Les Nuits 2022: la sélection de Music in Belgium (part 1)

0 Shares

Dans moins de dix jours maintenant, les Nuits du Bota lanceront officiellement la très attendue saison des festivals, édition 2022. Après deux ans de disette, de reports ou, au mieux, d’adaptations et de concessions, retour à des conditions a priori normales…

Et pour l’occasion, le Botanique a mis les petits plats dans les grands en organisant les Nuits les plus longues et les plus fournies de son histoire. Pas loin de 200 artistes vont en effet se succéder pendant une vingtaine de jours, du 27 avril au 16 mai. Et il y en aura comme chaque année pour tous les goûts.

On plongera en tout cas d’emblée dans le vif du sujet car les quatre endroits dédicacés (Chapiteau, Orangerie, Rotonde et Grand Salon) entreront en action dès le premier jour. L’occasion pour le public de notamment venir admirer les parties déjà restaurées de la verrière. Il reste certes encore du boulot mais le résultat, d’ores et déjà bluffant, augure d’une belle cure de jouvence pour l’endroit.

Question musique, notre premier choix se portera sur le Grand Salon où les Londonien de Caroline viendront présenter leur premier album récemment publié chez Rough Trade. Leurs compositions orchestralement très riches et émotionnellement chargées renvoient peut-être vers Black Country, New Road mais leur son se veut plus américain, plus vaste et planant. Du côté de la Rotonde, les auteures-compositrices seront à l’honneur avec Tomberlin dont le deuxième album sortira trois jours plus tard. Mais aussi Brèche de Roland, le délicat projet de Coraline Gaye dans lequel est également impliqué Fabrice Detry (Fabiola, Endz…).

Le jeudi 28 avril, le Chapiteau accueillera trois artistes échappés en solo. Si on ne présente plus Gaëtan Roussel, Antoine Wielmans a quant à lui rejoint tout récemment cette catégorie. L’une des deux voix de Girls In Hawaii n’a pas pris le chemin le moins risqué puisque c’est dans la langue de Molière qu’il a composé “Vattetot”, un premier album sous son propre nom, avec une certaine réussite. Enfin, Marie-Laetitia Mattern alias ML n’est autre que la voix de Sonnfjord qui avait illuminé la Rotonde lors des Nuits 2018. Elle se lance désormais elle aussi dans une aventure en solitaire.

Ce soir-là, l’Orangerie a rendez-vous avec un grand habitué des Nuits. François Marry s’y est en effet produit à de nombreuses reprises en tant que leader de Frànçois & The Atlas Mountains. Mais cette fois, ce sera au sein de Park, nouveau projet formé en compagnie des gaillards de Lysistrata. Une curiosité tant les influences de l’un et des autres semblent éloignées. Quoi qu’au au final, peut-être pas tant que ça. Pour introduire la soirée, les guitares en avant des Irlandais d’Enolay Gay mettront le feu aux poudres.

Les six cordes seront de nouveau en action le lendemain mais dans un environnement beaucoup plus sombre et oppressant. Hangman’s Chair fera halte à la Rotonde pour y balancer des extraits de “A Loner”, un nouvel album paru chez Nuclear Blast en début d’année. Juste avant, les Bruxellois de My Diligence débarqueront eux aussi armés de nouvelles compositions. Pendant ce temps-là, Svinkels, des rappeurs aux influences punk feront trembler le Chapiteau sur ses bases. Tuyau, si vous avez envie de participer à la fête, nous avons des tickets à vous offrir via notre concours.

Warning: le concert de Svinkels est avancé au jeudi 28 avril à l’Orangerie!

S’il ne faut pas passer sous silence le retour très attendu de Fishbach à l’Orangerie, on vous conseille de ne pas louper Terrier, personnage éminemment sympathique au talent certain que nous avons rencontré et que nous vous présenterons plus en détail dans les prochains jours (lire notre interview ici). Son flow devrait en faire chavirer plus d’un(e).

L’affiche du samedi 30 avril se déroulera à n’en point douter dans une certaine effervescence. Peu de temps après son annonce, le concert de Mitski affichait complet à l’Orangerie avant d’être upgradé au Chapiteau et de subir le même sort en un rien de temps. Avec “Laurel Hell”, la New Yorkaise a publié en février dernier le successeur de l’acclamé “Be The Cowboy” (2018) et le succès est une nouvelle fois au rendez-vous. Il a ainsi instantanément atteint le top 5 des deux côtés de l’Atlantique.

Ceux qui n’ont pas réussi à trouver un précieux sésame pourront se tourner vers un plan B plus que recommandable à la Rotonde pour le retour de Jawhar. En 2020, il s’était produit aux Nuits par deux fois (avec son projet Offo Vrae et le lendemain en tête d’affiche de la soirée anniversaire du label 62TV). Mais cette fois, ce sera en support de sa toute nouvelle plaque (“Tasweerah”) qui confirme tout le bien que l’on pensait de lui. Il s’agira d’arriver bien à l’heure car la première partie sera assurée par Ivan Tirtiaux dans le cadre d’une création qui verra le Bruxellois s’épanouir autour de huit musiciens, dont un quatuor à cordes.

Le mois de mai débutera avec une autre création au sein de la Rotonde, celle confiée à Antoine Pierre aka Vaague dont les expérimentations électro-percussives doublées d’effets visuels ne devraient laisser personne indifférent. L’Orangerie, quant à elle, retrouvera le calme et la sérénité via Novo Amor et Catbug, deux artistes aux racines folk authentiques.

On le sait, les Tindersticks sont intimement liés à l’Histoire des Nuits. Ils s’y sont produits pour de nombreux projets et notamment accompagnés de l’Ensemble Musiques Nouvelles. Pour l’anecdote, en 2017, ils ont également donné un des derniers concerts au Cirque Royal sous le patronage du Botanique. Le 2 mai, ils fêteront leur trentième anniversaire dans le cadre majestueux du Bozar, en support d’une compilation baptisée “Past Imperfect ’92-’21”. Ils seront pour l’occasion soutenu par un orchestre et rejoints par une kyrielle d’invités surprise. Un must,ni plus ni moins.

Pendant ce temps-là, les visiteurs du Botanique ne seront pas en reste avec notamment la Belgo-Congolaise Reinel Bakole, nouvelle reine de la soul qui viendra présenter son nouveau projet alliant musique, écriture, danse et théâtre au Grand Salon. Un peu plus loin, à la Rotonde, Le Londonien Ethan P. Flynn démontrera que ses collaborations avec FKA Twigs et Slowthai ne sont pas le fruit du hasard. Ses compositions orientées indie-pop prolongeront une soirée introduite par ses compatriotes Famous dont les références laissent entrevoir un certain potentiel. Ils sont notamment potes avec Black Midi et Sports Team et n’hésitent jamais à sortir des sentiers battus…

À suivre…

À lire également:
Nuits du Bota 2022: la sélection de Music in Belgium (part 2)
À lire également:
Nuits du Bota 2022: la sélection de Music in Belgium (part 3)

Laisser un commentaire

Music In Belgium