Mellotron et Charles Todd souffle à nouveau dans son saxophone. Le batteur Frank Trobbiani (NDR : du groupe Stoner australien Mammoth Mammoth) semble être la seule nouvelle recrue du projet).

N’ayant jamais posé l’oreille sur les premiers enregistrements du groupe, nous serions bien en peine de vous parler de l’évolution ou de l’éventuelle stagnation du style musical de The Wreckery. Nous pouvons seulement vous dire qu’en 2024, la musique d’Hugo Race et ses sbires sonne magnifiquement bien et que leur nouvel album “Fake Is Forever” est une petite merveille pour tout amateur de Rock australien mélodramatique. Sans jamais sombrer dans le style Gothique qui a fait la réputation de Nick Cave, The Wreckery développe neuf titres (NDR : onze pour celles et ceux d’entre vous qui opteront pour la version vinyle limitée) d’un rock sombre, sensuel et dramatique ; savant mélange de blues noir, de post-punk atmosphérique et de rock vintage rendu magique et inhabituel par les notes du  saxophone jazzy de Charles Todd et sur lequel Hugo Race se pose en crooner mélancolique, capable d’atteindre des profondeurs émotionnelles insoupçonnées.

Un retour réussi, pour celles et ceux d’entre vous qui connaissaient déjà le groupe ; une découverte indispensable pour les autres !

L’album :

  1. “Smack Me Down” (3’10)
  2. “The Devil In You” (4’15)
  3. “Stole It From Alpha Ray” (4’29)
  4. “Whistle Clean” (3’17)
  5. “Get A Name” (4’11)
  6. “Evil Eye” (3’56)
  7. “Garbage Juice” (4’03)
  8. “Dragonfly” (5’08)
  9. “Young People” (7’09)

Le groupe

  • Hugo Race – Chant, guitares, claviers
  • Ed ClaytonJones – Guitares, piano, synthé, mellotron, guitare slide, solina string synthé
  • Nick Barker – Basse, chœurs
  • Charles Todd – Saxophones
  • Robin Casinader – Orgue Hammond, mellotron, mandoline, violon
  • Frank Trobbiani – Batterie, percussions

Facebook

Pays: AU

Gusstaff Records GRAM 2406

Sortie: 2024/03/22

Laisser un commentaire

Music In Belgium