PLUS 33 – Open Window

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 1 Moyenne: 5]

Ce n’est pas tous les jours que l’on reçoit de la part d’un concepteur de projet musical (et c’est sur les conseils d’un certain Gil Prog que j’ai reçu le précieux) autant d’informations et je m’explique, la galette du projet français Plus 33 était accompagnée d’une longue lettre qui nous était adressée de la part de Didier Grillot, relatant l’historique de ce projet musical. Donc il me semblait logique de vous en compter les lignes directrices tout en respectant les propos de son auteur c’est pourquoi, je vous communique ci-dessous les informations les plus pertinentes :

Plus 33 est bel et bien le concept de Didier Grillot mais avant cela, le pianiste de formation classique s’est d’abord lancé dans un premier groupe Outside avec lequel et en compagnie d’autres musiciens il élabore deux albums de néo-progressif…participe à de nombreux concerts et festivals avant de, voguer vers d’autres cieux comme Bruxelles, Paris et Newcastle. Se dirigeant ensuite vers une musique mélangeant le progressif, le jazz et la pop, l’artiste a souvent changé de partenaires musicales pour finir par revenir à des compositions plus progressives, Didier n’ayant cessé d’écrire et d’ailleurs c’est ce qu’il a fait aussi pour élaborer le projet qui nous intéresse aujourd’hui. C’est donc l’univers ou l’esprit de Newcastle qui l’a inspiré pour de nouvelles compositions il lui suffisait alors, de trouver studio et musiciens pour finaliser l’album qui, transpire en fait sur les cinq jours d’enregistrements ses propres désirs et je cite le compositeur capturer l’instant, que la musique soit vivante, sortie des tripes, de l’émotion…des hésitations…de l’enthousiasme de chaque musicien.”

Un disque découpé en cinq actes eux-mêmes décomposés en plusieurs parties pour un total de 13 compositions, un opus instrumental où le piano sert évidemment d’entrée en matière voir de fil rouge sur un tempo posé, offrant au départ un thème entre jazz et classique avec en fond sonore le son des synthés pour apporter une touche plus aérienne…qui prend ensuite le dessus avec l’arrivée de la guitare électrique (on pense au Floyd bien sûr). Une ambiance aérienne et légère voir progressive qui manifestement perdure dans un premier temps pour ensuite, évoluer vers le jazz et le rock-progressif façon Camel et Focus grâce à l’entrée en jeu du saxophone et de la flûte sans oublier le piano qui, reste omniprésent pour distiller des colorations de néo-classique. D’ailleurs une courte composition soliste de l’instrument offre à l’album comme une sorte d’interlude avant, le retour du rock-progressif teinté ici soit vintage et ce grâce au son de l’orgue et des relents psychédéliques soit, teinté plus futuriste grâce aux développés de synthés. Voilà un premier acte qui se termine par une magnifique composition aérienne où le concepteur, vous emmène loin dans les cieux !

C’est un retour au jazz avec un juste équilibre entre piano et percussions qui ouvrent pour le second acte avant l’entrée tonitruante du saxophone, renforçant ici la couleur jazzy du morceau mais n’oublions pas toute l’orchestration présente offrant aussi des développés plus rock et plus progressif. C’est aussi le retour aussi ici de la flûte pour nous rapprocher à nouveau du grand Camel ou de manière plus contemporaine des Finlandais d’Overhead avec toujours en arrière-plan des nappes de synthés aériennes qui, finissent par nous enivrer l’esprit avant l’arrivée de la guitare acoustique et son univers plus folk, cette dernière s’accordant parfaitement au son de la flûte pour une composition qui pourrait servir de musique de film.

Et c’est comme cela tout du long pour cet opus où, l’artiste a manifestement voulu mélanger les courants musicaux et ce, avec beaucoup de goût et de doigté offrant ainsi comme une vitrine musicale et surtout instrumentale de son savoir-faire en matière de composition mais aussi, en matière de maniement des instruments à claviers. Ici il est clair que l’on parle d’une réelle œuvre musicale au sein de laquelle, l’artiste a su avec intelligence associer le jazz au néo-classique sans oublier les nombreux passages progressifs voir atmosphériques ou psychédéliques, le tout construisant ce que j’appellerais clairement un concept-album instrumental…de haut-vol qui relate des quatre éléments.

Fort de toutes ces années dédiées à la composition et à travers son excellent projet Plus 33, le compositeur/musicien français Dider Grillot présente ici une première pierre (et quelle pierre…précieuse) à l’édifice de sa maturité musicale personnelle donc je vous en conjure chers lecteurs et suiveurs, prenez la peine de découvrir une très belle œuvre !

Merci à Gil Prog pour avoir conseillé au concepteur Didier, de m’envoyer un si bel album !

NB : ci-dessous l’album à découvrir via le lien Bandcamp

https://plus33.bandcamp.com/

L’équipe :
Lloyd Wright (guitares)
Paul Susans (basse)
Adam Sinclair (batterie et percussions)
Dave Wilde (saxophone et flûte)
Didier Grillot (piano et claviers)
Yann Grillot (batterie)
Lucas Grillot (guitare)

L’album :
Décomposé en quatre actes (les quatre éléments : l’eau, la terre, le feu et l’air) et un épilogue avec au total 13 compositions.

Pays: FR/GB
Autoproduction/Loft Music Studios
Sortie: 2020/06/21

https://www.facebook.com/Plus33music-103580694532032

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!