WIGWAM – The Lucky Golden Stripes And Starpose

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Après « Nuclear Nightclub« , Esoteric Recordings réédite « The Lucky Golden Stripes And Starpose », le sixième album du groupe finlandais Wigwam. La distribution est la même que sur le disque précédent à l’exception des claviers derrière lesquels officie ici Hessa Hietanen. Ce sixième opus est sorti en 1976 soit un an après « Nuclear Nightclub ». Il constitue une œuvre très représentative de la musique de la seconde époque de Wigwam.

A l’exception de « Colossus » et de la plage titulaire qui excèdent les six minutes, nous sommes en présence de chansons courtes. « Nuclear Nightclub » marquait une transition entre le jazz-fusion, la musique progressive de la première époque et une musique beaucoup plus pop-rock. Sur « Lucky Golden Stripes », la page est tournée. Nous démarrons avec deux titres pop-rock ayant une petite touche folk, « Sane Again » et « International Disaster » n’étant pas sans rappeler les chansons d’un Tom Petty par exemple. Sur « Colossus », des reliquats progressifs à la Camel encadrent des parties vocales proches de Golden Earring.

Évolution vers un style jazzy sur un « Eddie And The Boys » à la mode Steely Dan, époque « Pretzel Logic ». Poursuite de ce chemin vers le funk sur la plage titulaire et même le funky sur « June May Be Too Late ». « Never Turn You In », relatant la trahison de Judas, semble sorti de l’opéra rock « Jesus Christ Superstar ». Nouvelle note jazzy pour terminer : « In A Nutshell », avec ses subtils contretemps, prouvant d’ailleurs que Ronnie Osterberg est un très bon batteur et capable de bien mieux qu’un rôle de boîte à rythmes.

Avec « The Lucky Golden Stripes And Starpose », Wigwam a posé sa musique, trouvé son nouveau style. Le groupe ne navigue plus entre deux eaux comme sur « Nuclear Nightclub » et semble plus libéré. Il en résulte un album pop-rock de bonne facture, qui, s’il n’a pas créé une révolution dans l’histoire du rock, n’en demeure pas moins plaisant.

Pays: FI
Esoteric Recordings ECLEC 2175
Sortie: 2010/01/25 (réédition, original 1976)

Laisser un commentaire

Music In Belgium