HEAVEN SHALL BURN – Of truth and sacrifice

4 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Mon camarade Michel Serry ayant décidé de ne plus jamais écouter d’albums de Heaven Shall Burn après sa chronique d’un ʺWandererʺ (2016) qu’il jugeait désastreux, je reprends donc le flambeau pour parler ici du dernier album en date des death métallurgistes mélodiques teutons, ʺOf death and sacrificeʺ. Ma plume était néanmoins inquiète face à ce nouveau disque qui se présente comme un double album. Difficile, ça, le double album… De nombreux combos se sont cassé les dents sur ce genre d’exercice. Même les Beatles et Led Zeppelin n’ont pas pu s’empêcher quelques moments de longueur sur leurs ʺWhite albumʺ et ʺPhysical graffitiʺ et d’autres comme Cream ont préféré trafiquer leur double album ʺWheels of fireʺ en y collant un second disque enregistré en public, histoire de ne pas s’embourber dans de la répétition routinière en studio.

Alors, comment un groupe comme Heaven Shall Burn, capable du meilleur (ʺVetoʺ, 2013) comme du pire (ʺInvictusʺ, 2011 ; ʺWandererʺ, 2016) allait pouvoir sortir son épingle du jeu en osant s’aventurer sur le terrain glissant du double album? C’était un peu ma hantise, compensée néanmoins par le fait que j’avais été convaincu par le passé par un disque excellent comme ʺVetoʺ, preuve que Heaven Shall Burn pouvait aussi retourner des situations avec brio.

Le résultat est pour ainsi dire entre les deux. Le groupe des vétérans Marcus Bischoff (chant), Maik Weichert (guitare) et Eric Bischoff (basse) gère au mieux les contraintes d’un double album en le divisant précisément entre deux styles distincts. Le premier disque se charge d’une solide préparation d’artillerie métallique avec des titres directs comme ʺThoughts and prayersʺ, ʺEradicateʺ, ʺProtectorʺ, ʺÜbermachtʺ ou ʺMy heart and the oceanʺ qui envoient un métal davantage tourné vers le death mélodique que les putasseries metalcore qu’avait pu commettre le groupe par le passé. Mis à part ʺExpatriateʺ et ses neuf minutes de douceur, cette première partie reste bien solide, avec les autres ʺWhat war meansʺ et ʺTerminate the unconcernedʺ qui continuent de riveter les tympans sous des tonnes de riffs abrasifs et furieux. Le disque se termine avec l’évocation musicale ʺThe ashes of my enemiesʺ, tranquille passage de violons faisant penser aux restes fumants d’une bataille qui vient de s’achever.

Le deuxième disque va rassembler quant à lui des morceaux un peu différents, laissant davantage de place à l’expérimentation (ʺLa résistanceʺ et ses tempos métal industriel dansant à la Rammstein), à des exercices dramatiques chagrinés et puissants (ʺThe sorrows of victoryʺ), des thématiques historiques (ʺTirpitzʺ, qui évoque l’histoire du plus gros cuirassé de combat du IIIe Reich, coulé par les Anglais dans un fjord norvégien en 1944 sans avoir jamais effectué la moindre sortie offensive en mer) ou un final à la métallurgie romantique (ʺWeakness leaving my heartʺ). Entre ces morceaux, des bombes de violence plus conventionnelles continuent de maintenir la pression et de rendre cet album définitivement attractif (ʺStatelessʺ, ʺTrutherʺ, ʺCritical massʺ).

Certainement meilleur que le faiblard ʺWandererʺ, venant frôler de quelques centimètres les hauteurs atteintes par ʺVetoʺ, ʺOf Truth and sacrificeʺ commet l’exploit de maintenir l’amateur de death mélodique en haleine durant les 97 minutes que dure ce double album. Comme toujours, un double album peut parfaitement être réduit à un simple si l’on retire les redondances mais j’avoue ici que le choix des morceaux à éliminer est plutôt difficile. Heaven Shall Burn aurait pu facilement commettre coup sur coup deux albums qui auraient simplement été des disques de plus dans sa discographie mais le fait d’en avoir fait un double album est peut-être ce qui permettra de se souvenir des particularités de ʺOf truth and sacrificeʺ plus longtemps que certains albums précédents du groupe.

Le groupe :

Marcus Bischoff (chant)
Maik Weichert (guitare)
Eric Bischoff (basse)
Alexander Dietz (guitare)
Christian Bass (batterie)

L’album :

CD1
ʺMarch of Retributionʺ (1:21)
ʺThoughts and Prayersʺ (4:58)
ʺEradicateʺ (4:32)
ʺProtectorʺ (5:21)
ʺÜbermachtʺ (5:25)
ʺMy Heart and the Oceanʺ (5:51)
ʺExpatriateʺ (8:53)
ʺWhat War Meansʺ (5:31)
ʺTerminate the Unconcernʺ (4:42)
ʺThe Ashes of My Enemiesʺ (2:02)

CD2
ʺChildren of a Lesser Godʺ (6:35)
ʺLa résistanceʺ (5:06)
ʺThe Sorrows of Victoryʺ (8:25)
ʺStatelessʺ (3:49)
ʺTirpitzʺ (5:54)
ʺTrutherʺ (2:41)
ʺCritical Massʺ (3:35)
ʺEagles Among Vulturesʺ (5:06)
ʺWeakness Leaving My Heartʺ (7:28)

https://nl-nl.facebook.com/officialheavenshallburn/

Pays: DE
Century Media
Sortie: 2020/03/20

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!