SOMNAMBULIST, The – Hypermnesiac

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

C’est déjà la troisième chronique que je vous propose concernant ce consortium de musiciens internationaux au sein duquel, on retrouve à nouveau Marco Bianciardi (chant et guitare), Thomas Kolarczyk (basse) et Leon Griese (batterie) pour ce quatrième album produit chez Slowing Records. Précédemment l’équipe nous avait gratifié d’un album varié et hétérogène parfois même déroutant en 2012 (“Sophia Verloren”) puis en 2017, les musiciens avaient remis le couvert avec “Quantum Porn” proposant à nouveau une cacophonie maîtrisée basée cette fois sur le rock-alternatif des eighties traversé par d’autres courants musicaux comme le jazz…le funk…le stoner…

Alors venons-en à l’analyse de ce nouvel opus que je vous propose de découvrir à partir d’un premier clip “Film”, premier morceau de l’album offrant une complainte néo-classique qui crescendo, prend du corps à travers des effluves atmosphériques et un souffle de rock-alternatif :

Voilà une composition à la fois intimiste et survoltée qui plante le décor d’un album, qui devrait à nouveau nous offrir des moments surprenants faits d’une musique multiple-pistes qui pour le moment reste dans une atmosphère alternative, gardant toujours des petites pincées de grunge, de stoner et de psychédélisme. Autre vidéo dispo sur les ondes la composition “Doubleflower” toujours tournée en studio, un choix plutôt original et qui met en évidence les musiciens mais aussi les nombreuses partitions et papiers divers ayant servis à l’élaboration des chansons, un clip montrant un morceau assez calme sauf sur la fin mais toujours dans un esprit alternatif :

Dernier extrait pour la route de ce album avec “No Use for More”, présentant à nouveau partitions et croquis de chansons dans un style qui reste plutôt temporisé avec peut-être, une légère accélération mais le tout reste dans un mode de ballade-rock-alternative quelque peu intimiste et sombre (le chant rocailleux et grave accentuant l’ambiance générale de la chanson) :

Le reste de l’album est alors plus soutenu et plus appuyé avec un rock-alternatif quelque peu décalé où, l’on retrouve le canevas utilisé sur les précédents albums car ici, on revient à des compositions hétérogènes présentant des changements d’ambiances passant du rock au funk sans oublier des passages plus atmosphériques. Au final le collectif The Somnambulist continue de construire les murs sonores de son laboratoire musical, offrant à un public averti et connaisseur une musique multiple-pistes toujours ancrée dans le milieu alternatif.

Line-up :
Marco Biancardi (chant et guitare)
Thomas Kolarczyk (basse)
Leon Griese (batterie)

L’album:
“Film”
“No Sleep Until Heaven”
“Doubleflower”
“No Use for More”
“At Least one Point at Which It Is Unfathomable”
“Tom’s Still Waiting”
“Ten Thousand Miles Longer”

Pays: Collectif international
Slowing Records
Sortie: 2020/02/07

https://www.facebook.com/thesomnambulistberlin/

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!