JETHRO TULL’S IAN ANDERSON, le vieux pirate fait son cirque au Royal…

0 Participations


Le Cirque Royal affichait complet ce vendredi 16 novembre pour le concert de Ian Anderson et son Jethro Tull dans le cadre de sa tournée Tick as A Brick 1 & 2. Cinq hommes en imperméable et couvre-chef investissent la scène vers 20h15 et commencent à ouvrir une valise pour l’un, à balayer le sol pour l’autre, à examiner la guitare et autres instruments pour un troisième, à allumer et éteindre avec une télécommande le film qui se déroule sur le grand écran au fond de la scène… et finalement gagner leur place après qu’un Ian Anderson « scénarisé » nous ait gratifiés d’une introduction à la soirée par le biais du film sur écran. « Tick as a brick » fut réalisé en 1972 par Jethro Tull et basé sur le concept d’un poème écrit sur les difficultés de grandir par un jeune Anglais de 8 ans nommé Gerald Bostock. En 2012, pour commémorer les 40 ans de l’album (qui avait atteint la 1re place des charts US), Ian Anderson a écrit et produit une suite qui s’intitule « Taab2 » (ou Tick as a brick 2), excellent album qui n’a rien à envier au « Taab1 » et qui continue l’histoire de Gerald Bostock en imaginant ce qu’il est devenu plus tard dans cinq situations différentes : banquier, SDF, militaire, choriste et un homme tout à fait ordinaire.

Ian Anderson nous présentait donc ce vendredi soir l’histoire complète de Gérald Bostock et arrive sur scène après que ses musiciens se soient installés derrière leur instrument respectif. Le show se déroulera avec toute une série de courts métrages (et Anderson y apparaît dans plusieurs rôles) qui défileront sur écran et qui appuieront le show musical. Dans un accoutrement qui fait penser à un vieux pirate, Anderson démarre le thème légendaire avec sa guitare acoustique de salon de taille ¾, qui sonne d’ailleurs superbement bien. En forme vocalement et physiquement, il occupe l’espace avec une gestuelle sans failles et on oublie totalement son âge (65 ans) tant il le fait avec agilité et aisance. Pour le seconder, « son » Jethro Tull (qui n’est pas le Jethro Tull historique, on l’a bien compris) est composé de brillants musiciens, dont certains officient avec lui depuis quelques années. Florian Opahle est impérial à la guitare, d’une fluidité et d’une précision d’orfèvre (certains phrasés tenaient de Steve Hackett) et prodiguant aussi des plans hard avec soli bien saignants (qui ne tenaient pas d’Hackett). Quant au claviériste John O’Hara, son jeu varié lui permet d’enrichir la direction musicale du groupe tout en restant dans une unité de ton. Le son était parfait dans un Cirque Royal à l’acoustique décidément excellente.

Un des atouts du concert est l’ajout par Anderson d’un autre chanteur et acteur en la personne de Ryan O’Donnell, qui a aussi opéré sur la tournée anglaise de la comédie musicale « Quadrophenia » des Who. Ensemble, Anderson et O’Donnell ont effectué une prestation d’une symbiose parfaite, tant sur le plan du jeu théâtral que musical, le timbre des deux voix étant assez proche. Il fallait les voir ensemble, se partageant le chant, la narration et les figures du jeu de scène, avec une réelle complicité. En fait, la mise en scène de Taab 1 & 2 fait montre d’un équilibre parfait entre l’œuvre musicale, son interprétation instrumentale et vocale, l’animation vidéo et le jeu scénique des deux chanteurs surtout, mais aussi des autres musiciens. Il y a là un sens tout british de la narration et un humour bien présent, magnifié par le jeu tout en finesse de l’acteur. On se rend compte du travail de mise en place qu’a demandé le show, qui s’est déroulé en quatre parties : Taab 1 joué en continu durant quelques 50 minutes, puis un entracte de 20 minutes, ensuite Taab 2, lui aussi joué d’une traite durant presque une heure et enfin le rappel avec un « Locomotive Breath » imparable. La force mélodique et instrumentale de Taab 2 soutient largement la comparaison avec Taab 1 et son interprétation live ne souffre d’aucune faiblesse.

Ian Anderson a prouvé qu’il est encore et toujours un tout grand monsieur de la musique et du rock, capable de raviver le prog avec un disque splendide, « Taab 2 », et un show d’une intelligence, d’une finesse et d’un niveau supérieurs et rares.

Une standing ovation très largement méritée a salué la fin du concert et rendu hommage au vieux pirate et ses flibustiers.

Musiciens :

  • Ian Anderson – chant, guitare acoustique et flûte
  • Ryan O’Donnell – chant et jeu de scène
  • David Goodler – basse
  • John O’Hara – piano, claviers et accordéon
  • Scott Hammond – batterie
  • Florian Opahle – guitare

Liste des morceaux :

  1. Tick as a brick 1
  2. Tick as a brick 2 (Taab2)
    Rappel :
  3. Locomotive breath

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :