L’expérimentation musicale présente au Botanique avec SONS OF NOEL AND ADRIAN

0 Participations

Superbe soirée en perspective au Dôme des Découvertes du Botanique avec un concert de Eyes and Not Eyes suivi de Sons Of Noel And Adrian ce 15 février 2013. Cela se passe à la Rotonde du Botanique de Bruxelles. Le public est clairsemé, soit 50 personnes, il n’a pas foule, mais les connaisseurs sont présents. Il y a deux autres concerts au Bota ce soir et les Pias Nites à Tour et Taxi.

Le groupe Eyes And Not Eyes fait partie du collectif Willkommen Records et vient juste de changer de nom. Avant, il s’appelait Tristram. Le groupe est originaire de Londres et avait sorti en 2011 un excellent E.P. du nom de “Accidents And Artifice”, précédé en 2010 d’un premier E.P. nommé “Someone Told Me A Poem”. Le groupe est composé de Tristram Bawtree au chant et à la guitare, de Becca Mears au violoncelle, de Thomas Heather à la batterie et de Marcus Hamblett à la basse.

Dès le premier morceau “Hidden Thieves”, on voit que le groupe aime bien l’expérimentation musicale. La voix de Tristram me fait penser à celle de Meric Long du groupe américain The Dodos. La fin du morceau est un peu cacophonique. Le violoncelle de Becca apporte un plus à cette chanson. “Autocrat” est une chanson étrange aux sons saccadés et répétitifs, l’orchestration est de toute beauté et j’adore. Après une brève présentation, le groupe entame “Old Crow” qui est de la même mouture que le morceau précédent et vous fait voyager vers le Taj Mahal avec ses rythmes à consonance hindoue.

Tristam commence “Flying Machine”, seul à la guitare. Il s’est trompé et s’excuse, il recommence et le public applaudi et plaisante. Ce morceau démarre en douceur avec guitare et violoncelle. On voit bien que le groupe recherche la mélodie et celle-ci est bien présente. La setlist indique “Rust” mais Tristam joue en réalité “Dust Disturbed” qui est issu de l’EP “Accidents And Artifice”. “Dust Disturbed” a été retravaillé, l’intro est beaucoup plus longue et est dominée par le violoncelle omniprésent de Becca. “Breathe In” annonce la fin, cela commence par une distorsion de sons bizarres. Il s’agit certainement d’une nouvelle composition du groupe. Nous sommes en pleine expérimentation.
Nous avons eu droit à un set de plus ou moins 35 minutes, prestation normale pour un groupe de première partie qui était de qualité.

Une courte pause et nous passons au groupe que j’attends avec impatience soit Sons Of Noel And Adrian, fer de lance du collectif Willkommen Records qui est mené de main de maître par Jacob Richardson, le chanteur charismatique à la voix spéciale et très feutrée.

Le groupe est originaire de Brighton et varie de 5 à 11 membres sur scène. Ce soir, ils seront 8 sur scène. Tom Coan est présent à la guitare et en arrière-plan juste à la gauche du batteur qui est Daniel Green. En avant-scène à droite de Jacob, il y a présence de Catherine Cardin qui va officier aux chœurs et aux percussions et de la très jolie Emma Gatrill qui est également aux percussions, à la clarinette et au saxophone allongé et bizarre. À l’extrême droite, Alistair Strachan est aux machines et synthétiseur et aux cuivres (trompette et bugle). Marcus Hamblett est à la basse et en arrière-plan. Nicolas Hemming est le troisième guitariste du groupe.

Sons Of Noel And Adrian est présent sur scène pour défendre son nouvel opus “Knots”. Le premier morceau “Persus” est magnifique. Il ne fait pas partie du nouvel opus mais est de toute beauté. La voix de Jacob vous interpelle dès les premières notes. “Persus” me fait penser à du très bon Frank Zappa. On passe à “So Obscene” qui vous interpelle l’âme. Vous devez fermer les yeux pour emmagasiner les sons qui vous sont jetés à la figure avec délicatesse. Malgré une certaine cacophonie qui fait la musique de ce groupe, il y a une recherche permanente de mélodie et de musicalité chez les compères de Jacob. On entre dans le vif du sujet avec “Jellyfish Bloom”, extrait du nouvel opus. Ce morceau est assez mélancolique. Les percussions sont omniprésentes et tribales.

On passe ensuite “Cathy Come Home”, deuxième extrait du nouvel opus, c’est de toute beauté et me fait penser à du Beirut de tout grand cru. On continue avec “Drone”, les filles prennent les choses en mains, les cuivres sont très présents, les trois guitares aussi. Nous sommes dans l’expérimentation musicale. “Come Run Fun Stella Baby Mother Of The World” est annoncé sur le setlist, mais décidément aujourd’hui, les artistes ne le respectent pas. Ils jouent donc “Big Bad Bold”, les voix sont lancinantes et vous interpellent. Le final est “Turquey Purpey”, Frank Zappa est de retour, c’est bien structuré et les voix des filles vous prennent aux tripes. Le concert est fini, mais nous avons droit au rappel “Come Run Fun Stella Baby Mother Of The World”, Jacob recommence la chanson. Décidément, c’est le jour. Jacob a réarrangé ce morceau et remplace le banjo par la guitare.

J’ai passé une très bonne soirée. J’avais découvert Sons Of Noel And Adrian par leur dernier opus “Knots”. Voir ce groupe en concert est un véritable régal pour les oreilles. Les morceaux sont réarrangés pour la scène et l’interprétation est magistrale. Dommage pour ce groupe attachant que le public n’était pas plus nombreux, mais nul doute que lors d’un prochain concert la salle sera comble.

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :