SHADOW UNIVERSE – Subtle realms, subtle worlds

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation des lecteurs
[Total: 0 Moyenne: 0]

Nous partons en Slovénie à la découverte d’un groupe post rock instrumental nommé Shadow Universe. Actif depuis 2017, il repose sur deux musiciens, Peter Dimnik (guitares, piano, synthés) et Žan Šebrek (batterie, percussions). Le duo n’a pas jugé utile d’ajouter du chant sur son projet car ses capacités à susciter les émotions par la seule force instrumentale compense largement l’absence d’un vocaliste. On est en effet ici dans un post rock poignant et élégant qui invite à la méditation par le biais de l’instrument, toujours employé de façon expressive et générant une mélancolie automnale tout à fait prenante.

Shadow Universe a déjà derrière lui les albums ʺThe unspeakable worldʺ (2017), ʺSpeaking for cloudsʺ (2018) et il sort son troisième opus ʺSublte realms, subtle worldsʺ sur le label Monotreme. On remarque que les mots relatifs au monde et à la parole reviennent dans ces titres, comme un leitmotiv qui cherche à concilier les visions du monde et les expressions qu’on peut en avoir, ces deux choses étant souvent irréconciliables quand on se place au niveau individuel, car chacun d’entre nous a sa propre vision du monde et peut difficilement la partager en totalité avec son prochain.

Ce serait à peu près la même chose pour les sonorités qui se dégagent de la musique de Shadow Universe. Certains y verraient de l’espoir alors que d’autres opteraient pour une approche plus mélancolique et désespérée. Et c’est peut-être là que se situe la force de Shadow Universe, dans cet assemblage qui prend successivement le chemin de la tristesse avant d’évoluer vers l’espoir au fur et à mesure que l’on découvre les titres de ce troisième album.

Les instruments en jeu ici ont leur importance. Peter Dimnik manipule la guitare et le piano, un piano qui prend une grande part dans la traduction de la mélancolie sur la partition. Žan Šebrek a un rôle plus effacé, chargé qu’il est de rythmer les progressions et d’accentuer les effets dramatiques en accélérant la marche quand le moment vient. Ce qui va aussi jouer sur cet album est l’intervention du violon et de la trompette sur la première partie du disque, grâces aux invités Ana Novak et Gašper Selko, qui accentueront le côté hivernal de certaines compositions.

Ces morceaux prennent le temps de développer leurs climats, en tournant autour des six minutes de moyenne. On démarre avec une grosse montée en puissance émanant de ʺOrganismʺ, qui semble en effet évoquer la formation complexe des organes, du simple vers le composé. Guitare et batterie sont à la tâche pour élaborer cette construction qui finit par prendre une ampleur sonore massive. Le violon ajoute davantage de langueur en s’associant à la solitude exprimée par le piano sur ʺDon’t look at it and you’ll see itʺ, nouvelle fabrication d’ambiances fortes et denses. Les atmosphères sont plus bucoliques sur ʺHymn for the giantsʺ, qui est un hommage aux arbres, à ces forêts millénaires qui définissent l’âme des hommes qui vivent à leur contact. De délicats arpèges de guitare débutent ce morceau pour finalement se renforcer sur des couches rythmiques puissantes et évocatrices de la force de la nature.

La seconde partie d’album est plus fluctuante, avec les brouillards du piano et des synthétiseurs qui font flotter ʺLosing homeʺ entre deux eaux, la trompette ajoutant un aspect tortueux et tourmenté à l’ensemble. ʺAntares Goes Supernovaʺ est spatial, comme son nom l’indique et enquille les couches de riffs les unes après les autres pour générer une puissance positive qui parle à l’âme. La fin d’album est méditative, avec ce ʺSeason of eternal mazeʺ qui nous promène dans des espaces éthérés créés par un piano rêveur. Tout ceci contribue à faire de ʺSubtle realms, subtle worldsʺ une réussite dans la poésie post-rock, un voyage riche en émotions dans l’univers des sons.

Le groupe :

Peter Dimnik (guitares, piano, synthés)
Žan Šebrek (batterie, percussions)
Ana Novak (violon)
Gašper Selko (trompette)

L’album :

ʺ Organismʺ (06:23)
ʺ Don’t Look at It and You’ll See Itʺ (07:04)
ʺ Hymn for the Giantsʺ (05:47)
ʺ Losing Homeʺ (04:35)
ʺ Antares Goes Supernovaʺ (05:57)
ʺ Season of Eternal Mazeʺ (08:21)

https://shadowuniverse.bandcamp.com/album/subtle-realms-subtle-worlds
https://www.facebook.com/shdwunvrs/

Pays: SI
Monotreme Records
Sortie: 2022/03/11

Laisser un commentaire

Music In Belgium